Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

Catégorie Points de Vue

Comme en politique

21 avril 2018

Évidemment, en ce week-end de premier tour des Présidentielles, et avec la vague dattentats meurtriers qui désormais fait partie de notre quotidien, difficile de ne parler que de courses hippiques. Mais pour supporter la politique -où plutôt ceux qui en font leur métier-, pour supporter les horreurs de criminels de droit commun qui sabritent derrière des religions pour assouvir leur soif de haine, il faut, pour ne pas que notre cerveau explose, des dérivatifs. Les animaux en font partie, eux qui ne nous déçoivent jamais ou alors sans le vouloir… C’est la différence fondamentale avec lHomo sapiens dont nous sommes. Les animaux ressentent certaines choses comme nous : le stress, la peur, la douleur, linjustice -prouvé scientifiquement.

La filière droit dans le mur ?

14 avril 2018

Cela fait des années que sont mis à jour un peu partout les problèmes institutionnels, avec lespoir que les dysfonctionnements soient moins nombreux, que certaines règles iniques, injustes ou dénuées de toute logique soient modifiées, que les fautes -politiques ou financières- récurrentes des hommes de pouvoir cessent, que la transparence mise à mal par des décisionnaires trop souvent juges et partie, voire incompétents, devienne une vraie priorité, et que l’intégrité soit une réalité et non pas un discours de façade. Mais cela fait des années que les puissants règnent en maître, dans leur tour divoire et ne se remettent jamais en question.

“D” comme Dubois ? Ou la règle incompréhensible des écuries...

14 avril 2018

Autre fait absurde, appliqué depuis quelques années sans quaucune personne nayant autorité ne se pose de question, celui de la règle des écuries au jeu simple. Coup sur coup, l’évidence de la stupidité a été produite. Le mardi 4 avril (jour où France-Galop a par ailleurs préféré placer les Pick5 sur deux faibles handicaps de plat alors quil y avait un steeple niveau quinté à Compiègne, bonjour le gâchis), à Vincennes, une course de pouliches réunissait deux trotteuses appartenant à “l’Écurie D” (comme Dubois) faisant écurie. Et une troisième EXOTIC DESTINATION (qui a gagné !) n’était pas associée alors quelle appartient à... Jean-Pierre Dubois ! Rebelote samedi dernier avec trois Christian Bigeon... Deux seulement faisaient écurie. Le comble du ridicule, relevé par aucun autre média, et qui entretien un soupçon inutile !

Les vœux, espoir ou utopie ?

31 décembre 2017

Chaque année, nos vœux hippiques sont à peu près les mêmes. On espère que les dirigeants vont changer... ou au moins changer d’attitude. Qu’au lieu de demeurer avec leurs œillères et leurs oreilles bouchées, ils puissent enfin comprendre ce que l’on attend d’eux : qu’ils avancent. Cette métaphore hippique pour espérer qu’enfin, cette année, les sociétés de courses puissent mettre en place des programmes cohérents, afin que les jeux qui y sont associés retrouvent de l’intérêt.

Cagnes : un outsider a 28/1... ne rapporte que 7,50 €

15 décembre 2017

Mercredi, à Cagnes-sur-Mer, le rapport d’un cheval au jeu simple gagnant a particulièrement interpellé les parieurs, mais pourtant, aucune réaction côté officiels. Depuis quelques semaines maintenant, voire quelques mois, nous constatons des « fontes » de cote inexplicables au tout dernier instant. Par le passé, nous connaissions un phénomène de baisse de cote de quelques points, appelé « prise ». Ce sont des mises qui se concentrent sur un cheval dans les dernières minutes. Deux trois points, pour les plus courantes, de quatre à six points pour les plus importantes. Au-delà, c’est assez exceptionnel.

Cohérence programmes / jeux : cesser les tests perdus d’avance

02 décembre 2017

Alors que pour tenter de relancer les enjeux les dirigeants ne cessent de parler d’optimisation, on se demande quelles sont les conséquences de ce juste constat... Juste tant il est évident que les programmes -en amont- et les choix des jeux -en aval- sont depuis quelques années consternants. Il semble en effet qu’aucune cohérence ne soit dans le logiciel, si logiciel il y a… En fait, il semble que tout cela soit fait dans l’improvisation, au gré des humeurs de décideurs qui suivent une ligne de… girouette. Tantôt ces choix sont dictés par le nombre, tantôt par la qualité, puis par le nombre d’étrangers au départ, ou par la popularité des chevaux, c’est selon... Selon quoi ? C’est bien la question.

ENJEUX DE L’ARC : les chiffres catastrophiques appellent à réagir !

08 octobre 2017

On a pu lire cette semaine, dans ce qui était autrefois « la bible », que les enjeux de l’Arc 2017 avaient été décevants, en tant que course support du quinté. C’est vrai. Si l’on compare le quinté seul en 2016, et celui de dimanche dernier, on s’aperçoit qu’il y a un manque à gagner conséquent : plus de 530.000 € avec 18 participants contre 16 l’an passé. Côté paris simples, l’autre belle recette sur une course PMU, les chiffres sont également en baisse cette année, avec cette fois une perte de plus de 450.000 € ! Alors penchons-nous sur les deux dernières éditions de l’Arc. 

Les courses et les tutelles : je t’aime moi non plus !

24 février 2017

Début janvier, a eu lieu une réunion des acteurs de la filière des courses, organisée au Ministère de l’Agriculture, en présence du maître des lieux actuel, Stéphane Le Foll, de Christian Eckert (Budget) ainsi que de Patrick Kanner et Thierry Braillard pour les sports. Une réunion de deux heures pour, à la sortie, pas grand-chose. Est-ce surprenant ? Lors des dernières décennies, la technique a toujours été la même dans les moments financièrement difficiles : aller tenter d’expliquer à l’État que tout va mal et qu’il faut accorder des plages de respiration financière (si possible définitives) pour l’hippisme. 

Les courses ont-elles les dirigeants qu’elles méritent ?

29 janvier 2017

Vaste question... Un article de Paul Essartial -ancien Président de la SECF (Le Trot) durant près de cinq ans fin des années 90-, publié dans le cadre d’une série de cartes de vœux, a récemment attiré mon attention. Issu d’une grande famille du trot (sinon la plus grande à l’échelle du nombre dans les instances au cours du 20è siècle !), Paul Essartial, éleveur-propriétaire-entraîneur à la base, est  issu de l’arbre généalogique des “Viel”. Il est un neveu d’Albert Viel (autre Président en son temps de la SECF…) et fut à l’origine de quasiment toutes les grandes décisions prises par les dirigeants ces vingt dernières années. Parfois à la lumière, parfois dans l’ombre. Avec comme résultat du bon… et du moins bon! Et surtout très souvent des « doubles-intentions » présumées. 

Des discours démagogiques pour masquer la réalité d’une filière en danger

22 janvier 2017

RÈGLES INJUSTES, «TOURS», SOUPÇONS DE DOPAGE, RÉSULTATS INCOHÉRENTS, RIEN NE VA PLUS...

 

En ayant oublié la définition du mot « tutelle » (Régime de protection des personnes et des biens), l’État a mis de côté ses responsabilités d’un secteur économique, pour ne plus devenir qu’un collecteur d’impôts qui laisse tout faire, pourvu que l’argent rentre. Bien sûr, avec des recettes en baisse, il «caboche» un peu, demande que cesse certaines gabegies (qu’il est coupable, en tant que tutelle, d’avoir laissé faire !) et propose des solutions simplistes, comme la fermeture de certains hippodromes en autorisant par ailleurs un nouveau Longchamp d’un coût exorbitant… En face, les responsables de la filière ne semblent avoir qu’une obsession : maintenir leur pré carré. Ils font ce qu’ils veulent, quand ils veulent, préservant le plus souvent des intérêts particuliers en présentant leur « gouvernance » enveloppée d’un papier cadeau qui masque une coquille vide. C’est ce qu’on appelle la politique du vide, c’est à dire celle de la forme, et non pas du fond.

CLASSIC WAY : un bon profil d’aigle...

12 septembre 2016

Début juillet, à Enghien, nous avions assisté au troisième succès de l'année d'un 4 ans qui semble avoir devant lui un grand avenir. Un nouveau fleuron pour la casaque de Pierre Pilarski,  pour qui il court depuis cette année, en association avec son éleveur Jean-Philippe Dubois (Victoria Dreams), Stéphane Szwarc, et son nouvel entraîneur Sébastien Guarato. Ce CLASSIC WAY a remporté ses trois courses depuis son changement de cap, des progrès souvent constatés sur les chevaux arrivant dans les boxes de l’entraîneur vedette du moment mais celui-ci a, de toute évidence, un avenir prometteur. 

Un été difficile, notamment à Cabourg...

05 septembre 2016

Le mois d’août s’en est allé et avec lui ses quelques programmes de substitution. À vouloir défendre à tout prix l’esprit “meeting”, intéressant pour les professionnels pour diverses raisons (déplacements moins nombreux, ventes, ambiance) on en a oublié -comme d’habitude- ce que pouvait en penser le parieur, celui qui finance... Force est de reconnaître qu’il a souffert cet été, et les mails ou courriers reçus sont assez révélateurs, avec des phrases similaires et récurrentes... 

LETTRE OUVERTE AUX MINISTÈRES DE TUTELLES

26 janvier 2016

Face à la prolifération de courses loteries (à l'étranger notamment) qui s'est traduite par une incohérence des résultats et une perte de confiance des parieurs avec la multiplication de certaines pratiques : "tours" (courses disputées sans avoir l’intention de participer à l’arrivée), préparations publiques, comportements suspects (affaires de jeux ?) jamais sanctionnés ;

Face à la constante multiplication des courses et des jeux, sans augmentation de la masse globale bien au contraire. Face à un intérêt du jeu aux courses hippiques qui s’est terriblement réduit avec des masses divisées qui ont délité les rapports à redistribuer, ce qui a eu pour effet de perdre un grand nombre de joueurs “intelligents” qui voyaient aux courses la possibilité de mettre en pratique leur expertise afin de contrôler la part du hasard et qui ont constaté des rapports en baisse sur les arrivées logiques ;

CONTINUEZ, NE CHANGEZ RIEN !

24 janvier 2016

Ces derniers jours ont été à l’image de toute cette année 2015 pour les courses hippiques : l’illustration qu’elles sont entre les mains de personnes qui n’ont jamais rien compris aux parieurs et qui sont en train de perdre leurs clients vitesse grand V, un peu comme un restaurant qui aurait surfer sur une mode, avant que les clients ne se rendent compte qu’il n’y avait pas de cuisiniers aux commandes. Les  ingrédients sont pourtant de qualité mais le bon dosage, les bons mélanges, la qualité du visuel, sont des éléments   indispensables à une bonne table... et quand ils ne sont pas au rendez-vous, comme c’est hélas le cas dans l’hippisme, les dégâts sont considérables.