Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

PEUT-ON CONTINUER COMME CELA ?

05 septembre 2015

Au trot, deux communiqués ont récemment attiré notre attention... Tout d’abord un avis plutôt mystérieux concernant Yohann Lebourgeois “interdit de monter dans toutes les courses du mercredi 9 au samedi 12 septembre en raison de son comportement envers le public”. À notre connaissance, c’est une première et montrer que l’on commence à se soucier des spectateurs présents sur l’hippodrome est positif... Le second communiqué concerne Jean-François Mary. “Une amende de 250 euros lui a été infligé pour avoir tenu des propos incorrects et injurieux envers les commissaires et les juges aux allures”.

AVE AVIS sans les fers, c’est un autre...

04 septembre 2015

* 07/06/2014 à Vincennes : AVE AVIS “DP” première fois contre l’attaque du surdoué  ARLINGTON DREAM et gagne facilement...

* À l'automne 2014, il est contraint plusieurs fois de rendre 25 mètres et ne se montre pas très incisif, parfois très joué (8/1 à Laval avec JMB le 12/11/2014...).

* 29/01/2015 -“DP” à Vincennes 2700 GP : il gagne devant ALIÉNOR DE GODREL, LIONEL (tiens tiens...) et ATHÉNA DE VANDEL...

* 22/02/2015 - Ferré à Vincennes : il termine 6è malheureux

L’avenir des courses passe par des programmes réfléchis !

08 avril 2015

Quand on évoque l’avenir des courses, bien des pistes peuvent être envisagées. L’une d'elle, que nous évoquions il y a plusieurs saisons, et qui a été reprise par certains -c’est qu’elle n’est pas mauvaise, semble-t-il- serait, vu la banalisation des courses hippiques, mais aussi vu les grandes possibilités de loisirs désormais offerts dans notre ère moderne, de diviser les courses en deux parties distinctes. Courir en semaine pour maintenir le mieux possible la recette, avec une concentration, du lundi au vendredi, de programmes de routine, afin de satisfaire les amateurs de courses version “flambe”, qui ne se soucient guère du sport, ni de la hiérarchie, espérant même pour certains, des arrivées compliquées pour des rapports élevés ; c’est un angle à respecter. En revanche, le week-end pourrait servir à concentrer les programmes de très haut niveau. 

L’heure du bilan aurait-elle sonnée ?

02 décembre 2014

Nous voici entrés dans le dernier mois d'une année 2014 qui s'annonçait catastrophique pour les courses, contrairement à ce que voulaient croire les amateurs de miracle, ou ceux qui avalent comme des couleuvres les présentations ou espérances tronquées des dirigeants de l'institution. On peut donc commencer à tirer un bilan mais une page, que dis-je, un journal entier n'y suffirait pas… On va donc procéder en plusieurs étapes… En commençant par la conclusion d’un  constat : certains dirigeants aiment davantage le pouvoir que les courses. Ils semblent simplement y avoir trouvé un pré carré dans lequel le statut associatif leur permet de régner ; ils ne laissent le pouvoir qu’à ceux qui peuvent l’acheter ou le consolider. 

La confiance commence par la transparence...

23 novembre 2014

Nous y sommes, Vincennes entre dans le vif du sujet. Après encore un Quinté de haut niveau samedi dernier, où, même si le favori ATHOS DES ELFES a été battu, il n’a pas réellement déçu, prenant une bonne deuxième place, plus qu’honorable. Il n’en est pas de même de tous les favoris ou chevaux en vue dans les “événements”. Et cela sans que les commissaires ne s’en étonnent. Ainsi, on avait vu A LOLA extrêmement décevante dans un quinté provincial (déjà battue dans le dernier tournant), être au départ ensuite du prix de l’Élevage sans qu'aucune explication n’ait été demandée... À l’inverse, il y a des révélations qui laissent sans voix, comme celle de OIBAMBAM EFFE, le lundi 17. 

Pourquoi il ne faut pas jouer sur les modeste réunions étrangères…

19 novembre 2014

Le dimanche, le PMU nous propose désormais un programme de courses, en fin d’après-midi, sur des épreuves de trotteurs américains, à Yonkers... Alors qu’il faudrait se recentrer sur les fondamentaux et redonner l’envie de jouer sur les courses françaises, nos dirigeants persistent dans la fuite en avant qui consiste à faire jouer sur tout et n’importe quoi. En effet, tout comme nous le faisons pour d’autres réunions étrangères modestes, nous ne vous proposerons pas de pronos sur des courses sans références solides, sans garanties suffisantes... Pour nous, le pronostic, c’est un métier. 

Une décentralisation sans queue ni tête !

11 novembre 2014

ON MARCHE SUR LA TÊTE. Cela fait quelques saisons maintenant de cela, il a été décidé, côté galopeurs notamment, jusqu’alors très concentré sur “Paris”, de décentraliser afin, disait-on, d’offrir aux provinciaux la possibilité d’organiser des courses de bon niveau, et par conséquent aux spectateurs de voir des chevaux d’un niveau supérieur à la moyenne. Force est de constater qu’il s’agit là d’un échec total. Même si quelques exceptions ont eu lieu, cette politique, menée sans discernement (comme d’habitude serait-on tenté de penser), a mené à des situations ubuesques... Et le pire, c’est qu’aucun dirigeant n’a eu le courage ou la clairvoyance, soit d’y mettre fin, au minimum d’en corriger les effets secondaires. Comme par exemple le simple constat du nombre de partants... Cette année 2014 aura été une catastrophe en terme de quantité... 

Frilosité ou incapacité ?

27 octobre 2014

Vendredi, nous avons assisté à une grande première, un Quinté disputé hors de France -en Belgique- mais fort heureusement avec des trotteurs français et des drivers bien connus, même si certains étaient en concurrence à Vincennes, on se demande bien pourquoi. Que l’on ne vienne pas objecter une quelconque solution de substitution au cas où l’on aurait manqué de participants dans la course prioritaire. Il suffisait de croire au projet à fond et de mettre en place un programme riche de plusieurs épreuves de qualité à Mons et le risque était nul. En faisant preuve d’une telle frilosité, on a pris un autre risque, celui de se priver de quelques pilotes vedettes retenus à Vincennes -dont Jos Verbeeck-... À quoi bon ? 

MESSIEURS LES PRÉSIDENTS...

08 septembre 2014

L’INTÉRÊT GÉNÉRAL N’EST-IL PAS PRIMORDIAL ?

Cela fait plusieurs saisons que dans ces colonnes, nous mettons en évidence les “actes manqués”, les fautes de “communication”, les règles inadaptées qui font fuir les parieurs plus qu’elles ne les rassurent... Pourtant, rien ne change. Messieurs des sociétés de courses (Le Trot et France-Galop), vous restez campés sur vos positions défensives et vous poursuivez une politique qui fait totalement abstraction du joueur... oubliant que c’est votre seul client, votre seul moyen de subsister. Messieurs du PMU, vous en faites de même, à une nuance près : vous ne considérez que le joueur d’instinct,  et vous faite abstraction du joueur “intelligent”, celui qui est venu aux courses comme support d’un jeu où l’analyse, la réflexion, la recherche, peut donner des clés qui ouvrent des portes. Ces clés qui permettent de trouver  des solutions à des problèmes au terme d’une belle compétition sportive.  Vous semblez avoir ignoré totalement ce joueur, pour ne considérer que celui qui fait uniquement confiance au hasard.

UN DÉFICIT SUR TOUTES LES CLIENTÈLES

05 septembre 2014

Le PMU est allé chercher, depuis quelques années, une clientèle non spécialisée, une clientèle "hasardeuse" dans tous les sens du terme. Je l'ai maintes fois commenté, c'était une erreur monumentale sans offrir en contrepartie des garanties à la clientèle "intelligente" des courses, le noyau dur qui joue en analysant les données. Ce type de parieurs, qui jadis composait une majorité (en masse d'enjeux)  des joueurs de courses est devenu minoritaire pour de multiples raisons. Notamment le développement du nombre de jeux et de courses qui ne pouvait que conduire à un affaiblissement des masses et donc, des rapports ; c'est aussi vrai que 1+1 font 2 et pourtant, certains hauts dirigeants l'ont contesté… Ces joueurs, par définition "intelligents" ont donc fini par comprendre que diminuer leur masse était impératif afin de ne pas jouer "contre leur argent".

LA TÉLÉVISION GÉNÉRALISTE EST UN RELAIS ESSENTIEL

01 septembre 2014

Dimanche, nous avons encore vécu un moment de courses qui sort de l’ordinaire, avec le Prix de Diane. Il s’annonçait spectaculaire et ouvert, il le fut, même si la lauréate, AVENIR CERTAIN a surclassé l’opposition à l’issue d’une accélération finale époustouflante, qu’elle a su (c’était le seul doute à son sujet) placer aussi bien autour de 2.000 mètres que sur les 1.600 de le Poule d’Essai qu’elle avait déjà remporté de la même manière.

COURRIER DE LECTEUR : Triste constat d’un turfiste d’expérience...

31 août 2014

" Félicitations au sujet des articles très pertinents que vous produisez mais il semblerait que cela n'entame en rien la boulimie de sabordage qui anime les dirigeants principaux des sociétés de courses, ainsi que ceux du PMU. Je me suis décidé à vous écrire en raison des  tristes chiffres publiés par un autre quotidien concernant le GNT disputé récemment sur l'hippodrome d'Agen. La comparaison avec le GNT du Sud-Ouest 2013, disputé à Toulouse, démontrait une baisse sérieuse du PMU (-12,9%), du Pari Mutuel Hippodrome (-22,2%) ce qui n'est pas rien. Encore plus fort, la fréquentation a baissé de 60% !

HOURRA OURASI !

21 juin 2014

S’il est un trotteur qui méritait sa statue à Vincennes, c’est bien OURASI. Évidemment, ceux qui ont vu et connu d’autres trotteurs de légende comme GÉLINOTTE, JAMIN  ou ROQUÉPINE,  diront pourquoi pas eux ? Peut-être tout simplement car la “communication” n’avait pas la même valeur à leur époque... Cette “com”   aujourd’hui essentielle à la bonne santé d’une filière. Hélas, on l’écrit souvent dans ces colonnes, les messages publicitaires autour des courses sont la plupart du temps navrants, désolant et malheureusement sans portée. Un comble...

SILENCIEUX JUSQU’À LA MORT DU PETIT CHEVAL ?

07 juin 2014

CIRRUS DES AIGLES est un ambassadeur exceptionnel pour les courses, tout comme l’était avant lui READY CASH, mais toujours rien de particulier sur lui pour faire la promo des courses en France. S’il y avait un service événementiel autour de l'hippisme, on aurait par exemple fait en sorte que Vincennes ne débute plus à Midi, heure où les turfistes déjeunent mais plus tard dans l’après-midi. On aurait pu ainsi, par exemple, échanger les deux réunions de trot et faire courir Agen à l’heure du déjeuner ; quitte à sacrifier une réunion ou deux (il y aura aussi Feurs !) à cet horaire décalé autant que ce ne soit pas la principale.