Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

GDE : OÙ SONT PASSÉS LES DÉCHETS ULTIMES ?

18 mars 2014

 L'un des dirigeants et héritiers du fondateur de la société Dauphin (GDE), Guillaume Dauphin, a été entendu comme témoin dans différentes affaires concernant la société GDE. D'après l'un des avocats du groupe de traitements des déchets "aucune charge n'a été retenue contre lui". En revanche, le président du directoire, Bruce Monnier, ainsi que la société GDE (en tant que personne morale) ont été mis en examen, début février, pour "complicité d'escroquerie" dans le pesage de déchets, a signalé récemment le parquet du Mans (source AFP). Une mise en examen qui a pour conséquence “la mise sous contrôle judiciaire”, a indiqué le procureur de la République, Joëlle Rieutort. Ils sont soupçonnés de pratiques frauduleuses dans le pesage de métaux dont la société était destinataire, à partir de 2011, a-t-il été précisé.

LA SÉPARATION DES MISES PMU “INTERNET” DU RÉSEAU EN VILLE

15 mars 2014

VA AVOIR DES CONSÉQUENCES DÉSASTREUSES SUR LES COURSES

En octobre dernier, dans le cadre d'une procédure ouverte devant l'Autorité de la concurrence par Betclic Everest Group, le PMU a proposé de séparer les mises qu'il enregistre au titre de ses activités de paris hippiques «en dur» (points de vente physiques : bar-tabac, maisons de la presse…) de celles qu'il enregistre au titre de ses activités de paris hippiques en ligne (Pmu.fr). Betclic dénonçait en particulier le fait que le PMU, titulaire d'un monopole légal sur les paris hippiques «en dur», mutualise les mises qu'il enregistre à ce titre avec celles qu'il enregistre sur son site de paris hippiques en ligne. Ce faisant, “le PMU renforcerait considérablement l'attractivité de son offre de paris hippiques en ligne, au point de menacer l'existence de ses concurrents.”  

Le parieur, toujours la dernière roue du carrosse...

09 mars 2014

Les nouvelles règles d’écurie appliquées par les sociétés de courses concernant le jeu simple gagnant sont insensées, on l’a vu à plusieurs reprises depuis quelques mois. Pourtant, aucun dirigeant ne semble vouloir aborder la question. On le sait, la règle n’impose désormais ce “couplage écurie” de deux chevaux en jeu simple que quand ils portent la même casaque. Une aberration ! On a vu des concurrents de mêmes propriétaires (MAGIC RIO et AMERICAN PICK dans un Quinté) courir, et l’un d’eux gagner sans être “couplés”! Il y eut d’autres cas.

Tribune Libre de notre confrère Jean-François PRE

16 février 2014

“Dans une récente intervention, M. Germond, Président du PMU, qualifie l’émission «Courses et paris du jour», diffusée sur TF1 à 20 h 40 jusqu’à la fin 2011, de «bruit de fond». Je lui donne entièrement raison. Noyée dans le bain des microprogrammes qui se bousculent entre la fin du JT de vingt heures et la météo, cette émission, dont j’avais la responsabilité éditoriale au sein de la chaîne, était effectivement devenue un bruit parmi tant d’autres, sur fond de hennissements. Un bruit qui, de surcroît, n’avait aucune valeur informative. Je tiens simplement à préciser que si cette émission a perdu toute son originalité, le PMU en est largement responsable.

Voir la vérité en face, se recentrer sur les fondamentaux et les turfistes

16 février 2014

Nos dirigeants sont extraordinaires de mauvaise foi. Plutôt que d’accepter de regarder ce qui cloche dans un système d’un autre siècle, ils rejettent toujours les responsabilités sur des facteurs extérieurs. À commencer par les sociétés de courses. Leurs carences techniques en matière de jeu leur fait très souvent choisir des courses sans intérêt et ils sont persuadés qu’en créant leur propre organe de presse écrite (Gény-Courses), après avoir créé une chaîne télé, cela suffira à compenser. Ils en sont encore à croire encore que la méthode Coué, qui consiste à dire que tout va bien et à faire présenter les courses par des “attachés de presse” qui n’hésitent pas à toutes les qualifier d’intéressantes pour tromper le public, va encore fonctionner longtemps. Ils se trompent, lourdement. Les turfistes, les vrais, quittent le navire peu à peu, que ce soit dans les points courses ou pire encore, sur les hippodromes...

PROMOUVOIR LE SPORT HIPPIQUE

31 janvier 2014

Le Prix d’Amérique, remporté par MAHARAJAH a suscité nombre de réactions, et vous retrouverez mon analyse “sportive” en fin de semaine, comme chaque samedi dans la rubrique “Libre Opinion”. Mais sur le plan promotion des courses et médiatique, les trois jours que nous venons de vivre m’inspirent quelques réflexions. En effet, Le Trot présente ce week-end comme exceptionnel... Et pourtant. Samedi, le programme était commun. Légère tromperie médiatique par conséquent, surtout avec un Quinté disputé dans une épreuve de très faible niveau. “La faute au manque de partants dans le relevé Prix du Luxembourg” oppose ceux qui accusent volontiers la fatalité.

Les sociétés de courses toujours pas à la hauteur...

19 janvier 2014

On le constate régulièrement, tout pourrait aller beaucoup mieux si les sociétés de courses faisaient le job aussi bien que les autres acteurs principaux. Chaque semaine, on pourrait écrire une page de “flops” liés à la désorganisation des sociétés-mères de courses, à des décisions injustes, voire partisanes, à une lutte anti-dopage faussement sécurisante, etc...

Hommes, chevaux et pmu font le job !

19 janvier 2014

Dans ces rubriques empreintes de transparence, je m’efforce d’être objectif. Si certains ne comprennent pas que de mettre le doigt et l’encre sur les imperfections du système c’est pour qu’il se porte mieux, c’est dommageable... Aussi, même si le chiffre d’affaire du PMU en 2013 peut paraître inquiétant, si comme je l’ai démontré les excellents chiffres des années 2000 à 2009 sont dus à des progrès techniques et non à l’inflation des courses et des jeux, force est de reconnaître que le PMU a, ces derniers mois, sous l’influence de son Président, accompli un remarquable travail de développement à l’étranger, entendez par là la possibilité pour des joueurs hors frontières de jouer sur les courses françaises. Ce sont sans aucun doute et sans chauvinisme les plus belles du monde par leur homogénéité, et les seules capables de présenter des compétitions de haut niveau dans les trois spécialités, tout en étant remarquablement mises en valeur et en images par une chaîne, Équidia, qui leur est dédiée. Atouts déterminants et pourtant sous-exploités jusqu’à présent. Je l’ai écrit il y a plusieurs années et l’on ne peut donc que se réjouir de l’orientation annoncée lundi par Philippe Germond, invité de “Equidia Turf Club”.

Règles d'écuries modifiées... pour devenir injustes

19 janvier 2014

Si tout pourrait aller mieux aux courses, les sociétés de courses, de par leur incompétence dans bien des domaines, sont bel et bien le maillon faible dans l’organisation et ce, sur de nombreux plans. Nous traiterons ici des écuries au jeu simple gagnant qui, malgré nos avertissements, ont été modifiées ces derniers mois pour désormais être totalement incompréhensibles et injustes !

L’image des courses doit être au cœur des débats !

17 janvier 2014

S’il est un point sur lequel tous les passionnés de courses sont d’accord, c’est sur le fait qu’elles doivent conserver leur public et éventuellement attirer une nouvelle clientèle. Cela va de pair avec une activité au moins stable, sinon croissante, afin de préserver ce savoir-faire de la plupart des professionnels des courses françaises, et cette qualité de nos élevages qu’ils soient trotteurs ou purs-sang. Afin de faire perdurer ce spectacle magnifique que nous apprécions tous, il faut  que ceux qui ont en charge l’organisation des courses se posent les bonnes questions. Comme celle de l’image, qui doit être au cœur des débats...

Chiffres d’affaires des jeux : la F.D.J. progresse... les courses en recul !

15 janvier 2014

Voilà un titre qui devrait interpeller nos dirigeants. Alors que les responsables de la politiques des courses hippiques incriminent la crise économique pour expliquer les mauvais résultats 2013, voilà que la Française des Jeux annonce, elle, sur le même créneau du "jeu-loisir" un C.A. à la hausse, confirmant ce que l'on savait déjà, à savoir qu'en cas de crise économique, le secteur jeu est un refuge dans lequel le public retrouve l'espoir de "mettre un peu de beurre dans les épinards", voire de “toucher le gros lot”. Les très bons résultats de la F.D.J. sont la preuve que la baisse des enjeux hippiques ne peut être attribuée à ce facteur général, mais bel et bien à la politique des courses hippiques en France. Comme nous l'écrivons depuis plusieurs années, attribuer les très bons résultats, en terme d'enjeux hippiques bruts, des années 2000 à 2009, à la politique inflationniste du nombre de réunions, de courses, et de paris par course, est une contre-vérité.

COMPORTEMENT SUSPECT DES COMMISSAIRES À CAGNES !

04 janvier 2014

On peut chercher sous tous les angles à redonner l’envie de jouer aux parieurs, à retrouver une nouvelle clientèle, il n’y aura aucune piste exploitable si l’on ne commence pas par offrir un spectacle et des jeux au dessus de tout soupçon. Évident me direz-vous? Et bien hélas pas pour tout le monde, et notamment pour ceux qui ont la responsabilité de ce créneau si sensible, les dirigeants de sociétés de courses et les commissaires, les uns nommant les autres... C’est le premier point noir ! On le voit hélas trop souvent, certaines décisions sont incompréhensibles et ont pour effet de laisser planer un doute, soit sur la compétence des commissaires, soit, ce qui est encore plus grave, sur leur indépendance. Il ne nous appartient pas de juger si ces doutes sont justifiés mais en revanche, il est de notre rôle de relever des faits ou décisions qui laissent un goût amer aux parieurs -dont nous sommes le relais certains l’oublient un peu vite-. 

DOPAGE : FAUT-IL LAVER LE LINGE SALE EN FAMILLE ?

07 décembre 2013

Le célèbre entraîneur britannique Gérard Butler, qui avait notamment présenté victorieusement ELUSIVE CITY dans le classique Prix Morny (G1) fin août à Deauville, a été suspendu pour dopage avéré par les autorités hippiques anglaises. Il a été reconnu coupable de sept chefs d'accusation dont celui d'avoir fait subir un traitement de stéroïdes anabolisants à certains de ses représentants. La suspension est de cinq ans... On se souvient qu'en France, un jeune entraîneur de trotteurs, a été lui aussi reconnu coupable d'utilisation de tels produits dopants. Il avait nié bien évidemment car c’est ainsi en France, que l’on s’en sort le mieux, aucune enquête n’étant menée, en amont, pour mettre les “accusés” en situation de flagrant délit. 

LE DERNIER A DÉNONCER LA SPIRALE INFERNALE ?

02 décembre 2013

Même s’il n’en reste qu’un, dans les médias, à oser dire la vérité sur les chiffres des enjeux des courses depuis plus d’une décennie, à savoir que la hausse des années 2000 fut totalement mécanique (notamment grâce à l’excellente évolution du système informatique du PMU) et que les deux grandes trouvailles des dirigeants (hausse de l’offre de jeux et hausse du nombre de courses) a eu bien plus d’effets pervers que d’effets positifs, je serais celui-là...

Certains, parmi les dirigeants des sociétés de courses, parmi les cooptés socio-professionnels, auraient exprimé l’idée de marginaliser l’auteur de ces lignes... Comme le disait une chanson célèbre “Celui qui dit la vérité doit être exécuté...”

À ces “génies” qui ne trouvent pas d’autres solution à leur médiocrité que la censure de celui qui les observe objectivement, je répondrais qu’à ne pas vouloir regarder cette vérité en face fait, et va faire, des dégâts considérables.