Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

1 2 3 4 5 6 7 8

LE QUINTÉ ET SES RÈGLES DÉPASSÉES

16 janvier 2016

Le sujet fort est développé ci-dessous, suite à l’affaire qui devrait secouer le milieu des courses, à savoir une tricherie qui mériterait que l‘on se pose, en haut lieu, les bonnes questions. Mais c’est d’un sujet qui, quoi que plus léger est également important que je veux évoquer. Il concerne les trotteurs qui vont vivre ces prochaines semaines de grands événements, avec dimanche la dernière course qualificative au prix d’Amérique, le “Belgique” qui sera de support au Quinté. Le Quinté, ce jeu qui fait, ne l’oublions pas, la grande, très grande partie des ressources du PMU et qui n’a toujours pas été réformée.

TRICHERIE AVÉRÉE D'UN ENTRAÎNEUR DE GALOP

15 janvier 2016

AFFAIRE DE JEUX ? L’ASSOCIATION NATIONALE DES TURFISTES DEMANDE UNE ENQUÊTE APPROFONDIE !

L'affaire concerne un entraîneur qui a triché sur le poids porté par un galopeur, en retirant le tapis de plomb compensatoire du poids du jockey avant la course, et en le remettant juste avant de rentrer aux balances, après course. Une différence d’une quinzaine de kilos dans l’affaire mise à jour, qui s’est traduite par une victoire et de gros investissements au PMU sur ses chances vu la cote ! Une escroquerie qui n’a pas été traitée à la hauteur de l’événement, confirmant “l’omerta” qui règne dans notre secteur. Mais les parieurs ne sont pas dupes et ne pas vouloir faire toute la lumière sur cette affaire, sur le plan du jeu -via le PMU- est une erreur stratégique qui a des effets sur la confiance, donc sur les enjeux, comme cela avait été le cas lors d’une grosse affaire de course PMU truquée à Mons en 2013, que les autorités n’avaient pas pris en compte pour les joueurs, gagnants ou perdants... 

DE GRANDES INTERROGATIONS AUTOUR DES COURSES ET PRISES DE PARIS À L’ÉTRANGER...

09 janvier 2016

LES ORGANISATEURS ET LA FILIÈRE DOIVENT LA TRANSPARENCE

J’avoue ne jamais m'être véritablement penché sur certaines réunions proposées par le PMU à l’étranger, à partir du moment où elles n’offrent aucun intérêt sportif de bon niveau, comme c’est le cas la plupart du temps avec des courses de chevaux inconnus, sans références ni performances, souvent dans un autre hémisphère avec des données techniques floues ou inexistantes. D’ailleurs, je me demande comment des soi-disant journalistes hippiques peuvent couvrir de tels programmes, en faisant mine de penser que ces compétitions sont intéressantes alors qu’elles ne sont là que pour faire du chiffre (si peu que le dégoût engendré par les résultats est plus négatif que les quelques enjeux qui en résultent...) et dont le bilan à long terme est catastrophique. 

LE CHANGEMENT, ÇA “URGE”...

02 janvier 2016

La semaine passée, sous ce même titre, nous avions évoqué quelques grosses bourdes des dirigeants... comme malheureusement trop souvent tout au long de l’année. Une liste malheureusement loin d’être exhaustive concernant la politique générale des courses :

LE CHANGEMENT, “ÇA URGE”... (Bis)

26 décembre 2015

Si l’arrivée de nouveaux personnages au sein des deux comités du trot et du galop donne donc un peu d’espoir (voir ci-contre), les dégâts sont tellement nombreux que la tâche pour remonter la pente, paraît aussi ardue qu’un rendement de cinquante mètres. Pas insurmontable... mais presque ! Nous avons, durant cet automne mis le doigt sur plusieurs éléments du code (trot-galop), du règlement du PMU ou de l’organisation des courses qui ont contribué à faire partir nombre de parieurs de base, ceux qui assuraient la recette et aussi ceux qui par leur passion communicative faisait acte d’un prosélytisme qui va beaucoup manquer dans le renouvellement de la clientèle. Il est évident qu’au point où nous en sommes il n’y a plus de temps à perdre, il va falloir réformer, vite... Et éviter les grosses bourdes qui pourtant s’accumulent.

QUELQUES NOTES D’ESPOIR... ET DES COMPTES À RENDRE!

20 décembre 2015

Depuis plusieurs mois, les passionnés que nous sommes tentons de faire entendre raison sur l’avenir... ou la mort partielle programmée des courses hippiques. Nous avions notamment alerté, il y a deux ans, avec le soutien de l’Association Nationale des Turfistes, Stéphane Le Foll de la dérive programmée des finances des institutions hippiques, notamment via le dossier “Gény-Infos” pour le moins douteux dès l’origine : le GIE (composé on le rappelle du Galop, du Trot, et du PMU) avait acquis cette société extrêmement déficitaire dans des conditions peu transparentes. Le ministre avait alors été surpris... Promettant qu’il allait regarder ce dossier d’un peu plus près.

DES COMPARAISONS QUI FÂCHENT...

19 décembre 2015

Il y a eu, le week-end dernier, des courses classiques à Hong Kong, où les chevaux français ont échoué malgré leurs qualités intrinsèques. Mais c’est surtout la manière dont sont organisées les courses là-bas qui retient l’attention en termes de politique des courses... Notre confrère Claude Piersanti l’a rappelé sur un réseau social, où il livre toujours d’excellentes infos,  Hong Kong c’est 83 réunions à l’année pour un chiffre d'affaires de 12 milliards... En France, on nous vente (à tort) l’intérêt d’avoir multiplié l’offre jusqu’à quatre réunions par jour en moyenne, pour moins de 10 milliards d’enjeux avec donc près de... 1.500 réunions !

SÉPARATIONS DES MASSES : PREMIÈRES CONSTATATIONS

13 décembre 2015

Le sujet d’actualité c’est la séparation des masses intervenue depuis jeudi, avec le turfiste-joueur qui se retrouve quelque peu prisonnier. En effet, il y a donc désormais deux réseaux concernant les jeux et rapports PMU. D’une part la ville (les points de vente et autres café-courses) + le téléphone (comptes téléphoniques), de l’autre l’internet. Le premier récolte environ 85% des enjeux, la masse conséquente, le reste pour le réseau “e” avec ses jeux PMU désormais affublé de la petite lettre symbole du réseau : “e.Quinté”, “e.Quarté”, etc... Après quelques jours de rapports publiés, on a pu évidemment observer certaines discordances qui vont considérablement dérouter les parieurs, voir les irriter ou les dégoûter.

TÉLÉ : LES COURSES ENCORE RÉTROGRADÉES !

10 décembre 2015

La spirale de l’échec continue. Alors que tout le monde s’accorde à dire que l’une des raisons de la mise à l’écart des courses hippiques du paysage est due au fait que la télévision ne lui accorde plus de place majeure (la faute là encore à des dirigeants qui ont laissé la situation se détériorer sans réagir), on annonce en cette fin d’année le non renouvellement de l’accord de diffusion des courses, le week-end, sur France 3...

ANALYSE ET COMPARAISON AVEC LE SPORT !

05 décembre 2015

* Il s'agit là d'extraits de cette lettre envoyée au président de France Galop et plusieurs noms de chevaux ont été fournis dans ce courrier, pour des exemples catégorisés en deux parties que nous qualifierons soit en termes de "progression stupéfiante", soit en termes de "régression spectaculaire". Signalons également, en complément, ce que nous avons dénoncé à de nombreuses reprises : en cas de contrôle positif, la Police des Jeux (dépendant de la police judiciaire n'est jamais prévenu avant que toute la procédure n'arrive à terme. Comment voulez-vous qu'ainsi, d'éventuels réseaux soient mis à jour ?

DOPAGE : LETTRE D’ÉLEVEURS À FRANCE-GALOP...

05 décembre 2015

Monsieur le Président de France Galop,

De plus en plus d'entraîneurs, lads, propriétaires, éleveurs, turfistes, journalistes, journaux, sites internet, voire reportages TV relèvent notamment deux faits :

- trop de chevaux ayant changé d'entraînement à l’issu d’une course à réclamer (vente quasi sans recours) ou non, voient (rapidement) leurs performances, soit (bien) meilleures soit (bien) inférieures *.

- des différences importantes entre les codes des courses Trot et Galop rédigés par les deux sociétés mères, approuvés par la même autorité de tutelle respectivement en janvier 2014 et en avril 2015.

Beaucoup d’observateurs s’étonnaient de certaines performances...//...  Depuis six mois, les plus imaginatifs ont trouvé l’explication, l’absence de vraie lutte face aux nouveaux produits dopants, indécelables.

Aussi, Monsieur le Président de France Galop, nous vous demandons :

LES PARIEURS EN COLERE, communiqué sur la disparition des guichets

02 octobre 2015

[26/09/2015]. Le mercredi 12 août de nombreux turfistes qui s'étaient rendus à Enghien à l'occasion de la journée des turfistes avaient manifesté leur colère devant le manque de guichets mis à leur disposition. La direction du Trot a justifié le plan actuel de disparition progressive des guichets par la masse salariale excessive attachée à l'ancien système. Mais le remède ne va-t-il pas être pire que le mal ? Ne pouvait-on pas trouver d'autres solutions ? Ne va-t-on pas faire fuir une partie de la clientèle, en particulier les turfistes qui ne veulent pas entendre parler des bornes de paris ? Si les hippodromes continuent de se vider, il ne faut pas oublier qu'UN SPECTACLE SANS SPECTATEURS est vide de sens et ne saurait être viable très longtemps. Suite à la décision de supprimer les guichets (ou plutôt le personnel) qui coûtaient trop à l’institution, c’est devenu (officiellement) effectif sur le terrain il y a une dizaine de jours.

Les ministres valident le projet du “nouveau” Longchamp

01 octobre 2015

[19/09/2015]. Ils ne “veulent” ou ne “peuvent” entendre la vérité ? QUE FAUT-IL FAIRE ?

Tout le monde, dans le milieu des courses se pose la question ? Côté sportif, cela ne va pas trop mal même si certaines règles aberrantes ont fait pour certaines et font encore pour d’autres, des dégâts dans les rangs parieurs. Au point que ce que nous annonçons depuis des mois est maintenant une réalité : les enjeux s’effondrent et il ne suffira plus de “petites réformes” pour inverser la tendance. Nous y reviendrons avec des propositions concrètes.

En attendant, les chevaux et les hommes continuent d’assurer le spectacle, et quel spectacle ! Les galopeurs nous ont envahis de bonheur et d’émotion dimanche dernier avec les “préparatoires” à l’Arc... NEW BAY, le 3 ans français le plus doué, a confirmé les formidables impressions laissées. Sur 1.600 mètres (2è) dans la Poule d’Essai en refaisant le champ de course ; sur 2.100 mètres dans le Jockey-Club en surclassant ses adversaires, et dimanche sur 2.400 en se baladant dans le “Niel”, il est vrai sans opposition à sa hauteur, le prometteur ERUPT n’allant pas un mètre dans le “lourd”. Et puis il y a TRÊVE, qui n’a pas de qualificatifs à sa hauteur tant elle impressionne ! Pourtant, l’heure est au pessimisme après l’annonce de la validation de Longchamp par les ministères de tutelles, qui ont donc choisi de croire les sirènes aux promesses intenables, plutôt que l’analyse lucide de certains  observateurs ou acteurs. Parmi ces derniers, voici ce que l’Association des Entraîneurs Propriétaires, dont le Président est Mathieu Boutin, a initié cette année. Ils doivent être bien découragés mais n’ont perdu qu’une bataille...

COMIQUE QUI S'IGNORE...

12 septembre 2015

Cette semaine, un point de vue de Dominique de Bellaigue, Président du Trot (et candidat à sa réélection) a quelque peu interpellé. Et n’a pas manqué de provoquer nombre de réactions, sur les réseaux sociaux ou autres... Personnellement, je me suis tout d’abord demandé comment un homme avec de telles responsabilités peut encore faire des propositions, quelles qu’elles soient, avec un tel passé ? Aurait-il oublié que lors de différentes interviews non démenties, il a par exemple parfois dénoncé la multiplication des réunions à toutes heures -en résumé, trop de courses tue les courses- et en parallèle,  avec les deux autres grands dirigeants des courses en France -Bertrand Bélinguier au galop et Philippe Germond ex-Président du PMU (remplacé depuis peu par son second Xavier Hurstel) avoir été parmi les “grands décideurs” qui ont validé les nouveaux programmes surchargés de courses et de jeux, lesquels ont non seulement tué les rapports, mais aussi l’intérêt de la compétition pour les turfistes...