Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

RAPPORT "DUPONT" : Communiqué de L’ASSOCIATION NATIONALE DES TURFISTES sur le comité de stratégique

23 août 2013

Du point de vue des turfistes, deux différences fondamentales séparent  les rapports Augereau et Dupont.
Le rapport Augereau respecte les turfistes qui font vivre toute la filière. Il estime qu’ils en font partie. Il propose de les intégrer dans les organisations hippiques pour que leur point de vue soit pris en compte. Cela rejoint l’attitude constructive de l’Association Nationale des Turfistes, manifestée depuis sa création il y a seize ans.

LE POINT COMMUN DES AMOUREUX DES COURSES

18 août 2013

Le week-end dernier, nous évoquions “l’affaire Pasquier”, mettant en évidence les abus de pouvoir des commissaires de France-Galop. Excès d’autorité diront les plus modérés, mais quelle que soit la manière dont on le qualifie, ce système est en décalage total avec la démocratie et donc avec les règles en vigueur en France. Alors un système qui avait privé un entraîneur (Yann-Marie Porzier) de travailler pendant plusieurs années, de l’exposer à la Une d’une certaine presse -complice ou bernée- comme un “trafiquant de stupéfiants” pouvait-il survivre ? Oui, puisqu'après la réhabilitation de l’entraîneur cantilien, plusieurs années plus tard, rien n’a bougé, rien n’a changé. Les entraîneurs, pris dans le cercle infernal de la multiplication des courses n’ont pas ou peu réagi. Il est vrai qu’un système bien organisé, oû les nominations et le cooptage gouvernent, a su mettre en place un “filet de sécurité” au sein même des groupements professionnels, notamment côté entraîneurs avec des profils bien particuliers et proches du pouvoir en place.

Les suites de l'affaire STEPHANE PASQUIER

17 août 2013

Stéphane Pasquier a vu son appel rejeté par France-Galop qui persiste et signe : bien que la Commission médicale de la société mère précise que le jockey n’est pas consommateur de substances prohibées et que son contrôle positif est dû à une contamination, les commissaires ont confirmé la suspension de trois mois ferme (14 août au 14 novembre), ce qui a provoqué une première réaction des jockeys, avant le départ du quinté de jeudi: tous arboraient au visage un masque, symbole d’une protection contre la contamination involontaire. Pour justifier l’injustifiable, les commissaires et France-Galop ont publié les attenduts de leur jugement inique, n’hésitant pas à déballer des détails de la vie privée du jockey, se mettant ainsi au piètre niveau des paparazzis et autres requins étalant la vie privée des personnes...

STÉPHANE PASQUIER victime d'une suspension de 3 mois

10 août 2013

Les évènements. Le 11 Avril 2013, à Longchamp, Stéphane Pasquier se soumet à un prélèvement biologique qui révélera la présence de substances prohibées. Prélevé à nouveau neuf fois (entre le 26 Mai et le 8 Juin), les analyses révéleront l’absence de toute substance prohibée dans ces nouvelles analyses.

Le 27 et 28 Mai, deux tests capillaires sont pratiqués par deux laboratoires agréés. Tests qui révèlent tous deux que Stéphane Pasquier ne "consommait pas de substance prohibée durant les six derniers mois avant les tests".

Le 9 Juillet, la Commission médicale entend Stéphane Pasquier, qui nie toute consommation volontaire de la substance, mais qui apporte des informations complémentaires, d’ordre privé, qui expliquent l’hypothèse d une "contamination externe et par conséquent accidentelle". La Commission médicale, sur la base des constats et informations complémentaires, considère qu’il peut effectivement s’agir d’une contamination par contact avec une tierce personne, constatant que le jockey n'est pas être un consommateur volontaire de ladite substance. L'historique déresponsabilise par conséquent Stéphane Pasquier de toute faute volontaire, tout en mettant en évidence les doses infimes retrouvées. Tout cela aurait dû conduire les commissaires à une sanction d'avertissement (carton jaune) et non à une suspension (carton rouge) adéquat pour une infraction volontaire. 

Première réaction au RAPPORT “DUPONT”

03 août 2013

Le rapport du Comité Stratégique des courses hippiques a été remis mercredi 31 Juillet aux Autorités de Tutelle, ministères du Budget et de l’Agriculture. Pour le “Cercle Tourbillon” initiative internet de quelques passionnés très impliqués, semble-t-il, du côté des galopeurs, “C'est un jour noir pour le Galop Français”. Nous vous livrons ici cette première réaction dont je me sens finalement assez proche, ce Comité stratégique étant le fruit, ne l’oublions pas, de dirigeants censés se juger eux-mêmes... Une belle hypocrisie sur laquelle nous reviendrons. Laissons, dans un premier temps, la parole à ce Cercle Tourbillon.

INTERDICTION DE DEFERRER LES JEUNES TROTTEURS : une initiative qui doit n'être qu'un début

03 août 2013

Le fait marquant, pour les trotteurs en ce premier week-end  du mois d’aout est traditionnellement la découverte de la première course de 2 ans en région parisienne. Ce dimanche, ce sont les poulains qui vont ouvrir le bal avec une grande nouveauté, l’interdiction de déferrer et ce, jusqu’à la fin de leur année de 3 ans (fin 2014). On le sait, le déferrage pose depuis plusieurs années problème et ce, comme toujours, en raison de quelques  individualités qui ont abusé du système pour “artificiellement” augmenter le potentiel de certains chevaux, avec deux catégories particulièrement mises à contribution : les jeunes pour aller le plus vite possible sans respecter la nature et de ce fait les rentabiliser rapidement, et les chevaux plus âgés et limités, dont certains mauvais esprits devaient se dire “on prend ce qu’il y a à prendre”. Sans se poser de question... “Et quand ils casseront, ils casseront”.

“OFFREZ-MOI LA NOUVELLE CARRIÈRE QUE JE MÉRITE”

02 août 2013

Une place toute particulière cette semaine pour un sujet qui nous tient à coeur, à la rédaction, celui de la reconversion des chevaux toutes disciplines confondues et ce, avec un billet d'une passionnée de course et de chevaux, Morgane Le Gall, qui nous a écrit un papier bouleversant via son compte Twitter.

On sait que France-Galop avait fait un effort tout particulier, créant un partenariat avec la Ligue française de protection du cheval (LFPC), en proposant, optionnellement (hélas) aux propriétaires de contribuer, à hauteur d’un infime pourcentage sur les gains, d’aider cette ligue de reconversion. Une initiative qui n’a pas été jugée possible par les trotteurs,  très gros fournisseurs de camions en direction des abattoirs, même si certains, trop peu nombreux, font leur possible pour tenter d’assurer une seconde vie à leur retraités, ou à ceux que la nature n’a pas dotée de suffisamment de moyens pour gagner leur vie en course. Nous reviendrons régulièrement sur cet aspect, indissociable d'une bonne image des courses. Et de ce côté, nous sommes, malgré les effort des France-Galop, qui n’ont hélas pas été suffisamment suivis par les propriétaires, bien loin du compte. C’est un vaste chantier, il est vrai, mais si les dirigeants veulent redorer le blason des compétitions hippiques, il va falloir s’y attaquer et cesser de pratiquer la politique de l’autruche...

L'histoire qui nous est relatée icii nous a touchés et montre que bien des passionnés font leur possible. 

LA FILIÈRE EN DANGER ? APRÈS AVOIR ACCUMULÉ LES FAUTES GRAVES, LES DIRIGEANTS VONT ALLER PLEURER...

23 juillet 2013

Les temps vont être assez compliqués pour les activités hippiques, en raison de multiples facteurs. Contrairement à l'excuse "bateau" évoquée par les dirigeants, la crise n'est pas la première cause. En effet, par temps difficiles, et depuis que les jeux existent, ont sait que c'est l'un des secteurs qui résiste le mieux, pour une raison simple : plus les perspectives sont négatives, plus la population cherche à se sortir des difficultés en misant un peu, dans l'espoir de changer le quotidien. D'ailleurs, la FDJ a battu tous ses records en 2012. Alors pourquoi pas le PMU ? Tout simplement en raison des erreurs stratégiques qui ont été commises et que nous avons été les seuls à mettre en lumière. Plutôt que de réfléchir, en concertation avec toutes les branches, y compris la presse qui connaît le milieu et la clientèle depuis deux ou trois décennies, les dirigeants ont cru les sirènes qui leur disaient qu'en augmentant l'offre, les enjeux suivraient dans des proportions suffisantes pour maintenir une croissance nécessaire à la bonne activité des sociétés de courses, qui assurent le spectacle toute l'année. Non seulement c'était faux,

CONTRAIREMENT AUX APPARENCES, LES ENJEUX RÉVÈLENT UN GRAND MALAISE...

19 juillet 2013

Le communiqué officiel du PMU, publié la semaine précédente, sur les résultats du premier semestre d’activités offrait deux lectures. En voici les grandes lignes : “Légère décroissance de l’activité hippique en france” , “Forte dynamique de croissance de l’activité hippique internationale” , “pmu.fr conforte sa position de leaders des jeux en ligne. Suivi de notre analyse :  à lire ce communiqué, on pourrait croire que tout va plutôt bien dans un monde extrêmement difficile ; pourtant...

LA TRANSPARENCE PASSE PAR UNE PRESSE INDÉPENDANTE : cyclisme vs hippisme

01 juillet 2013

Lance Armstrong, déchu de ses sept victoires dans le Tour de France, a dans l'édition du journal Le Monde, fait quelques déclarations fracassantes à la veille du départ de l'édition 2013 qui a lieu aujourd'hui. Pour l'ex-coureur américain, "Il est impossible de gagner le Tour de France sans se doper". Force est de reconnaître qu'à la lecture du palmarès, notamment des deux ou trois dernières décennies, les noms qui figurent ou figuraient avant disqualification aux premières places de cette épreuve reine ont de quoi faire pâlir. La plupart ont été convaincus de dopage lourd. Entendons-nous bien. On parle de pratiques qui améliorent la performance comme l'oxygénation du sang (E.P.O), les corticoïdes, les anabolisants, les amphétamines, et non des soins dont ont besoin les sportifs pour ne pas ressentir les douleurs. Et c'est là que le rapprochement avec les courses hippiques peut être fait. Il est d'ailleurs curieux de constater que ces deux sports (courses et cyclisme) revendiquent haut et fort d'être le sport le mieux surveillé en matière de dopage.

LES COURSES HIPPIQUES DOIVENT RESTER UN SPECTACLE

22 juin 2013

 Les courses se ringardisent à vitesse grand V et si nos génies penseurs continuent  de croire que tout ce qu'ils mettent en œuvre est une réussite, alors il n'y aura rien à espérer. Pourtant tout n'est pas à jeter, bien au contraire. La journée de dimanche dernier, à l'occasion du Prix de Diane, en témoigne. Quand de gros efforts sont faits (concert d'une chanteuse populaire, beau programme de courses, épreuve phare prometteuse), les spectateurs répondent présents et même si les 47.000 personnes recensées par France-Galop n'étaient évidemment pas seulement venues pour les courses, ils étaient là, et certains auront pu ainsi capter la passion qui règne autour de grandes réunions. Et pourquoi pas être séduits et revenir... Alors est-ce de cette manière que l'on peut espérer renouveler un peu une clientèle qui commence à faire cruellement défaut au quotidien ?

DOPAGE : système organisé ou propriétaires bernés ?

26 mai 2013

Ce ne sont finalement pas 15, mais finalement 22 chevaux qui ont été décelés positifs aux anabolisants en Grande-Bretagne, dans l’une des écuries appartenant à l’Émir Al Maktoum. Tous chez l’entraîneur Mahmood Al Zarooni dont celui (ENCKE) qui avait battu le champion CAMELOT dans le Saint Lèger l’an dernier... 

CANAL+ : RÉVÉLATIONS AUTOUR DU JEU DANS LES MILIEUX SPORTIFS ET HIPPIQUES

20 mai 2013

“SPECIAL INVESTIGATION” : ENQUÊTE SUR LES “PARIS” SOUS INFLUENCE...

Lundi 13 mai, sur Canal+. Diffusion d'une enquête sur le monde des jeux d'argent en France dans le cadre de l'une des émissions vedettes de la chaîne "SPECIAL INVESTIGATION". Son titre, "Football, Poker, Chevaux, des paris sous influence" donne le ton. Cécile Allegra enquête sur les milieux de jeux d'argent avec comme thème principaux le foot et les courses hippiques...

Vous pouvez retrouver le différé de cette émission sur le site CANAL+ en tapant 

special investigation canal foot chevaux

sur moteur de recherche (google)


Lettre ouverte à Monsieur Yves Dreux

01 mai 2013

Cher Monsieur,

Vous avez très récemment refusé de vous exprimer dans les colonnes du journal quotidien Le Veinard, au sujet des chances de l'un de vos représentants (Séguinel Mabon), reprenant ainsi à votre compte l'attitude d'autres de vos -heureusement- très rares confrères en opposition à la presse. Mais contrairement à l'un des plus illustres entraîneurs de galop, André Fabre, qui boycotte le bloc média dans son ensemble (ce qui n'en est pas moins regrettable), vous avez choisi, Monsieur Dreux, de n'exclure que Le Veinard en expliquant à l'un de ses reporters, fort courtoisement d'ailleurs, ce qui est à mettre à votre crédit : " Au Veinard je ne veux pas parler ! Vous avez des journalistes qui sont des journalistes de pacotille Je ne parle pas à ce journal-là…". Le ton était donné. Alors, Monsieur Dreux, quelle mouche vous a donc piqué ?