Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

LES RAISONS D’ÊTRE TRÈS INQUIET...

01 décembre 2013

Pourquoi s’inquiéter autant pour l’avenir des courses alors qu’il y a des athlètes, chevaux et jockeys ou drivers de grande qualité en France, probablement même les meilleurs au monde dans les trois spécialités? Les professionnels exercent pour la plupart leur métier “la tête dans le guidon” ayant pour préoccupation principale la compétitivité de leurs athlètes, les chevaux. Ils ont même avalé de grosses couleuvres comme celle qui consistait à leur faire croire qu’il fallait qu’il fasse des sacrifices insensés pour aller courir partout et tout le temps, au détriment parfois de leur sécurité, mais aussi de leur capacité à amener au mieux, et avec régularité leurs pensionnaires...

Les sociétés de courses hippiques creusent leur propre tombe...

23 novembre 2013

On l’a répété cent fois mais nos têtes pensantes, en dehors de constater les dégâts qu’ils nient être les conséquences de leur politique, continuent d’accumuler au jour le jour des erreurs stratégiques ou techniques créant un manque à gagner financier mais aussi de portée médiatique, ne sachant pas vendre ce qu’il y a de mieux, comme pris dans une spirale de l’échec dans laquelle ils continuent de tourner en rond. Après le lundi où les galopeurs ont maintenu le Quinté dans une épreuve de niveau médiocre, alors que Vincennes pouvait offrir une compétition de qualité (qui ne fut pas même Pick5...), après le non choix du Prix de Belgique (voir édito), on constate quasiment chaque jour des aberrations plus ou moins dévastatrices en terme d’enjeux.

Un vainqueur rétrogradé puis réhabilité... et les parieurs trinquent !

17 novembre 2013

À ne pas vouloir balayer devant leurs portes, les sociétés de courses ont provoqué le malaise dans lequel elles se trouvent, à bien des niveaux. Au niveau des modifications de résultats après interventions des commissaires, cela fait des années que nous dénonçons les incohérences (toutes spécialités) qui auraient pu être évitées, avec un peu de jugeote, de compétence, et de transparence. Au lieu de cela, les instances ont toujours prôné la politique de l’autruche, refusant de modifier quoi que ce soit à leur fonctionnement d’un autre siècle. Et cela ne s’arrange pas. Comme le mois dernier à Auteuil avec .... TURIAMIX

Commencer par entretenir les hippodromes existants

16 novembre 2013

et bien ACCUEILLIR le public ! LA MOINDRE DES CHOSES...

À croire Bertrand Bélinguier, la construction d’un nouveau Longchamp, et par conséquent la destruction de l’actuel, serait impérative, notamment pour des raisons de vétusté et de sécurité. Mais quand on laisse tout à la dérive, n’est-ce pas créer la cause qui devient l’alibi ?

FRANCE GALOP : double langage, fautes politiques, préjudices économiques...

09 novembre 2013

Le malaise est grand dans le milieu du galop, en proie à de grandes difficultés dans différents domaines. Il y a tout d’abord les enjeux, fortement à la baisse, lesquels provoquent un besoin de réduction des dépenses... Si du côté du trot, bien que tout ne soit pas parfait, on n’est suffisamment prudent pour voir un peu venir, du côté des galopeurs, on n’a visiblement pas les moyens de ses ambitions. C’est un secret de polichinelle, les enjeux se maintiennent bien mieux au trot qu’au galop.

SAUVER LES COURSES ? PEUT-ÊTRE DÉJÀ TROP TARD...

08 novembre 2013

On le voit depuis quelques semaines, ce que nous annonçons depuis plusieurs mois, et qui n’est que le fruit de l’analyse objective de la réalité, est en passe de faire entrer les courses hippiques dans une période crise sans précédent, les enjeux étant catastrophiques depuis cet été. Nous l’avons déjà expliqué à maintes reprises, mais les enjeux florissants, à partir du début des années 2000, et jusqu’à 2009, ont été dus essentiellement au remarquable travail réalisé sur la technique et l’informatique par les équipes du PMU.

RÉFLEXIONS D’UN TURFISTE PASSIONNÉ (2ème partie)

31 octobre 2013

Comme France Galop semble aimer les comparaisons, prenons l’exemple d’un plombier sur une mauvaise tuyauterie. Tout explose, tout est à refaire. On fait alors établir plusieurs devis, on prend son temps, on sollicite des avis... Mais avant toute chose ne lui demande-t-on pas d’arrêter la fuite d’eau (courses à midi -rejet unanime-, paris sur épreuves médiocres et peu dotées à l’étranger -risque de corruption-, etc...) et avoir accès au logement dans les meilleures conditions (se rendre sur l’hippodrome...) ?  En dehors de la facilité d’accès, combien de réunions en région parisienne dans l’année désormais ? Dans le temps, on pouvait aller aux courses presque tous les jours si on le souhaitait. Désormais, on a déshabillé Paul pour habiller Jacques.

LE COMBAT “NONANT ENVIRONNEMENT” CONTRE “GDE”

26 octobre 2013

Longuement évoquée dans ces colonnes il y a plusieurs mois, le scandale écologique de l’affaire de la décharge de Nonant-le-Pin ne cesse de défrayer l’actualité. Alors que l’on pensait les choses bien avancées pour les défenseurs de cette cause, il y eut un retournement de situation cette semaine qui pourrait obligé (enfin !) les politiques du plus haut niveau à intervenir. Le week-end dernier, les responsables de la filière équine et tous les leaders de cette noble cause avaient voulu être sur tous les fronts. Ils étaient à Auteuil et à Caen où tous les professionnels arboraient un badge en faveur des terres de Nonant-le-Pin et donc contre l’implantation de cette décharge à ciel ouvert.

Communiqué de l'Association Nationale des Turfistes

24 octobre 2013

" L’engagement pris récemment par les sociétés de courses de réaliser des économies sans précédent (50 millions d’euros par an) pour continuer à bénéficier de l’aide de l’Etat doit forcément conduire à réexaminer les grands projets en cours ou à venir, à l’aune de cette nouvelle donne. A cet égard, l’Association Nationale des Turfistes réclame un droit d’inventaire sur l’utilisation de l’argent des parieurs, plus particulièrement dans trois domaines : le nouveau Longchamp, Le quotidien Geny Courses, les paris sportifs et le poker.

COURRIER DE LECTEUR : les nouvelles prises de vue sur Equidia

16 octobre 2013

Avant un dimanche qui s’annonce de toute beauté à Auteuil, un mot sur les images fournies sur ÉQUIDIA lors de la réunion disputée mercredi sur ce même hippodrome. Nombre de lecteurs nous ont fait part de leur mécontentement tout à fait légitime sur certaines prises de vues.

COURRIER DE LECTEUR : "J’avoue être désabusé par les courses et leurs arrivées"

06 octobre 2013

" D’habitude et depuis longtemps je joue en jeu simple et surtout en couplé. Depuis quelques temps je joue en quarté et quinté mais c’est une erreur. Comme hier, voir des chevaux de valeur prix d’Amérique et qui ne rendent pas 25 mètres, pour moi c’est un non-sens, voire un scandale (NDLR : notre lecteur fait référence au Grand Prix Anjou Maine, mercredi, dans lequel, entre autres, ROXANE GRIFF, peu sollicitée, a terminé... 6è du quinté devancée par son compagnon d’entraînement très inférieur, SNOB DE CORDAY...). J’ai encore l ‘impression qu’on se fiche de moi, et cela devient de plus en plus fréquent et compliqué.

IL N’EST JAMAIS TROP TARD, QUOI QUE...

24 septembre 2013

Lors d’un conseil d’administration de France galop la semaine passée, la société, via son Président Bertrand Bélinguier, a fait part “d’entretiens qu’il avait eus avec des représentants de la filière hippique en Allemagne, en Belgique et en Espagne et de perspectives de développement importantes pour l’activité des courses françaises dans ces pays, notamment dans les deux premiers“. ENFIN ! Nous préconisons en effet depuis longtemps cette piste essentielle pour l’avenir des courses en France, à savoir faire jouer les grandes nations européennes sur les courses françaises.

LETTRE OUVERTE AUX DIRIGEANTS DES COURSES: programme et horaires

07 septembre 2013

Messieurs les dirigeants, du trot, du galop, et du PMU, vous serait-il possible, ne serait-ce qu'un instant, de descendre un instant au sous-sol de votre échelle des valeurs, là où vous pourriez entrevoir quelques instants vos "clients", les passionnés de courses ? Vous auriez ainsi l'occasion d'essayer de comprendre pourquoi votre politique de fuite en avant est vouée à l'échec. Je l'ai déjà dit, écrit, mais les arguments utilisés, bien que jamais contestés, ne semblent pas devoir être entendus. Mépris ou égo si surdimensionné au point de faire vôtre la devise  "Mieux vaut  persister dans l'erreur plutôt que de la reconnaître ?" Pourtant, l'accumulation des fautes politiques à un coût et les enjeux en forte baisse encore lors du mois de juillet ne sont que le fruit de ces maladresses grossières. Notamment celle consistant à insister avec les courses de midi, concernant les réunions phares.

LES COURSES FILENT UN MAUVAIS COTON

24 août 2013

Le mardi 20 août dernier, le Directeur technique de la Société du Trot a communiqué sur la réouverture, la veille, de Vincennes en ces termes : " Rentrée de Vincennes  : des champions sur la piste,  une fréquentation en hausse, des enjeux en progression de 8%... ". Tout va donc très bien dans le meilleur des mondes ! Et c'est en propageant ce genre de discours que le PMU et les Sociétés de Courses essayent de rassurer les médias, pour la plupart autistes, les acteurs socio-professionnels, pour un grand nombre la tête dans le guidon, et les Ministères de tutelle dont les rôles et comportements de certains directeurs de cabinet ressemblent davantage à celui d'une passoire qu'à celui d'un filtre qui serait pourtant indispensable pour ne pas tout laisser faire...