Bibliothèque HIVER 2011/2012 des actualités hippiques

Retrouvez toutes nos présentations et commentaires des courses hippiques publiées les mois précédents.

Hiver 2011 / 2012

 

Cliquer sur le mois souhaité pour y accéder directement

 Novembre 2011                                      

READY CASH toujours au sommet

RÉSULTAT - 27 novembre 2011


Le week-end dernier, a eu lieu la première course “qualificative” au Prix d’Amérique qui se disputera fin janvier. On peut désormais la nommer ainsi car sans rendement de distance, une bonne chose, chacun est donc à égalité pour tenter de s’attribuer des points qui seront précieux pour ceux qui sont un peu “light” en gains. Rappelons que les six premiers du classement général seront pris d’office et qu’à chaque fois, on distribue (aux cinq premiers), 12 points au lauréat, puis 6 au dauphin, 4 au troisième, enfin 2 puis 1. À noter, certains nous ayant posé la question sur notre mail “planabere@yahoo.fr”, que si, parmi ces six, il y a des très riches déjà qualifiés par leurs gains élevés (par exemple READY CASH), cela ne libère pas de place supplémentaire. Ce sont donc les six premiers du classement aux points établis après les quatre “B” qualificatives qui seront retenus. Point final. Ensuite, un billet est également possible pour le lauréat du Critérium Continental (lettre T) qui se disputera le 25 décembre, puis pour le gagnant du Prix Ténor de Baune (lettre S) le 15 janvier. Si les six premiers aux points et ces deux qualifiés directement par une victoire sont présents fin janvier, il ne restera donc que dix places pour les autres. Des places qui vont être chères, tout en sachant que les gains sont majorés de 10% pour les 6 ans* (S), 20% pour les 5 ans (T), et 30% pour les 4 ans (U). Le décor et la mise en scène sont en place. Reste maintenant la distribution. Un acteur, que dis-je, une star, est candidat certain (sauf ennuis de santé) et déjà installé grand favori, c’est le tenant du titre, READY CASH. Il a survolé, samedi dernier, le Prix de Bretagne, histoire de marquer les esprits d’entrée de jeu. Quelle supériorité ! Le champion, admirablement drivé par Franck Nivard, a survolé les débats et devancé les excellentes ROXANE GRIFF (quels progrès !), LISA AMÉRICA et QUEEN’S GLORY. Fin novembre, on ne voit déjà plus quel trotteur français pourrait l’inquiéter fin janvier... Et son principal rival pourrait donc être le suédois MAHARAJAH (comme l’an passé) qui se prépare en scandinavie, venant d’effectuer sa rentrée.


 ÉLECTIONS FRANCE-GALOP

25 novembre 2011


PERCÉE DE FRÉDÉRIC DANLOUX ET DE SA LISTE

Cette liste indépendante, qui a osé mettre les problèmes d’organisation des courses sur la table,  a été récompensée de sa volonté de transparence et de changement en récoltant un nombre de sièges élevés lors des élections de listes à France-Galop. Quatre au total, une percée remarquable, dont deux chez les propriétaires ( Mathieu Boutin, François Doumen), un chez les entraîneurs (Frédéric Danloux) et  un autre chez les éleveurs (Élizabeth Doumen). Un résultat spectaculaire qui semble montrer que les conservateurs en tout genre ont été bousculés. Logique vu la conjoncture et les fautes commises à différents niveaux dans la politique des courses depuis quelques années. Un résultat qui a notamment placé la liste de Frédéric Danloux en tête dans le collège des “entraîneurs”, obtenant 119 voix contre 80 à la traditionnelle liste de l’Association des Entraîneurs (Christiane Head-Maarek). Un résultat sans appel après un incident qui avait opposé ces deux listes concurrentes, la dernière nommée ayant déposé un recours le 14 novembre, estimant qu’une infraction au Code Électoral avait été commise en lançant des invitations par courrier électronique pour des diners-débats. Elle demandait purement et simplement l’invalidation de toutes les listes des l’Association des Entraîneurs-Propriétaires ! Une demande rejetée par la commission électorale de France-Galop.

 GALOP ET TROT : RICHE ACTUALITÉ SPORTIVE

Samedi 14 novembre 2011


L’actualité passée et à venir est si riche qu’il est difficile de tout traiter. Coup de chapeau à GOLDIKOVA qui passe ses dernières heures dans l’écurie de Freddy Head, à Chantilly, après sa magnifique troisième place aux États-Unis pour la dernière sortie de sa carrière. Non seulement, elle n’a pas démérité, mais elle a même été héroïque en se défendant courageusement après avoir fait illusion. Comme aime à le rappeler Freddy Head : “Je suis heureux qu’elle quitte la compétition sur une belle prestation. C’était important après un tel palmarès et les grands plaisirs qu’elle nous a procurés. Elle reste un peu à l’écurie pour faire la transition avant d’aller au haras de ses propriétaires et d’être saillie par Galileo. Je peux vous garantir qu’elle m’aura marqué, ainsi que tout ceux qui l’ont approchée. Et avant qu’elle ne parte, une plaque en son souvenir sera placée sur son box afin que son empreinte demeure.”

En obstacle, il a fallu déplorer la mort du champion KAP DREAM. Quelle terrible discipline qui perd encore un crack...

Au trot, le meeting d’hiver est lancé. Deux éléments majeurs ont été confirmés dès les premières réunions. Tout d’abord, les étrangers sont en tel retard de gains qu’ils viennent facilement cueillir les allocations des belles épreuves européennes, comme encore jeudi à Vincennes où ils ont pris les quatre premières places du quinté alors qu’ils étaient neuf au départ. Autre confirmation, la domination des hongres au trot monté. Après RAPIDE LEBEL à l’attelage, il y avait QUEMEU D’ÉCUBLEI et ROI DU LUPIN sous la selle ; il y a maintenant SOURIRE DE VOUTRÉ. Un véritable phénomène qui pratique la même tactique dont a souvent usé RAPIDE LEBEL, seul et devant à une allure que nul ne peut soutenir ! Impressionnant, comme nombre de pensionnaires de Franck Leblanc et notamment TCHAO DE L’OIRON, auteur d’une rentrée victorieuse à l’attelage mardi soir. Heureusement, ce dernier est entier et pourra, lui, aller affronter les meilleurs tôt ou tard...

 Décembre 2011                                      

NIVARD & RAFFIN dead-heat À L'ÉTRIER D'OR 2011

ACTUALITÉ - TROT MONTÉ - 23 / 31 décembre 2011

 

Chaque année, l'Étrier d'Or, qui consacre le jockey ayant remporté le plus de courses au trot monté à l'année, donne lieu à une lutte acharnée. 2011 n'échappe pas à la règle et nous allons suivre au jour le jour, à partir de ce 21 décembre, l'évolution de cette course aux points. Quatre jockeys sont en lice.  L'évolution jour après jour :

 

Vendredi 23 décembre, Franck Nivard a gagné avec Sourire de Voutré mais a été disqualifié dans les deux autres courses.

 

Samedi 24, Matthieu Abrivard a gagné deux courses... mais à l'attelage (notamment grâce au très doué Ut Vinière). Satu quo au trot monté...

 

Dimanche 25, Franck Nivard remporte le classique Prix de Vincennes avec le grand UTOKY. Il en profite pour marquer un nouveau point...

 

Lundi 26, statu quo. Regret pour Yoann Lebourgeois avec une deuxième place.

 

Mardi 27. Journée palpitante à Vincennes puisque les trois courses de la spécialité ont été remportées par des prétendants au titre.

C'est Matthieu Abrivard, quatrième du classement, qui fait la bonne opération avec deux belles victoires. Notamment avec Uncle Dryme avec lequel il effectue un numéro d'artiste, pour battre le favori Urfalino, qui venait de devancer... Utoky... Pas évident avant le coup. Deux points donc pour Matthieu Abrivard, qui a des regrets car le coup de trois était envisageable. Il était en tête à la sortie du dernier tournant quand Sirocco Jibace a pris le galop dans la 6ème... Cela a profité à Saphir de Cébé, monté par... Franck Nivard. Ce mardi soir, Éric Raffin est en tête avec un point d'avance sur trois dauphins. Une situation inédite à quelques jours, et une dizaine de courses du classement final !

 

Jeudi 29. Un seul des prétendants a tiré son épingle du jeu, Franck Nivard, en selle sur une favorite, Siria de Kerbiguet. Jument en gros retard de gains, elle avait de la marge pour gagner mais il n'en fut rien. Ce fut même très juste, car si les juges aux allures n'avaient pas été "tolérants" ou "incompétents", à l'intersection des pistes, elle aurait pu être disqualifiée sur une longue faute. Franck Nivard (qu'on ne peut être taxé d'être favorisé par les juges, la question n'est pas là) en profite pour grapiller un point extrêmement important à deux jours de la fin.

Le suspens reste entier !

 

Vendredi 30. Une de plus pour Franck Nivard qui, grâce à sa victoire avec le provincial Udaipur Elgé, remporte sa course quotidienne.

 Cela lui permet de prendre seul l'avantage avant le dernier jour. Une forte option qui le met notamment à l'abri d'un retour de Yoann Lebourgeois qui n'aura qu'une monte demain, samedi 31. Il sont donc encore trois prétendants...

 

Samedi 31, Éric Raffin gagne de bout en bout avec Torre Crepin la 1è et revient à hauteur de Franck Nivard.  Aucun des jockeys en lice ne remportera la dernière course de l'année en ce samedi et c'est donc finalement Franck Nivard et Éric Raffin qui seront Étrier d'Or, ex-eaquo. Deux heureux au lieu d'un au terme de cette course à suspense. 

 

CLASSEMENT FINAL 2011


F. NIVARD             56

E. RAFFIN             56

M. ABRIVARD         54

Y. LEBOURGEOIS    54 

 

Des trois gagnants possibles au soir du 30, seul Franck Nivard n'a jamais remporté le titre. Souvent malheureux les années précédentes (suspensions, accident) il mériterait d'enlever la palme, n'ayant rien à envier aux meilleurs. À chacun son favori.

Notre avis sans concession sur chacun de ces quatre cavaliers :

Matthieu Abrivard : le plus fin, le plus élégant à cheval. Il est celui qui fait le moins d'erreur et ménage le plus ses montures, s'étant bien assagi avec l'âge et l'expérience. Il ne gâche jamais une belle chance, au moins pour les places.

Yoann Lebourgeois : Un "cas". Il semble ne connaître qu'une tactique : "qui m'aime me suive" ou "devant et méchant". Il tire la quintessence de ces montures... qui ont parfois du mal à finir leur parcours. Mais c'est efficace, sur une course...

Franck Nivard : Une "main" exceptionnelle à l'attelé comme au monté où il parvient à garder au trot des chevaux très compliqués. Un artiste qui n'est pas sans rappeler le prodige qu'était Michel Gougeon, plus grand jockey de tous les temps version "ancienne monte". 

Éric Raffin : L'un des plus doués de sa jeune génération. Un peu chaud parfois, moins toutefois qu'en début de carrière, il monte très "aérien" et a parfois du mal à maintenir ses partenaires dans le dernier tournant, comme embarqué par la force centrifuge. Mais les chevaux soufflent durant ces quelques instants, et repartent toujours bien pour finir.

Quatre jockeys qui ont donc chacun leurs qualités. À vous de bien les marier jusqu'au 31 décembre au moins car ils vont être en quête de montes gagnantes et ne vont se faire aucun cadeau. Les parieurs peuvent en profiter. Soit en les mariant systématiquement (par exemple au couplé gagnant) soit en prenant en base les deux plus fiables, qui nous semblent être Matthieu Abrivard et Franck Nivard.

COMPORTEMENT DANGEREUX

Résultat 31 décembre 2011

 

0n a parfois assisté à des changements de ligne intempestifs mais force est de reconnaître que le record d'inconscience et de dangerosité a sans doute été battu dans le quinté du jour, le Prix de Bar-Le-Duc. Dans la montée, Quéroan de Jay est parmi les derniers, à la corde. À la faveur d'un décalage, il sort en deuxième épaisseur, sans gêner quiconque, mais se rendant compte que le wagon de troisième épaisseur semble en passe de bien progresser dans la montée, le driver Axel Lenoir décide alors de changer une nouvelle fois de ligne... mais cette fois cela va avoir de grandes conséquences. Sortant Pomerol de Laumac, qui était à sa droite, dans le wagon de trois, lui fauchant littérallement les pattes, il l'a déséquilibré et ce dernier n'a évité la chute que par miracle, trébuchant fortement. Scoop d'Yvel, qui était dans le sille de Pomerol de Laumac, a lui aussi failli tomber... Non seulement Axel Lenoir a eu un comportement dangereux vis à vis de ses confrères drivers, mais il a aussi faussé une course, un quinté, en mettant hors jeu deux chevaux qui s'apprétaient à venir disputer leur chance. Lamentable.

Là encore, on peut regretter le laxisme ambiant des commissaires qui, s'ils appliquaient des sanctions exemplaires en réponse aux comportements dangereux, seraient davantage craints, et les courses moins des parties d'auto-tamponneuses. Il serait grand temps qu'ils en prennent conscience, pour la sécurité des acteurs, et la régularité des épreuves.

CHAPEAU TIMOKO

Résultat 25 décembre 2011

 

J'avoue que j'étais dubitatif quant aux chances de TIMOKO dans le Critérium Continental ce jour. J'ai toujours eu peur qu'il ne paye un jour les courses dures à répétition depuis ses débuts. Il ne connaît qu'une tactique et cette manière de courir laisse des traces dans tous les organismes, le tout est de savoir quand l'addition se paye. Pas encore et tant mieux pour l'entourage, tant mieux pour le cheval et sa générosité fantastique, tant mieux pour les courses car contrairement à certains, TIMOKO et Richard Westerink ne jouent pas à cache-cahce ; ils sont "cash". Et c'est en patron qu'ils ont remporté ce Critérium Continental, prenant leur revanche sur KADETT CD, son vainqueur dans l'UET l'été dernier en Suisse. Des chevaux à la faculté de récupération exceptionnelle. D'autant que TIMOKO effectuait une rentrée, après avoir été contrarié par un virus (de Lyme, dû à une piqure de tique). Il avait subi un traitement antibiotique, et a d'entrée montré son vrai visage. Du beau travail. Maintenant, j'entendais samedi à Vincennes certains annoncer qu'il allait être un sérieux rival pour READY CASH le dernier diamnche de janvier. Même s'il faut respecter un champion de la trempe de TIMOKO, qui vient de passer la barre du million d'euros de gains à 4 ans, et qui assume le poids des courses, je suis de ceux qui pensent que la marche à franchir est encore très haute pour le Prix d'Amérique. 

Dans le classique "monté", le Prix de Vincennes, l'inexpérimenté UTOKY, d'une grande souche "Montesson" a confirmé son talent et son potentiel. Ce grand poulain n'est pas spécialement précoce mùais profite de la forme de son entraîneur Franck Leblanc, et des forfaits pour blessure des deux meilleurs "U" jusque-là, UPPERCUT DU RIB et UN GERGAUD. Le malheur des uns...

On attendait aussi du beau spectacle entre REACH DE VANDEL et ROYAL DREAM, on n'a pas été déçu. Le dernier nommé est venu chercher son rival à la fin en trottant ses derniers cinq cents mètres sur le pied de 1'08 et fractions... Superbe !

LE LIÈVRE OU LA TORTUE ?

Dimanche 25 décembre 2011


Programme ultra classique avec le Critérium Continental (attelé), Groupe I doté de 240.000 euros. Sur les quinze candidats au succès, neuf sont étrangers et certains ont déjà un sacré bagage. Il est probable que la course soit très disputée, mais aussi très rythmée en raison de la présence de certains pilotes faisant preuve de peu de discernement dans leur manière de gérer l'effort de leur partenaire. C'est notamment le cas du plus titré en France, TIMOKO (7), et du plus titré des scandinaves, KADETT C.D.(8). C'est donc loin d'être fait d'avance car certains de leurs rivaux sont associés à de plus fins pilotes. Dès lors, le choix est le suivant : uniquement la classe pure des trotteurs, ou le bon compromis entre la classe des chevaux et les fins pilotes. Lièvre ou tortue, pour parodier La Fontaine ?

Du beau spectacle également dans la 3è avec REACH DE VANDEL (305) aux limites inconnues, mais ROYAL DREAM (311), nous a tellement impressionnés à maintes reprises, qu'il reste notre préféré, même aux vingt-cinq mètres...

Au trot monté, les quatre prétendants à l'Étrier d'Or sont présents dans les deux courses qui leurs sont ouvertes, la 2è et la 5è, le classique Prix de Vincennes. Franck Nivard semble le mieux armé mais ces deux épreuves sont également très ouvertes...

 LES "PILOTES" D'ABORD

Résultat 22 décembre 2011

 

Dans le quinté de ce jeudi à Cabourg, le favori RADJAH DE L'ABBAYE (11) s'est enfin montré sage et a donc remporté, comme prévu, le quinté du jour à Cabourg. Quelle classe quand "monsieur" veut bien être docile. Deux chevaux réguliers ont pris les accessits, QUENTIN DE CAILLY et RÉCITAL D'ÉRABLE, tous deux bien drivés respectivement par Franck Nivard et David Thomain. En revanche, d'autres belles chances ont déçu... victimes de leurs pilotes.

On le sait, pour réussir aux courses, il faut le cheval, mais aussi l'homme. Ce jeudi, on en a eu la parfaite illustration avec l'assassinat de RAMBO CROWN, venu en troisième épaisseur après un tour et ne pouvant se rabattre ; il faut dire qu'il ne s'attendait pas à être contré, notamment par REG D'ERQUY, avec lequel François Lecanu a résisté, contré, sans jamais vouloir "reprendre". Résultat, si RAMBO CROWN s'est vite enlevé sous l'effort, REG D'ERQUY a lui appelé le "samu" un peu plus tard (à l'entrée de la ligne droite), complètement asphyxié malgré son courage. Il peut mieux faire, drivé plus sagement comme lorsqu'il était chez Jean-Paul Marmion. Le cheval doit regretter le bon temps...

L'un des plus chuchotté, QUEIROS VALLEMBRAS, a raté son départ, étant aussitôt fautif (et disqualifié) à la volte. À reprendre : il n'y a pas de fumée sans feu...

TÉNAREZE : belle et bonne !

Résultat 21 décembre 2011

 

Pierre Levesque n'aura pas attendu longtemps pour renouer avec le succès au sulky. Avec une pouliche prometteuse, TÉNAREZE, ils ont ensemble survolé les débats. La deuxième place pour l'autre Levesque, TOLIMA, devant TIFLOSA MESLOISE et TRINITY JIEL. Le Multi figurait dans notre sélection sur l'audio. La lauréate, encore en retard de gains, devrait confirmer sans problème, et très rapidement, ses bonnes dispositions et ses progrès. Elle a été ménagée jusqu'à présent et l'écurie récolte les fruits de la patience. Notre autre "coup de coeur" TANIA DE LOU, s'est montrée fautive à l'entrée de la ligne droite. Elle était en tête depuis un bel effort dans la descente et aurait à coup sûr disputé la deuxième place. A reprendre en confiance également, mais pour elle, la cote pourrait être belle la prochaine fois.

LA "BELLE" DU JOUR à Vincennes

Mercredi 21 décembre 2011

 

Sur le plan sportif, deux belles favorites dans la 2è, le Prix de Fustignac. Deux pouliches, parmi ces demoiselles de 4 ans prometteuses, nous semblent en net retard de gains et donc quelque peu "déclassées" sous la barre des 56000 euros. Il s'agit de TÉNAREZE (207) qui peut permettre à Pierre Levesque de savourer pleinement son retour en compétition comme pilote. Elle est en pleine forme, venant d'être malheureuse à deux reprises. Idem pour TANIA DE LOU (215) autre pouliche de belle origine, et encore perfectible. Sans incident et sans faute, ces deux trotteuses de classe devraient disputer la victoire.

Bertrand BÉLINGUIER élu Président

Lundi 19 décembre 2011


Le bruit circulait depuis quelque temps, le résultat des Élections à France Galop vient de le confirmer. Édouard de Rothschild a été battu, "éjecté" même. Lui qui a mené une calamiteuse présidence à la tête de France Galop (parmi les invraisemblances à mettre son actif, signalons simplement TRACCHUS, un procédé électronique pour suivre les courses sur un écran virtuel à Deauville qui a coûté au bas mot 500.000 euros, ou encore le changement de distance de certains classiques comme le Jockey-Club passé de 2400 mètres à 2100...) et qui méprisait les turfistes qu'il avait surnommé des "pelousards flambeurs", est arrivé troisième sur trois... Avec 8 voix, contre 14 à son Vice-Président sortant, Jean d'Indy, et 28 à Bertrand Bélinguier, qui a donc été élu au premier tour. Ce dernier a donc surclassé le lot. Il faut reconnaître que l'opposition était quelque peu faiblarde pour l'ancien président du PMU qui retrouve donc ici de hautes fonctions. Nous reviendrons prochainement pour analyser cette situation nouvelle à France-Galop, et sur les idées de Bertrand Bélinguier.

SCANDALE DIMANCHE A VINCENNES

ANALYSE  -  18 décembre 2011


SON ALEZAN ET QUIF DE VILLENEUVE

AURAIENT DÛ FAIRE ÉCURIE !!!

Certains "spécialistes" comme le Président de l'Union de la Presse Hippique, Stéphan Flourent, militent pour la suppression du système des écuries gagnantes au jeu simple. Aberrant !

Il faut ne rien connaître du ressenti d'un joueur confronté à l'injustice du cheval de l'écurie qui vient vous battre et ruiner votre investissement pour prôner une telle suppression. Malheureusement, certains dirigeants sont allés en ce sens, notamment les "trotteurs".

Résultat typique à l'arrivée du quinté hier à Vincennes où Quif de Villeneuve termine 3è à 4/1, le gagnant n'étant autre que Son Alezan à 22/1, même entraîneur, et copropriétaires en commun.

Pourquoi n'ont-ils pas fait écurie ? En raison de la nouvelle règle aberrante qui stipule que pour être en écurie les chevaux doivent porter la même casaque. On a rarement vu plus idiot règlement. Du coup, les parieurs ayant joué Quif de Villeneuve s'estiment lésés ?

À juste titre.


Drôle d'arrivée...

RÉSULTAT -  Dimanche 18 décembre 2011


Surprises dans le Quinté ! Le plus, en vue, SUD (8), s'est montré fautif au début, se retrouvant hors course. L'autre favori, QUIF DE VILLENEUVE (12) n'a pas amusé le terrain en tête mais a craqué pour finir, se classant troisième. C'est son compagnon d'entraînement, SON ALEZAN (4) qui après avoir bénéficié de son sillage, l'a emporté à 22/1 !!! C'est le sport mais les turfistes ont logiquement du mal à comprendre qu'ils n'aient pas fait écurie (voir ci-contre).

Le très sérieux ROBERT KEEPER (10) répond une nouvelle fois présent, terminant bon deuxième. RICIMER se classe quatrième de peu devant notre outsider POMEROL DE LAUMAC pas très heureux à la corde, cinquième à 32/1. 

TINTIN DE ROCHE confirme son talent

RESULTAT - 17 décembre 2011


Dans la belle "monté" du jour, à Vincennes, les deux meilleurs ont formé comme prévu le jumelé, avec le fils de Jet Fortuna, TINTIN DE ROCHE, qui a fait encore plus belle impression qu'en dernier lieu. Il a en effet cette fois perdu vingt mètres au départ sur une hésitation, ce qui ne l'a pas empêché ensuite de l'emporter très sûrement. Il franchit les paliers peu à peu mais son statut de hongre lui ferme les semi-classiques dont il a pourtant désormais la pointure ! Néanmoins, chaque engagement sera préparé avec soin.

TANGO DU LYS a pris sûrement la deuxième place, sans inquiéter le vainqueur. Lui aussi a du potentiel, surtout longues distances.

TROT: DU SPORT DANS 3 COURSES

Samedi 17 décembre 2011


Pas d'épreuve de très haut niveau ce jour à Vincennes, mais quelques épreuves homogènes où des chevaux susceptibles sont capable de causer de belles surprises s'ils sont sages.

 Côté sportif, deux sompétitions attirent l'attention. Au trot monté, la 3è, Prix de Rostrenen réunit des pointures semi-classique. Deux chevaux en progrès et encore perfectibles pourraient se disputer la victoire, TANGO DU LYS, remarquablement né (Quadrophenio l'un des meilleurs étalons français des 20 dernières années) et TINTIN DE ROCHE, compagnon d'entraînement du champion Quemeu d'Écublei. Ce TINTIN progresse et a quelques points communs avec son illustre aîné. Tout comme lui, il est entraîné par le très habile Frédéric Prat, qui gère de belle manière son effectif. Autre lien avec "Quemeu", TINTIN DE ROCHE est un fils de JET FORTUNA, étalon qui ne cesse de s'affirmer, ses rejetons ayant gagné plusieurs courses ces derniers jours à Vincennes, dont jeudi une de nos dernières minutes, UNIQUE QUICK (G:5,80) qui a fait belle impression.

Autre belle course ce samedi, le Prix de Reims. Hélas, seulement neuf participants mais c'est très ouvert. Pas intéressant pour le jeu, mais pour la compétition, notons les présences des susceptibles TISON MADRIK et SIMBA DE NACRE, qui peuvent gagner s'ils sont dans sages. À noter que le dernier nommé est drivé par Pierre Levesque qui fait son grand retour à Vincennes, le Tribunal Administratif ayant levé, en attende d'un jugement sur le fond, la suspension que lui avait infligée la SECF.

Du sport également dans le quinté du jour (15h08), la 4è avec la présence du très estimé ROYAL DREAM (17). Bien qu'ayant été retardé dans sa préparation par la toux, il devrait justifier sa position de favori tant sa marge est grande pour l'avenir. 

Arrivée Quinté vendredi  : 2-18-20-17-19

RESULTAT - 16 décembre 2011


Grosse surprise dans le quinté de ce vendredi à Vincennes, même si les favoris ont correctement tenu leur partie avec Quilian Joyeux (20), 3è et bon finisseur, Para du Perreux (17) 4è, qui confirme son retour en forme, et Quelle Attaque (19) qui a fait les extérieurs et a dû se contenter de compléter le quinté... par chance, car Panache de l'Iton, qui avait terminé 4è, a été disqualifié après enquête. Quartino (5) se classe sixième mais n'ont rien pu faire contre deux outsiders, Quediss du Biston (18), très énergique deuxième. La victoire est revenue à Peps des Pernelles (2) qui, très affûté, a dominé quasiment d'un bout à l'autre. Un cheval qui avait connu de gros ennuis de santé et donc assez peu couru.

DU BEAU SPORT CE VENDREDI

Vendredi 16 décembre 2011


Nouveau rendez-vous à Vincennes ce vendredi 16. Hier, ce fut un festival de nos analyses et pronostics, notamment sur notre audiotel. Outre le tiercé ordre (707 euros) et le quarté désordre grâce à notre outsider Rio d'Habern (3è à à plus de 170/1), nous avions aussi en dernière minute, à l'heure du déjeuner, deux infos du Plateau de Gravelle : Royal du Lys (309) et Unique Boy (901), tous deux gagnants à 4/1 et 5/1.

En analyse "sportive", ici, nous avions mis l'accent sur Sangoten, un "coup sûr" dans les trois. Il n'a pas déçu, n'étant devancé qu'à la toute fin, par Snob de Corday.

Aujourd'hui, pas d'épreuve phare mais un quinté ouvert, qui devrait encore être spéculatif. Un quinté à 20 partants dans lequel on peut éliminer, a priori sans trop de risque, les N° 7, 11, 12, 13 surclassés ou pas affûtés. Les conseils de jeu sur notre audiotel.

La course la mieux dotée du jour est la 3è, au trot monté et va permettre de voir en piste deux juments de 5 ans qui "déménagent". Elles sont douées, efficaces, et bien engagées. SOIE DU HOULBET (8) et SOANA DU LEVANT (9) devraient donc donner du fils à retordre aux candidats masculins de l'épreuve. Un bon couplé de favorites...

REUSSITE SUR AUDIOTEL

RESULTAT - 15 décembre 2011


Bon résultat sur l'audiotel où notre deuxième base (derrière Sangoten) était Snob de Corday vainqueur à plus de 30/1...

Le couplé G : 99,50 (pour 1,5) en deux !

Le trio 246,45 pour un jeu réduit de 7,50e

Et le Multi en 7 (35,10).

 

Le lauréat, admirablement drivé par Pierre Vercruysse, est venu ajuster Sangoten, qui a longtemps fait illusion, sur le poteau.

DE NOMBREUX VISITEURS POUR CONTRER SANGOTEN

Jeudi 15 décembre 2011


Pas de course majeure ce jeudi à Vincennes, mais un programme hippique homogène. Qualitativement en dehors du quinté, le Prix d'Evrecy (2è course à 14h20) retient l'attention, notamment par la très forte participation étrangère. Sept des concurrents sont entraînés en Italie, Allemagne ou Scandinavie. Deux autres sont entraînés en France mais d'origine "hors frontières", soit neuf concurrents sur les dix huit au départ. Néanmoins, un français attire l'attention : SANGOTEN (216). Il a beaucoup d'atouts dans son jeu, son entourage n'ayant pas caché avoir visé cette épreuve. Bien placé aux gains, retrouvant Eric Raffin, sur un parcours qu'il apprecie, et déferré des postérieurs, il peut au moins prendre une place.

 

 

DU SPORT DANS LA 2è CE MERCREDI

Mercredi 14 décembre 2011 


Magnifique réunion hippique ce mercredi à Vincennes (R1). Le Quinté s'annonce spéculatif, et nous avons pour cela détecté quelques outsiders. Côté sportif, c'est la 2ème course qui retient notre attention. Le spectacle promet d'être de toute beauté, avec des 4 ans de grand avenir, notamment TCHAO DE LOIRON, qui vient d'effectuer une rentrée victorieuse impressionante, en devançant un sujet lui aussi d'avenir (Tiégo d'Etang). Il doit confirmer qu'il est une future vedette du trot français, n'hésitons pas à l'écrire. Autre sujet d'avenir, TITUS DE BAFFAY, dont la carrière est très bien gérée; il est monté progressivement en puissance, et il ne fallait -il ne faut toujours pas d'ailleurs- brûler les étapes avec ce cheval d'un modèle tardif. Il franchit donc les marches peu à peu et a les moyens de confirmer son dernier succès séduisant avec son entraîneur Anthony Dollion qui veut le "faire durer" à une époque où il y a beaucoup de "casse". Il a raison.

S'il est dans un jour faste, le "Meunier" TARAMIS D'AUBRAC peut aller loin. Toutefois, son entraîneur-driver aime imposer son rythme et il va y avoir du KO dans l'air avec la qualité de l'opposition... Raison pour laquelle la course s'annonce très spectaculaire, avec un ou deux outsiders qui pourraient profiter d'une éventuelle défaillance : TAFAIKO SAX (dernière minute de notre audiotel dans un récent Quinté, 2è à belle cote) , ou TREFLE PRECIEUX, lui aussi assez estimé.

Notre choix pour cette course de haut niveau : 12 - 7  Puis 3 - 9 - 10

Arrivée conforme à notre pronostic ce mercredi :

TCHAO DE L'OIRON a résisté à TITUS DE BAFFAY, héroïque jusqu'au bout.

Notre outsider TAFAIKO SAX termine 3è à 28/1

Le trio ordre plus de 46 € pour 1,50 €

SURSIS ET AMENDE POUR Y. PORZIER ET J.PH. DUBOIS

12 décembre 2011


Le tribunal d’Alençon vient de rendre son jugement dans l’affaire de soi-disant dopage et affaires de jeux  concernant plusieurs personnes, dont les entraîneurs Yann-Marie Porzier (galop) et Jean-Philippe Dubois (galop-trot). Contre toute attente, les charges étant pour le moins discutables, le premier nommé a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour "infraction aux règlements sur  le commerce ou l'emploi de substances vénéneuses" et "mise sur le marché d'un médicament vétérinaire non autorisé". Il a été relaxé de l'accusation d'importation de produits illicites. Jean-Philippe Dubois a lui été condamné à 10 mois avec sursis et 10.000 euros. La partie civile, la société de courses France Galop, a obtenu un euro symbolique de dommages et intérêts. Les prévenus ont annoncé leur intention de faire appel et on les comprend. Ce dossier, qui à l’origine avait été annoncé comme l’affaire du siècle dans le milieu des courses, s’est en fait dégonflée au fil du temps. Reste à savoir pour quelles raisons les charges ont été retenues et les entraîneurs condamnés car, à notre connaissance, il ne s’agirait que de produits homéopathiques. On peut d’ailleurs imaginé que si un vrai produit dopant, type anabolisant avait été trouvé, les entraîneurs auraient été condamnés à de bien plus  lourdes peines. Alors ce jugement est-il surtout fait pour que la justice sorte la tête haute de cette affaire ? Que l’honneur soit sauf ? Pour empêcher aussi les accusés de réclamer des dommages et intérêts ? Pour cette raison notamment, les accusés ont fait appel de la décision. La question peut être posée après plusieurs années d’enquête, d’analyses, d’écoutes, qui ont coûté beaucoup d’argent au contribuable. En attendant donc le résultat de l’appel des condamnés, rappelons qu’au niveau des instances de courses, Yann-Marie Porzier est lui redevenu entraîneur après avoir été suspendu par France-Galop durant plusieurs saisons, ne pouvant exercer ni même se rendre sur les pistes et hippodromes. . Pour Jean-Philippe Dubois, il n’y eut aucune remise en question de sa légitimité d’entraîneur au trot, tous les chevaux de l’écurie étant entraînés officiellement par Philippe Moulin depuis le début de l’affaire, alors que Jean-Philippe Dubois a continué de driver en course. Alors, trop grand sévérité ou acharnement du côté de France-Galop ? Trop grand laxisme du côté de la SECF ? Ce qui est sûr, c’est que pour des faits semblables, on se demande comment une société (France-Galop) a pu considérer cela comme l’affaire du siècle, au point d’interdire un homme de travailler, et l’autre société (le trot) comme un non-événement. Et surtout comment la justice, face à un tel grand écart des sociétés responsables des courses en France, peut avoir  mis plusieurs années à communiquer ses résultats et son premier verdict...

CRITERIUM DES 3 ANS : MOUVEMENTÉ MAIS BEAU LAURÉAT

RÉSULTAT  - 11 décembre 2011


Dimanche, le Critérium des 3 ans a sacré UNIQUE QUICK (Prince d'Espace) et offert une nouvelle victoire à l'écurie Quick Star de Philippe Delon. L'entraîneur Franck Leblanc était au sulky, à la demande du propriétaire. Un trotteur très prometteur qui confirme donc de nets et réguliers progrès. Hélas, le succès a été quelque peu entaché d'une irrégularité de son driver, qui, en se rabattant dans la montée, a fait une erreur d'appréciation et "coupé les pattes" d'un autre favori UNICLOVE. Irrégularité qui, en raison d'un code, à notre avis laxiste, n'a été sanctionnée qu'en aval, le driver étant suspendu 4 jours. Sanction très légère compte tenu du standing de la course. D'ailleurs, elle se rapporte à une sanction "zéro" étant donné que Franck Leblanc, driver, est très rarement au sulky avec une première chance (il fait souvent appel à des pilotes). Parenthèse refermée. Revenons-en au vainqueur UNIQUE QUICK, qui remporte un Groupe 1 pour son premier essai à ce niveau. Il bonifie ainsi sa future carrière d'étalon. Derrière, on notera le bon comportement d'URAKI DES SARTS, seulement cinquième mais qui semble avoir, tout comme le lauréat, une belle marge de progression. Tous deux ont été ménagés jusqu'à présent. 

Sur le plan plus général des sanctions, on peut donc se demander si le message des commissaires est contestable ou non. Nous pensons qu'il l'est, dans la mesure où cela pourrait inciter un professionnel à mettre hors course un rival dangereux pour remporter une grande compétition. Ce n'est pas le cas ici, la faute étant involontaire mais au pénal, on distingue le meurtre (sans préméditation) de l'assassinat (avec préméditation)avec de lourdes sanctions dans les deux cas. Si dans le premier, la sanction est moins lourde, là, c'est un peu comme si la sanction était de 120.000 euros dans un cas, et de quatre jours d'interdiction (donc zéro euro pour pour un pilote rarement au sulky). Ce n'est pas responsable. Dommage pour les battus, et dommage aussi pour le vainqueur qui n'avait point besoin de voir son beau succès entaché d'une telle erreur.

 MARRE DU DÉFERRAGE !

1er décembre 2011  COURRIER COUP DE GUEULE


Un lecteur parmi d’autres nous a fait cette réflexion sur notre mail : “Entre les révélations inattendues et les favoris qui dégèlent, si les dirigeants attendent que les passionnés du trot désertent le navire, qu’ils continuent de laisser faire. La liste des ressuscités ou des envolées des déferrés est si longue qu’un journal n’y suffirait pas. Mais il y aussi la casse, voir le nombre de partants en baisse, et les favoris qui dégèlent, étant juste d’allures alors qu’ils sont pieds nus, comme RACHMANINOV SEVEN ou ROXANA DE BARBRAY jeudi. Si l’on ne peut même plus compter sur ce genre de chevaux, d’habitude fiables, il n’y a plus rien à espérer des courses !” Sans être aussi catégorique que notre lecteur, il faut reconnaître que ni l’analyse ni la constatation ne sont contestables. Et si les dirigeants du trot ne voient rien venir, en terme de désaffection des joueurs et de “casse” des chevaux, il y a fort à parier que les conséquences sur les recettes seront lourdes, à moyen et long terme. À bon entendeur...

 Janvier 2012                                      

AVANT PRIX D'AMÉRIQUE avec PHILIPPE ALLAIRE

Vendredi 27 janvier 2012 - 17h30 -


Rencontré à Vincennes, Philippe Allaire, copropriétaire du crack READY CASH nous a livré ses impressions avant le Prix d'Amérique, dans lequel son cheval va tenter le coup de deux, ayant gagné facilement l'an passé. Tous les feux semblent au vert mais rien n'est joué. Il respecte avant tout ses adversaires et parmi eux, en tout premier lieu le suédois MAHARAJAH. Un cheval qui physiquement est séduisant, mieux même que l'an passé quand il avait terminé deuxième, dans l'Amérique et le France de READY CASH. Cela promet. Le célèbre professionnel, s'il met donc en avant la candidature de son dauphin de l'hiver dernier, ne néglige aucun des rivaux qui se présentent à lui. "C'est un Prix d'Amérique qui s'annonce somptueux, un grand combat avec des athlètes au top". Grand amateur de sport et notamment de boxe, Philippe Allaire sait de quoi il parle. Tout comme son pote Pierre Vercruysse, que nous avons également rencontré, il pense que TIMOKO est un trotteur d'exception. "Maintenant, il va falloir qu'il soit dur pour résister à ses aînés, mais on ne connaît pas ses limites. C'est un autre facteur contribuant à faire de cette édition une course hors norme."

S'il ne néglige personne, Philippe Allaire, qui avait, on s'en souvient, confié READY CASH à Thierry Duvaldestin "afin qu'il change de vie, d'environnement, il en avait besoin étant proche de tomber nerveux. Thierry et son équipe ont eu du mérite, car le cheval devenait un vrai lion. Il fallait faire tomber la pression tout en le gardant affûté et croyez-moi, ce n'était pas évident".

Un des meilleurs entraîneurs français a donc su prendre la bonne décision pour la réussite du cheval. Du jamais vu dans le milieu. C'est une preuve d'intelligence mais aussi d'une humilité et d'une lucidité sans égales. Une décision qui a payé, READY CASH ayant réussi une deuxième partie de carrière aussi brillante la première où, rappellons-le, il a quasiment tout gagné à 2 3 et 4 ans, entraîné par lui...


"J'AIME BEAUCOUP ROYAL DREAM"

Pour en revenir à l'opposition, on a senti dans ses propos une grande estime pour ROYAL DREAM, le petit poucet de la course : "Je suis un fan de Jean-Philippe Dubois, un driver qui ne s'affole jamais, qui n'a jamais de lâcher de nerfs. C'est rare, très rare. Lui, vous pouvez être certain qu'il va bien démarrer, car son cheval est tout de suite sur la patte, très trotteur naturel. Et Jean-Philippe va ensuite courir pour son cheval, ne pas lui faire mal tout en assurant un lot pour être étalon ce printemps car vu son retard de carrière, il a besoin d'une performance dans un Groupe I. Vu sa classe, il peut aller avec les meilleurs, il l'a prouvé et pas seulement cet hiver. Souvenez vous l'an passé, il luttait avec READY CASH quand il s'est désuni dans une prépa du Prix d'Amérique 2011, le Prix Ténor de Baune des 5 ans. Tout en étant encore un peu tendre pour sa première au top niveau. Depuis, il s'est encore endurçi, il peut suivre tous les trains et va suivre le chemin de la corde, sans faire un pouce de terrain supplémentaire. En fait, il va attendre et courir pour une place avant tout. Et dans une course qui s'annonce explosive, c'est le meilleur moyen de ne pas dégeler." 

Ces propos intéressants d'un professionnel qualifié, laissent penser que ROYAL DREAM, quoi qi'il arrive est peut-être le coup sûr pour terminer dans le Quinté. C'est donc une base qui servira de socle à notre prono de dimanche. C'est certain.

LE CORNULIER SURVOLÉ PAR QUIF DE VILLENEUVE !

Lundi 23 janvier


C’est le jour des oubliés. Ces champions trotteurs qui savent passer de l’attelage au trot monté, spécialité qui par le passé était marginale, réservée à des athlètes il est vrai un peu particuliers. Il fallait une allure spéciale, pas trop brillante, afin de ne pas trot s’épuiser. Il était aussi recommandé d’avoir une origine à forte empreinte de chevaux ayant réussi dans la discipline, afin d’avoir une aptitude génétique à cet exercice particulier qui a longtemps consisté à “porter l’homme”. Mais l’expression n’est plus vraiment d’actualité. Depuis l’avènement de la monte en avant, grâce au jockey belge Philippe Masschaele (et avant lui à Yves Dreux et à l’entraîneur Ali Hawas qui avaient tenté une esquisse de ce qui allait devenir une révolution), le trot monté ne consiste plus vraiment à “supporter” l’homme, lequel avait d’ailleurs l’air d’un pantin malmené par cette allure “tape-cul”. À tel point que ces courses visuellement ridicules étaient boudées par le grand public, à juste titre. Il n’intéressait en fait que les puristes qui voyait en lui la possibilité d’exploiter des trotteurs rustiques, solides, qui très souvent n’avaient pas la classe pour réussir à l’attelage. Il y eu bien sûr des exceptions, au plus haut niveau, dont le célèbre Bellino II. Mais il a fallu attendre l’avènement et la reconnaissance de la monte en avant pour que tout change. Au fil des années, les nouvelles générations de jockeys ont copié Philippe Masschaele et ont pris le pouvoir en allégeant considérablement leurs montures. Finit le rythme cadencé qui portait sur l’arrière-main et cassait le dos des équidés les moins robustes. Ce fut peu à peu la prise de pouvoir des avions de chasse, portés de l’avant au propre comme au figuré. Il y a toutefois un inconvénient majeur. Les spécialistes disparaissent peu à peu au profit des chevaux attelés qui, grâce à ces nouveaux cavaliers appelés “passagers clandestins” ne se rendent plus compte de la différence. Libres dans leurs allures, nullement handicapés par le poids, désormais porté sur leur centre de gravité et non plus au creux du dos, ils peuvent désormais presque tous s’illustrer dans les deux spécialités. C’est peut-être la raison pour laquelle il y a tant de débutants, dimanche, dans l’épreuve phare de l’année, le “Cornulier”. Ils peuvent désormais prétendre réussir là où c’était par le passé très difficile, sinon impossible sans expérience et sans mise au point particulière. Par conséquent, le trot monté a gagné en vitesse ; les chronos sont maintenant équivalents à ceux de l’attelage, chose impensable il y a quelques années. Allié à l’esthétique des jockeys modernes, les compétitions y sont plus spectaculaires et le trot monté représente maintenant une spécialité que les dirigeants pourraient mettre en avant. Timides, ils restent toutefois à un quinté annuel alors qu’ils pourraient profiter de l’avancée générale du niveau et des mentalités pour offrir ce spectacle magnifique en plus grand nombre. Cela viendra un jour mais combien d’années faudra-il attendre ? Gouverner c’est prévoir. Pour certains, ce n’est même pas constater... 
Évidemment, il faut prendre garde à ne pas gâcher ce progrès. La nouvelle monte, si elle offre de grands avantages, a aussi le revers de sa médaille. La vitesse a augmenté, par conséquent la casse également. Résultat des courses, les infirmeries sont pleines. Nombre de champions (Scipion du Goutier, Surabaya Jiel, Uppercut du Rib, Pinson, Picsou de Villabon, Quarla, pour ne citer qu’eux car la liste est longue) sont sur la touche. Mais en cette veille de “Cornulier” savourons tout de même le spectacle somptueux qui s’annonce avec le plein de partants. Regrettons toutefois l’absence des hongres (imaginez cette épreuve avec Quemeu d’Écublei, Roi du Lupin et Sourire de Voutré au départ...) et aussi l’absence de conditions restrictives pour participer (voir ci-contre). Cela aurait pu être parfait. 

Le Prix de Cornulier a donc livré son verdict. Étonnant. Les bruits étaient contradictoires sur certains concurrents, notamment sur les pensionnaires de Franck Leblanc. Pourtant, c'est une habitude depuis quelques mois avec cet entraîneur, rumeurs ou pas, les chevaux arrivent le jour J dans un état de forme optimale, hallucinant, euphorique... Chacun choisira son qualificatif. Le vainqueur QUIF DE VILLENEUVE débutait au trot monté. Premier exploit. Il n'a pas eu un parcours plus favorable que les autres, bien au contraire. Il a été à la pointe du combat derrière l'animateur, toujours nez au vent en deuxième épaisseur, sans jamais montrer le moindre signe de faiblesse. Deuxième exploit.

En haut de la montée, il est venu prendre l'avantage en venant dominer la favorite SAVE THE QUICK, une compagne d'entraînement, et s'est envolé dans la phase finale, écrasant ses adversaires, les écoeurant même... Autre exploit, chronométrique celui-là, QUIF DE VILLENEUVE a pulvérisé le record de la course en 1'12" pile !!! Soit la réduction d'OFFSHORE DREAM dans le prix d'Amérique il y peu. Sur la même piste. Parlant non ? Quand on écrivait, dans notre papier sur l'évolution du trot monté (dans le menu "Point de Vue") que les trotteurs "monté" allaient maintenant aussi vite que les trotteurs "attelé", on ne croyait pas que ce serait à ce point. Dès lors, on peut se demander si l'évolution de certaines techniques d'entraînement y sont aussi pour quelque chose car il est important d'observer que les deux entraîneurs qui survolent ce meeting hivernal, Franck Leblanc et à un dégré moindre Sébastien Guarato, ont en commun, tout le monde en parle dans les milieux autorisés, de travailler extrêmement dur et vite leurs chevaux. Jusqu'à la limite de l'épuisement, parfois, croit-on savoir. Cela suffit-il a améliorer les trotteurs, en tout cas les plus résistants ? Peut-être. 

 

ET SI LE TROISIÈME ÉLÉMENT...

Est-ce une nouvelle méthode miracle ? Nul observateur ne le sait. On peut simplement observer que la réussite, étincelante, étonnante, est au rendez-vous. Dans ce Cornulier 2012, il faut bien se rendre compte que si TANGO QUICK, le troisième élément de Franck Leblanc, n'avait pas perdu énormément de terrain à mi-montée sur une faute (treize foulées environ donc pas disqualifiable), il aurait terminé deuxième ou troisième (il a dû se contenter de la cinquième). Un exploit hors du commun, jamais réalisé par aucun professionnel. De ce prix de Cornulier, on retiendra que deux autres très bons chevaux d'attelage, QUILON DU CHATELET, et ROBERT KEEPER ont très bien tenu leur partie mais se sont montés fautifs en phase finale, alors qu'ils auraient pu être 4è ou 5è au mieux; ils ont fait leur maximum, se montrant à un très bon niveau, mais ils sont tombés sur des chevaux qui sont arrivés au sommet de l'Everest comme d'autres grimpent une colline. Difficile de pouvoir les battre vu leur forme actuelle.

 

ET DANS L'AMÉRIQUE DIMANCHE PROCHAIN ?

Que dira l'avenir ? Il sera intéressant à observer de près... Le proche avenir, c'est pour le lauréat, grâce aux gains du jour, de pouvoir courir le Prix d'Amérique. Certains, y compris de très grands professionnels, reconnaissaient hier que sur sa prestation victorieuse et son chrono, QUIF DE VILLENEUVE serait un candidat sérieux, même au succès. Quand on se souvient de sa dernière sortie à l'attelage, le 18 janvier, battu nettement par SON ALEZAN (autre Franck Leblanc dernier, ensuite, du prix de Belgique) et ROBERT KEEPER (ligne renversante), on pourrait en douter. Mais il trottait ce jour-là 13"7 (comme dans la finale du GNT où il affichait 13"6)... alors qu'il vient de gagner le Cornulier, monté, en 1'12"...

UN "QUIF" QUI VOLE DE PROGRÈS EN PROGRÈS !

Une seconde et demi au km, cela représente donc trois secondes et demi sur 2700/2800, soit 35 mètres environ. Et cela avec un jockey sur le dos. Donc le QUIF DE VILLENEUVE d'hier, 22 janvier, n'a plus rien à voir avec le QUIF DE VILLENEUVE de la première quizaine de décembre... Qui lui même n'avait plus rien à voir avec celui du mois précédent. Etc, etc, etc...


SANTA ROSA FRANCE PRIVÉE DU CORNULIER...

Samedi 21 janvier


L’entourage de l’excellente SANTA ROSA FRANCE, dix-neuvième aux gains, a attendu tout au long des derniers jours un forfait pour pouvoir entrer dans la liste des prétendants au titre. Hélas, elle n’en sera pas, restée dix-neuvième. La faute à une règlement figé et à des dirigeants qui n’évoluent que très lentement. Déjà le problème fut soulevé par le passé ; sans résultat. Pourtant, ne serait-il pas logique d’envisager des solutions qui porteraient à rendre cette prestigieuse épreuve encore plus passionnante ? En privilégiant, par exemple, la forme et les résultats récents. Avec l’informatique, c’est maintenant un jeu d’enfants que de mettre en place des règles mathématiques. Ainsi, PALADIN BLEU et la jument ont couru, l’un comme l’autre, une seul fois au trot monté : le premier a été disqualifié, SANTA ROSA FRANCE a terminé deuxième. Sur la forme des derniers mois également la jument aurait pris le pas. PALADIN BLEU compte 6.990 euros de gains sur ses dix dernières performances. La jument... 147.320 euros ! Il est vrai qu’elle a terminé huit fois dans les quatre premiers sur ses dix dernières courses ; PALADIN BLEU zéro fois. Il compte une cinquième place, deux sixièmes places et sept bulles. Est-cela la prime à la qualité pour un grand prix ?

Et quand bien même les dirigeants ne voudraient pas mettre en place un système de coefficient de réussite sur les dernières performances, d’autres solutions peuvent être envisagées. D’abord, ne devrait-on pas étudier un plafond à 20 participants ? Si 18 trotteurs peuvent partir à cet échelon sans incident à l’attelage, au trot monté, vingt chevaux sans sulky y trouveraient sans problème leur place.

Autre piste, avec les règles de qualifications qui ont positivement évoluées dans le prix d’Amérique au fil des années. Pourquoi avoir alors “oublié” l’autre quinté phare du calendrier hivernal ? L’excellente SANTA ROSA FRANCE est donc éliminée avec 386.000 euros de gains à 6 ans, alors que PALADIN BLEU en compte 394.950... à 9 ans ! Si les bonus “gains pour âge” du prix d’Amérique étaient logiquement appliqués ici, SANTA ROSA FRANCE serait entrée dans les qualifiés avec 10% de bonus soit 424.600 euros. Dommage pour le sport et la beauté du Quinté, que le simple bon sens n’entre pas dans la logique du “Cheval Français”....

UNE "MAUVAISE" FAVORITE DANS UN MULTI À TOULOUSE

Mercredi 18 janvier 2012


On apprend ce matin sur la chaine Equidia que la plus riche  du Px de la Fédération Sud-Ouest (5è course R2), TIDUMÉE (favorite logique de notre confrère Paris-Turf) a eu un souci et a été contrariée dans sa préparation : "Elle a dû sauter quelques séances de travail et j'ai peur qu'elle ne soit pas au top ; elle sera à suivre lors de ses prochaines sorties.". Si l'on doit reconnaître à Dominik Cordeau sa franchise et sa transparence, on constate une nouvelle fois que le laxisme des dirigeants des courses en France continue de faire des dégats... Mettez-vous à la place des turfistes qui n'ont pas cette "info" publiée sur la chaine du PMU et des organisateurs... Il y a donc les initiés d'un côté et les victimes de l'autre en raison d'un système qui tolère ouvertement les entorses au code des courses qui stipule qu'un cheval doit être au départ en état de défendre ses chances. En laissant faire, les dirigeants expriment leur total mépris pour les parieurs... Désolant. 

En revanche, pas question de cibler l'entraîneur de TIDUMÉE qui a dit la vérité mais qui est installé dans un système perverti. Tous sont dans ce contexte et disputent la plupart du temps les courses comme des compétitions en "oubliant" qu'il y a du jeu sur les compétitions. La responsabilité est portée par ceux qui sont les seuls responsables de cet état d'esprit : des dirigeants... irresponsables !

READY CASH victime de Roc Meslois... ROYAL DREAM vers l'Amérique...

Résultat 15 janvier - Prix de Belgique -

 

Deux événements étaient au programme dominical à Vincennes, avec le Prix de Belgique et le Prix Ténor de Baune, les deux dernières "qualificatives" au Prix d'Amérique qui se disputera dans quinze jours. Voyons ici ce qui s'est passé dans le "Belgique". Le champion READY CASH a été battu, troisième, mais sans démériter. En effet, son driver Franck Nivard a eu un comportement pour le moins inattendu en venant vite devant les tribunes; il est vrai qu'à cet instant le train était peu soutenu... Mais l'allure s'est accélérée lorsqu'il est venu sur les animateurs, d'autant qu'en tête, Pierre Belloche n'a pas voulu céder la tête et la corde avec ROC MESLOIS. Pourtant, ce dernier gagnerait désormais à être caché, lui qui a eu de nombreuses courses dures. Le moral en a prix un coup et son entraîneur-driver a pu le constater en haut de la montée. Une erreur d'appréciation qui lui a coûté cher mais qui a aussi fait mal à READY CASH, contraint de rester en seconde épaisseur. Que du négatif pour les deux chevaux. READY CASH, lui, s'en remettra...

Par conséquent, le comportement de ROC MESLOIS a facilité la tâche des drivers patients et à ce petit jeu, Jean-Philippe Dubois n'a pas son pareil. Comme on l'annonçait avant le coup sur notre audiotel, ROYAL DREAM pouvait gagner ce Prix de Belgique et se qualifier pour le Prix d'Amérique. Il l'a fait, et brillamment. Excellente, ROXANE GRIFF a confirmé ses dernières sorties, pour prendre le premier accessit à READY CASH. Tous trois seront parmi les favoris dans quinze jours.

Très belle rentrée, à Vincennes, de MAHARADJAH. LISA AMERICA a été malheureuse derrière l'animateur "cuit" dans le dernier tournant; elle court très bien. QUILON DU CHATELET prépare le "Cornulier" en retrait. Il est en bel état.

Aujourd'hui, SEVERINO "roulait"... MARIELLES faisait le "tour"

Résultat 15 janvier 2012 - Prix Ténor de Baune -

 

L'autre belle course du jour, le Prix Ténor de Baune, a confirmé ce que l'on avait vu le 10 décembre, à savoir que le petit SEVERINO avait franchi un palier et s'annonçait comme un sérieux candidat à l'une des premières places du Prix d'Amérique. Sans être déferré, il a ici tourné autour de ses rivaux, faisant grosse impression pieds nus. C'est dire... Dommage que son driver, Christian Bigeon, n'ait pas eu le même comportement dans le Prix de Bourgogne du 1er janvier, courant "mort" pour venir terminer 7è. C'était pourtant un quinté ce jour-là... Nous ne sommes évidemment pas à sa place, mais quitte à "rouler" nous l'aurions plutôt fait à un mois du jour J qu'à quinze jours. Cette parenthèse refermée, si SEVERINO a récupéré, il sera redoutable dans le Prix d'Amérique.

SANTA ROSA FRANCE et SCOOP D'YVEL prennent les accessits et forment, avec le lauréat, le même triangle que dans le Critérium des 5 Ans de septembre 2011. Cela fait plaisir et prouve que la génération est bonne.

 

Mais MARIELLES "fait le tour"


À signaler dans cette course le comportement scandaleux du driver de MARIELLES, qui n'a jamais "roulé" alors que la jument avait largement les ressources pour terminer dans le Pick 5. Si les commissaires sanctionnent un tel comportement, bravo. S'ils ne sanctionnent pas, c'est qu'ils sont incompétents ou qu'ils ferment les yeux. D'ailleurs, on peut se demander pourquoi MARIELLES a même semble-t-il refusé les places alors que cela ne l'aurait pas empêché de courir son objectif du dernier dimanche de janvier, le Prix Helen Johansson !

Il y a quelques années, un ex-professionnel m'avait confié :"Tu sais, quand tu vois un driver ne rien faire pour que son cheval participe à l'arrivée alors qu'il en avait la possibilité, on croit toujours que c'est pour attendre un autre engagement à la limite des gains. Mais c'est peut-être aussi qu'il est sous traitement et qu'il ne veut surtout pas entrer aux balances car le risque est plus grand de passer au contrôle anti-dopage...". Nul ne sait qui pourrait être concerné par une telle analyse mais ce qui est certain, c'est que MARIELLES sera sûrement plus offensive dans quinze jours. Cela ne consolera TOUTEFOIS pas ceux qui l'avait mise sur leur ticket de Pick 5 aujourd'hui...

COUPS DE PIEDS !!!

Vendredi 13 janvier

 

La semaine fut assez calme mais quelques attitudes nous ont choqués sur les pistes. Notamment celles de deux drivers (un français un italien) qui ont sollicité leurs chevaux en déchaussant le cale-pieds (ce qui est interdit...) et en les frappant de coups de pieds (ce qui est encore davantage interdit...). On attend les sanctions des commissaires on le sait très vigilants.......

ON ATTEND DU BEAU SPECTACLE À VINCENNES

Samedi 14 janvier 2012


Magnifiques programmes à Vincennes ce week-end. En attendant le Belgique demain, il y a ce samedi un beau quinté, avec la prometteuse "franco-Italienne" (elle a été achetée récemment par Jean-Pierre Barjon, le propriétaire de Niky et Meaulnes du Corta...) NALDA NOF qui sera la grande favorite sur son récent facile succès. Reste juste à savoir si elle est aussi efficace sur 2850 mètres, distance d'aujourd'hui, que sur 2100 départ autostart. Elle n'a donc pas gagné d'avance face notamment au très doué TURBO JET, grand trotteur au potentiel important et déferré des quatre pour la première fois. Autre belle course, la 6è, Prix de Ribérac, réservé à des 5 ans de grand avenir. TCHAO DE LOIRON et TIEGO D'ETANG sont des futurs champions ; ils nous ont impressionnés. Mais TITUS DE BAFFAIS et TITI QUICK ont également de la classe. Pas très spéculatif pour le jeu mais très intéressant pour le spectacle. C'est un grand combat qui s'annonce entre ces quatre bons trotteurs.

ROYAL DREAM confirme. SUD ne roule pas...

Résultat 8 janvier 2012


Ce dimanche, il y a eu deux points forts à Vincennes. Au trot monté, dans le Groupe II Prix du Calvados, le trio attendu a été affiché avec la victoire de ROI DU LUPIN face au très allant SOURIRE DE VOUTRÉ. Un magnifique spectacle de ces deux hongres de classe. Troisième, RIGLORIEUX DU BOIS court très propre...

Dans le Quinté, confirmation du talent de ROYAL DREAM, notre jeu simple du jour qui fait afficher 3,60 et 2,50. Inespéré !

Bon résultat de notre prono également dès la 1ère, remporté par TAPHIR. Le trio ordre, indiqué avec nos seuls trois chevaux rapporte plus de 119 euros pour la mise de UN euro... 

Le fait divers du jour est le comportement de SUD, neuvième dans le quinté alors qu'il aurait dû terminer dans les cinq. Scandale ? Lire notre papier dans la rubrique "POINT DE VUE".

STAR CÉLESTE balançée...

Résultat 7 janvier 2012

 

On le sait, il faut une certaine dose de réussite pour toucher, même une première chance. On a pu s'en rendre compte ce samedi avec STAR CÉLESTE malheureuse au début, puis "sortie" par le driver de SWOODIA (Pierre Levesque) au début de la montée, alors qu'elle était proche des premières. Fautive, perdant de nombreuses longueurs, STAR CÉLESTE a cranement tenté de revenir mais c'était trop dur après cette perte de temps au moment crucial.

Décidément, les comportements dangereux de drivers se multiplient, et faussent de nombreuses arrivées. Pendant ce temps, que font les commissaires ? Même quand ils sanctionnent, ce n'est pas suffisamment dissuasif. Malheureusement, on le voit dans la vie de tous les jours, pas de peur de gendarme, pas de respect du code... Seules de fortes amendes (proportionnelles au prix de courses pour ne pas trop pénaliser les "petits") auraient un effet. 

COMPORTEMENT DANGEREUX

Résultat 31 décembre 2011

 

0n a parfois assisté à des changements de ligne intempestifs mais force est de reconnaître que le record d'inconscience et de dangerosité a sans doute été battu dans le quinté du jour, le Prix de Bar-Le-Duc. Dans la montée, Quéroan de Jay est parmi les derniers, à la corde. À la faveur d'un décalage, il sort en deuxième épaisseur, sans gêner quiconque, mais se rendant compte que le wagon de troisième épaisseur semble en passe de bien progresser dans la montée, le driver décide alors de changer une nouvelle fois de ligne... mais cette fois cela va avoir de grandes conséquences. Sortant Pomerol de Laumac, qui était à sa droite, dans le wagon de trois, lui fauchant littérallement les pattes, il l'a déséquilibré et ce dernier n'a évité la chute que par miracle, trébuchant fortement. Scoop d'Yvel, qui était dans le sille de Pomerol de Laumac, a lui aussi failli tomber... Non seulement Axel Lenoir a eu un comportement dangereux vis à vis de ses confrères drivers, mais il a aussi faussé une course, un quinté, en mettant hors jeu deux chevaux qui s'apprétaient à venir disputer leur chance. Lamentable.

Là encore, on peut regretter le laxisme ambiant des commissaires qui, s'ils appliquaient des sanctions exemplaires en réponse aux comportements dangereux, seraient davantage craints, et les courses moins des parties d'auto-tamponneuses. Il serait grand temps qu'ils en prennent conscience, pour la sécurité des acteurs, et la régularité des épreuves.

READY CASH REÇU TROIS SUR TROIS

Résultat dimanche 1er janvier 2012

 

Quelle domination ! Éclatante nouvelle démonstration du champion READY CASH dans le Prix de Bourgogne, course phare du jour. Venu prendre la tête en montant, il s'est imposé en patron, se détachant à la sortie du dernier tournant pour filer vers un succès facile, aussi parfait d'allures que lors de ses deux précédents succès dans les autres épreuves qualificatives. Le jeune MAIN WISE AS a confirmé tout le talent que l'on pense de lui; le pensionnaire de Pierre Levesque fut le seul à suivre le sillage du futur lauréat, terminant loin devant les autres. En retrait, SÉVÉRINO, non déferré, n'a "fait que la ligne droite", son driver oubliant que c'était un quinté, mais n'oubliant pas que le jour J, c'est le dernier dimanche du mois. Il nous a encore emballés par sa souplesse et son efficacité. Avec les deux précédents nommés, ce sont les trois priorités pour le Prix d'Amérique. On a également bien aimé le comportement de QUILON DU CHATELET ; peut-être un bel outsider pour une place dans le quinté dans quatre semaines. SAVE THE QUICK, sur qui circulaient des bruits contradictoires, a montré que chez Franck Leblanc, ou ça vole, ou ça casse. Souhaitons à son entourage d'atteindre son princiapl objectif, le Cornulier au trot monté. Elle a été séduisante (4è) aujourd'hui.

NIVARD & RAFFIN dead-heat À L'ÉTRIER D'OR 2011

ACTUALITÉ - TROT MONTÉ - Du 23 au 31 décembre 2011


Chaque année, l'Étrier d'Or, qui consacre le jockey ayant remporté le plus de courses au trot monté à l'année, donne lieu à une lutte acharnée. 2011 n'échappe pas à la règle et nous allons suivre au jour le jour, à partir de ce 21 décembre, l'évolution de cette course aux points. Quatre jockeys sont en lice. 

L'évolution jour après jour :

 

Vendredi 23 décembre, Franck Nivard a gagné avec Sourire de Voutré mais a été disqualifié dans les deux autres courses.

 

Samedi 24, Matthieu Abrivard a gagné deux courses... mais à l'attelage (notamment grâce au très doué Ut Vinière). Satu quo au trot monté...

 

Dimanche 25, Franck Nivard remporte le classique Prix de Vincennes avec le grand UTOKY. Il en profite pour marquer un nouveau point...

 

Lundi 26, statu quo. Regret pour Yoann Lebourgeois avec une deuxième place.

 

Mardi 27. Journée palpitante à Vincennes puisque les trois courses de la spécialité ont été remportées par des prétendants au titre.

C'est Matthieu Abrivard, quatrième du classement, qui fait la bonne opération avec deux belles victoires. Notamment avec Uncle Dryme avec lequel il effectue un numéro d'artiste, pour battre le favori Urfalino, qui venait de devancer... Utoky... Pas évident avant le coup. Deux points donc pour Matthieu Abrivard, qui a des regrets car le coup de trois était envisageable. Il était en tête à la sortie du dernier tournant quand Sirocco Jibace a pris le galop dans la 6ème... Cela a profité à Saphir de Cébé, monté par... Franck Nivard. Ce mardi soir, Éric Raffin est en tête avec un point d'avance sur trois dauphins. Une situation inédite à quelques jours, et une dizaine de courses du classement final !

 

Jeudi 29. Un seul des prétendants a tiré son épingle du jeu, Franck Nivard, en selle sur une favorite, Siria de Kerbiguet. Jument en gros retard de gains, elle avait de la marge pour gagner mais il n'en fut rien. Ce fut même très juste, car si les juges aux allures n'avaient pas été "tolérants" ou "incompétents", à l'intersection des pistes, elle aurait pu être disqualifiée sur une longue faute. Franck Nivard (qu'on ne peut être taxé d'être favorisé par les juges, la question n'est pas là) en profite pour grapiller un point extrêmement important à deux jours de la fin.

Le suspens reste entier !

 

Vendredi 30. Une de plus pour Franck Nivard qui, grâce à sa victoire avec le provincial Udaipur Elgé, remporte sa course quotidienne.

 Cela lui permet de prendre seul l'avantage avant le dernier jour. Une forte option qui le met notamment à l'abri d'un retour de Yoann Lebourgeois qui n'aura qu'une monte demain, samedi 31. Il sont donc encore trois prétendants...

 

Samedi 31, Éric Raffin gagne de bout en bout avec Torre Crepin la 1è et revient à hauteur de Franck Nivard.  Aucun des jockeys en lice ne remportera la dernière course de l'année en ce samedi et c'est donc finalement Franck Nivard et Éric Raffin qui seront Étrier d'Or, ex-eaquo. Deux heureux au lieu d'un au terme de cette course à suspense. 

 

CLASSEMENT FINAL 2011


F. NIVARD             56

E. RAFFIN             56

M. ABRIVARD         54

Y. LEBOURGEOIS    54 

 

Des trois gagnants possibles au soir du 30, seul Franck Nivard n'a jamais remporté le titre. Souvent malheureux les années précédentes (suspensions, accident) il mériterait d'enlever la palme, n'ayant rien à envier aux meilleurs. À chacun son favori.

Notre avis sans concession sur chacun de ces quatre cavaliers :

Matthieu Abrivard : le plus fin, le plus élégant à cheval. Il est celui qui fait le moins d'erreur et ménage le plus ses montures, s'étant bien assagi avec l'âge et l'expérience. Il ne gâche jamais une belle chance, au moins pour les places.

Yoann Lebourgeois : Un "cas". Il semble ne connaître qu'une tactique : "qui m'aime me suive" ou "devant et méchant". Il tire la quintessence de ces montures... qui ont parfois du mal à finir leur parcours. Mais c'est efficace, sur une course...

Franck Nivard : Une "main" exceptionnelle à l'attelé comme au monté où il parvient à garder au trot des chevaux très compliqués. Un artiste qui n'est pas sans rappeler le prodige qu'était Michel Gougeon, plus grand jockey de tous les temps version "ancienne monte". 

Éric Raffin : L'un des plus doués de sa jeune génération. Un peu chaud parfois, moins toutefois qu'en début de carrière, il monte très "aérien" et a parfois du mal à maintenir ses partenaires dans le dernier tournant, comme embarqué par la force centrifuge. Mais les chevaux soufflent durant ces quelques instants, et repartent toujours bien pour finir.

Quatre jockeys qui ont donc chacun leurs qualités. À vous de bien les marier jusqu'au 31 décembre au moins car ils vont être en quête de montes gagnantes et ne vont se faire aucun cadeau. Les parieurs peuvent en profiter. Soit en les mariant systématiquement (par exemple au couplé gagnant) soit en prenant en base les deux plus fiables, qui nous semblent être Matthieu Abrivard et Franck Nivard.

NOTRE VÉRITÉ SUR LES JOCKEYS VEDETTES

Notre avis sans concession sur chacun de ces quatre cavaliers :

Matthieu Abrivard - Yoann Lebourgeois - Franck Nivard - Éric Raffin


Matthieu Abrivard : le plus fin, le plus élégant à cheval. Il est celui qui fait le moins d'erreur et ménage le plus ses montures, s'étant bien assagi avec l'âge et l'expérience. Il ne gâche jamais une belle chance, au moins pour les places.

 

Yoann Lebourgeois : Un "cas". Excellent cavalier mais il ne semble connaître qu'une tactique : "qui m'aime me suive" ou "devant et méchant". Il tire la quintessence de ces montures... qui ont parfois du mal à finir leur parcours. Mais c'est efficace, surtout sur une course !

 

Franck Nivard : Une "main" exceptionnelle à l'attelé comme au monté où il parvient à garder au trot des chevaux très compliqués. Un artiste qui n'est pas sans rappeler le prodige qu'était Michel Gougeon, plus grand jockey de tous les temps version "ancienne monte". 

 

Éric Raffin : L'un des plus doués de sa jeune génération. Un peu chaud parfois, moins toutefois qu'en début de carrière, il monte très "aérien" et a parfois du mal à maintenir ses partenaires dans le dernier tournant, comme embarqué par la force centrifuge. Mais les chevaux soufflent durant ces quelques instants, et repartent toujours bien pour finir.

 Février 2012                                         

MORT DE SCOOP D'YVEL : triste fin...

Le Prix de Paris 2012 aura été marqué par la mort brutale de SCOOP D'YVEL. "Tirant" déjà beaucoup lors des canters, il ne s'est jamais décontracté, surtout sur un tel parcours où le premier tour se déroule trop lentement pour des chevaux habitués à aller très vite. Certains se sont énervés, comme QUIF DE VILLENEUVE, fautif dans la première montée ou SABA DU VIVIER. Pour le pauvre SCOOP D'YVEL, ce fut plus dramatique. Pour quelle raison ? Nul ne sait réellement.

Ce qui est certain, c'est que son driver était "embarqué", comme s'il n'arrivait plus à gérer le cheval très énervé. Il n'a dès lors cessé de tirer sur les rênes pour ne pas être sans contrôle ; SCOOP D'YVEL, en lutte, en a-t-il oublié de respirer (durant près d'un tour de piste) au point de s'asphyxier ? Tout est possible. Une seule certitude, son driver était très choqué et sa tristesse faisait peine à voir. Un champion, lauréat notamment du Critérium des 5 Ans s'en est allé alors qu'il devait entamer sa première saison de monte.  

SCOOP D'YVEL (déjà mort ?) est tiré sans ménagement sur le bord de la piste pour que le spectacle continue.

Drôle de conception du respect des chevaux qui nous apportent tant de joies. Nombre de spectateurs présents ont été très choqués ; beaucoup de propriétaires s'en sont fait l'écho auprès de nous.

 

Sur le cliché ci-dessus, Mathieu Fribault, driver de SCOOP D'YVEL rentre vers les écuries en larmes.

ROXANE GRIFF, patiente

PRIX DE PARIS 2012

ROXANE GRIFF plus patiente que READY CASH et Franck Nivard

Les champions ont répondu présents dimanche dernier pour le Prix de Paris, avec la victoire de ROXANE GRIFF (Éric Raffin) qui a réussi à déborder READY CASH dans la phase finale de ce marathon.

Une fois de plus, Franck Nivard n'a pas drivé la course de sa vie, prenant encore trop tôt l'avantage avec le crack de Philippe Allaire, entraîné par Thierry Duvaldestin. Décidément, cela devient récurrent comme si la pression devenait difficile à porter, alors qu'il a pourtant parfaitement su la gérer le jour le plus important, fin janvier. Difficile à expliquer.

A moins que ce ne soit la fatigue nerveuse en fin de meeting.

TEXAS CHARM échoue d'un rien !

Dans les autres belles courses de ce dimanche, notons la défaite, sur le poteau, du magnifique TEWAS CHARM (notre photo) débordé de justesse par la non moins belle TROTTING RACE. Une course sans train qui n'a guère avantagé le premier nommé, sujet de grande tenue.

Voilà en tout cas deux 5 ans de grande valeur qui pourrait rapidement prendre place parmi l'élite face à leurs aînés, quand on voit ce qu'à déjà réalisé leur contemporain TANGO QUICK...

BELLE AFFICHE 

Dimanche 26 février

Somptueux programme ce dimanche avec le Prix de Paris en tête d'affiche.

Une course où comme l'avait laissé supposer son entourage, ROYAL DREAM fait l'impasse. Mais READY CASH sera là, on l'espère pas trop émoussé après un hiver chargé et sans faute. En effet, ses deux seules défaites sont à mettre au débit de son driver (par ailleurs excellent). Son comportement aujourd'hui, sur 4150 mètres (deux tours de piste) sera fonction du déroulement de la course. En cette fin de meeting, où la fraîcheur peut jouer un rôle déterminant, bien des surprises sont possibles....

Sans oublier le critère n°1, si la course est sélective : la tenue. A ce jeu, des concurrents comme QUILON DU CHATELET, QUIF DE VILLENEUVE et SAVE THE QUICK peuvent avoir leur mot à dire. Voir nos conseils détaillés sur l'audiotel.

 

PRIX DE LA MAYENNE (1è course)

D'entrée, dès 13h30, un lot de trotteurs d'avenir. Après une modification technique, TIEGO D'ETANG a confirmé, en gagnant facilement le 16 février, tout le bien que l'on a toujours pensé de lui (voir articles de début d'hiver). Il peut rééditer mais l'italienne, achetée à l'automne par J.P. Barjon (Meaulnes du corta, Niky, etc...) NALDA NOF est aussi capable de grandes choses. Seul le départ (elle est susceptible à la volte) lui joue parfois des tours...

 

PRIX PAUL BASTARD (2è course)

Enocre de très bons 5 ans, mais pour ceux qui peuvent aller au trot monté cette fois. La grande favorite TROTTING RACE a beaucoup couru et n'a donc pas gagné d'avance malgré sa grande qualité. Notamment face à un TEXAS CHARM surdoué quand il est décidé.

Le reste du programme est également intéressant mais les courses y sont plus ouvertes et les outsiders peuvent s'y tailler la part du lion...

ROYAL DREAM syndiqué 

Dimanche 19 février

 

En gagnant le Prix de France dimanche dernier, à savoir un Groupe I, ROYAL DREAM a été autorisé à faire la monte à plein rendement, à savoir 100 juments par an alors qu'il était jusque là limité à 60. Son entourage, en parallèle, a décidé de le syndiqué à 50.000 euros la part. Trente ont été vendues en quelques heures. Des parts qui donnent droit à une saillie par an et nullement à un pourcentage sur les futurs gains du cheval.

En course, son prochain objectif, s'il fait l'impasse sur le Prix de Paris dimanche prochain, pourrait être le Critérium de Vitesse à Cagnes sur mer, mi-mars.

MALHEUREUSE OPALE DU GAULTIER

08 février 2012

PX DE L'ILE-DE-FRANCE : MALHEUREUSE OPALE DU GAULTIER

Rarement une arrivée de course, même de Groupe I, aura autant provoqué de réactions que le Prix de l’Ile-de-France de dimanche dernier à Vincennes. Jamais nous n’avons eu autant de mails et messages de turfistes mais aussi de propriétaires, éleveurs, et même entraîneurs pour nous faire savoir leur désappointement face à la situation. Ce classique au trot monté semble même avoir été un déclencheur d’une gronde grandissante quel que soit leur statut. De quoi inquiéter les organisateurs, s’ils en prennent conscience... Nous sommes là témoins de réactions nombreuses, qui ne sont pas le fruit d’une colère passagère, mais au contraire contenue depuis fort longtemps...

Réactions survenues après la disqualification d’OPALE DU GAULTIER pour quelques “coups de pattes” dans les derniers mètres. Bien sûr, elle s’est un peu désarticulée quand elle s’est retrouvée à la lutte avec son principal rival, TANGO QUICK. Bien sûr, elle lui a pris l’avantage sans être donc totalement au trot. Était-elle pour autant au traquenard ? La réponse est non. Ses problèmes d’allures ont-ils été assez longs pour justifier la sanction ? Peut-être, peut-être pas. Cela écrit, n’a t-on jamais affiché de chevaux dans ce cas de figure à Vincennes ? Bien sûr que si... Et c’est là que le bât blesse essentiellement. Certains affichent d’ailleurs clairement leur point de vue, et ils sont nombreux : “Pourquoi la tolérance, dans tous les domaines, profitent-elles toujours aux gros acheteurs ?” Et certains de nous rappeler le succès de ROMBALDI dans un classique alors qu’il était dans les mêmes allures, voire pire. “Mais ROMBALDI appartient à Messieurs Luck et Urano, deux des plus gros investisseurs au trot”. Et d’autre d’ajouter : “Et la sévérité envers la famille Dessartre et OPALE DU GAULTIER profite à d’autres très gros, l’écurie Quick Star et l’écurie Augustin Normand. Et il ne faudrait qu’ils partent, déçus...“

Sans prendre partie, nous observerons simplement que ces gros investisseurs ne sont évidemment pas demandeurs de clémence. Dimanche, gênés par la situation, ils ont même offert des saillies de leurs étalons à la famille Dessartre. Maintenant, qu’inconsciemment ceux qui ont le pouvoir de disqualifier, ou non, soit sensibles à la puissance représentée par ces illustres casaques, pourquoi pas ? Car il est un fait que la tolérance est rarement en faveur des petits...

ROYAL DREAM intouchable

Lundi 13 février 2012

ROYAL DREAM intouchable dans le Prix de France

Dans l'un de nos articles d'après Prix d'Amérique daté du 1er février dernier, nous vous signalions le parcours malheureux de trois concurrents qui auraient pu participer aux premières places sans des circonstances défavorables. Ces trois "poissards" étaient au départ du prix de France et deux sont parvenus à trouver une belle compensation, seul SEVERINO se montrant décevant. Peut-être n'a t-il pas récupéré de son succès (pas indispensable) quinze jours avant l'épreuve phare, dans le prix Ténor de Baune ; un effort qui lui a peut-être fait perdre une grande partie de son influx. Il était très impressionant de décembre à mi-janvier mais semble ensuite être passé de forme ou a eu la course de trop. Fianlement, son entourage n'a pas été récompensé d'avoir fait le tour dans un quinté début janvier, et d'avoir roulé le 15, privant de plus SANTA ROSA FRANCE d'une participation au prix d'Amérique mais aussi au Cornulier, qu'elle aurait pu remporter. 

L'exemple de SEVERINO montre combien il est difficile de garder un champion au top de sa forme tout un hiver. En cela, l'entourage de READY CASH n'a pas commis d'erreur et a gagné la plus belle.

 

Ce Prix de France, qui nous intéresse ici, a vu la victoire d'un trotteur surpuissant dont on a toujours dit le plus grand bien, ROYAL DREAM. Malheureux dans l'Amérique, il s'est mis à l'abri des aléas en allant cette fois devant ; quand on connaît Jean-Philippe Dubois, c'était un signe de grande confiance en son cheval. ROYAL DREAM a répondu présent, montrant qu'il était bel et bien un trotteur de Groupe I. L'entraîneur a déclaré après l'épreuve, en direct à Vincennes : "J'étais étonné de pouvoir rester devant, à ma main, sans être attaqué. Du coup, j'ai pris tout mon temps en assurant le dernier tournant, ce qui a permis à READY CASH de revenir à ma hauteur, mais j'avais confiance; j'attendais que mon cheval soit bien en ligne et ne lui avait pas encore demandé d'accélérer, ce qu'il a fait à 200 mètres du poteau pour filer vers la victoire. Vraiment, ce fut assez facile pour une épreuve d'un tel niveau. En revanche, le chrono n'est pas terrible mais la piste est fouillante et donc pas très rapide."

MAIN WISE AS qui a joué au chat et à la souris avec READY CASH et quelques autres a fourni un super effort final pour s'emparer de la deuxième place devant REAY CASH et THE BEST MADRIK qui confirme son jeune talent à ce top niveau. Plus heureux à l'intérieur, il aurait même pu se classer troisième. Ces quatre là ont dominé largement la situation. ROXANE GRIF s'était élancée à la faute, perdant toute chance.

 

A regretter le comportement de certains pilotes. Sébastien Baude qui court avec ORLANDO SPORT comme s'il avait une première chance. Pierre Levesque qui "sort" ce dernier à la sortie de la plaine pour ne pas rester enfermé (il prendra quatre jours de mise à pied). Franck Nivard, furieux d'être ainsi pisté de trop près par MAIN WISE AS qui se retourne à plusieurs reprises et met à deux reprises des "coups de boule" au cheval de Pierre Levesque (lui prendra deux jours...). Curieux comportements, même si l'on sait que les pilotes sont sous tension dans les grandes occasions. Ce n'est pas un très joli spectacle et les sanctions paraissent même légère vu la mauvaise image laissée aux spectateurs et téléspectateurs.

 

Heureusement qu'il y avait ROYAL DREAM pour faire le vrai spectacle devant. Et ce fut à la hauteur d'un merveilleux cheval, sans artifices (pas d'oeillères, pas d'enrênement, tête nue, jambes nues), trotteur naturel et fort caractère qu'on ne peut approcher si facilement. ROYAL DREAM est un lion, en piste comme dans la vie. Hier, il était intouchable.

Nous qui avions terminé notre papier d'après prix d'Amérique du 1er février, titré "Trois malheureux" en concluant qu'une grande année attendait ROYAL DREAM, peut-être même une très grande année... Pas mal. Et ce n'est probablement pas fini. 

SANTA ROSA FRANCE confirme

Lundi 13 février


SANTA ROSA FRANCE confirme son immense talent

En gagnant avant-hier samedi une très belle épreuve au trot monté, de manière éclatante, SANTA ROSA FRANCE, présentée en très bel état par l'écurie de Jean-Luc Bigeon et son fils William, a prouvé qu'elle aurait pu jouer un premier rôle dans le Cornulier. Si elle n'avait pas été, notamment, victime d'un règlement stupide qui avait privilégié un cheval à peine plus riche, de trois ans son aîné, et sans performances récentes... Quel gâchis !

(voir papier du samedi 21 janvier)

PRIX DE FRANCE:"fausse" revanche ?


Le Prix de France se profile. Ce mercredi, ils ne sont déjà plus que dix sur la liste des engagés. Pas de revanche du prix d'Amérique car si le crack READY CASH sera là, le suédois MAHARAJAH, qui lui avait offert une belle résistance dans le Prix de France 2011 sera absent après un Prix d'Amérique en demi-teinte. Il n'avait pas eu le bon parcours mais il semble également que physiquement, les ennuis aient ressurgis. Si le champion scandinave est toujours à Grosbois, il a été retiré de la liste dès lundi et l'on murmure qu'il pourrait même regagner très bientôt la scandinavie. Même pas sûr, donc, qu'il soit là pour le Prix de Paris dans une grande quinzaine. Pas de QUAKER JET non plus ce dimanche. Déjà absent dans l'Amérique, il semble avoir du mal à se retrouver. Dès lors, Jean-Etienne Dubois comptera sur son nouveau fer de lance, THE BEST MADRIK bon 3è du Prix d'Am.

Le très allant TIMOKO a beaucoup donné et ne sera pas là non plus. En revanche la dauphine de l'Amérique, ROXANE GRIFF sera présente. Tout comme SEVERINO que l'autostart devrait avantager (il avait perdu un terrain précieux au départ le jour J... Attention à lui !

Bref, une course qui s'annonce tout de même passionnante d'autant que le futur très grand ROYAL DREAM a choisi , après longue hésitation de courir alors que, peu chargé en gains, il avait un engagement samedi, dans une course niveau quinté où il n'avait qu'à se présenter pour l'emporter... L'un des grands malheureux du Prix d'Amérique, il veut maintenant trouver sa place parmi les meilleurs. Il en a les moyens. Finalement, même s'ils ne seront pas nombreux, force est de constater qu'en dehors de Maharajah et Timoko tous les bons du moment seront là. Cela promet un beau spectacle et peut être un chrono record sur les 2100 mètres autostart...

PRIX D'AMERIQUE : READY CASH bis repetita

Mardi 1er février

 

PRIX D'AMERIQUE : READY CASH bis repetita

La plus belle course du monde au trot a livré son verdict. C'est le tenant du titre, READY CASH qui est sorti vainqueur, réalisant un joli doublé après son brillant succès 2011 dans le Prix d'Amérique.

Pour gagner, il faut un champion, et READY CASH est un crack.

Il faut un pilote aux nerfs d'acier et très inspiré : Franck Nivard était dans un grand jour.

Il faut un cheval préparé et affûté : Thierry Duvaldestin et son staf avait réussi à maintenir le cheval en merveilleuse condition physique après avoir été déjà à la hauteur dès le début du meeting.

Il faut une part de chance ou de réussite. C'est Matthieu Abrivard qui était en dehors du champion à l'entrée de la ligne droite et comme c'est un esprit sportif, qui plus est ami de Franck Nivard, et que PRIVATE LOVE était fatiguée, il a légèrement écarté sa route, sans gêner personne, et a permis à READY CASH de se dégager.

Il faut un cheval qui a encore le moral, après une carrière bien remplie, pour bondir et aller chercher MAHARAJAH (4è) et TIMOKO (5è) tous deux héroïques.

Il faut enfin aller au poteau et résister à ROXANE GRIFF, encore une fois étonnante (mais quelle régularité) et à THE BEST MADRIK, auteur d'un bel effort dans les cinq cents derniers mètres.

Quelle belle course. Quel beau vainqueur !

APRÈS PRIX D'AMERIQUE

Mardi 1 février 2012

 

APRÈS PRIX D'AMERIQUE : TROIS MALHEUREUX

Le Prix d'Amérique 2012 a tenu toutes ses promesse. Malheureusement, trois très belles chances de la course n'ont pas eu un parcours favorable et n'ont pu exprimer leur valeur.

Tout d'abord SEVERINO. Si tous les favoris se sont correctement élancés, lui est parti sur une hésitation, me^me une très légère incartade qui a eu pour effet de le voiur au dernier rang d'emblée. Cela équivalait dès lors à rendre une vingtaine de mètres aux autres champions et c'était mission impossible.

MAIN WISE AS lui s'est fort bien élancé alors que ce n'était pas gagné, la volte n'étant pas son point fort. Malheureusement pour Pierre levesque et pour ses supporters, il a été victime des relais. En fait d'un seul. Jean Boillereau, avec le petit PUNCHY est venu sur la première ligne aux tribunes et bien évidemment, le brave petit trotteur du Centre, qui ne peut rivaliser avec les ténors, surtout en allant nez au vent, a craqué dans la montée... entraînant dans sa perte MAIN WISE AS ui, ligoté a l'intérieur et à l'extérieur n'a pu se dégager. Pour gagner, il faut une part de chance, et ce n'était pas le jour de MAIN WISE AS. Merci à Jean Boillereau. Je ne crois pas que l'entourage de MAIN WISE AS parte en vacances avec lui bientôt...

ROYAL DREAM est lui parti correctement mais a également été victime des chevaux fatigués dans le dernier tournant et s'est retrouvé aux derniers rangs. Il a dû déboiter tout en dehors à l'entrée de la ligne droite, avec beaucoup de terrain à refaire et il a remarquablement fini, échouant "d'un pif" pour la cinquième place; Que de regrêts pour lui aussi. On peut refaire la course dix fois, neuf fois il sera dans les cinq. Pas la dixième et ce fut celle là... Néanmoins, il a prouvé qu'il avait désormais sa place parmi les meilleurs et n'a pas fini de progresser. Une grande année 2012 l'attend. Peut-être même une très grande année...