Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Un été difficile, notamment à Cabourg...

05 septembre 2016

Le mois d’août s’en est allé et avec lui ses quelques programmes de substitution. À vouloir défendre à tout prix l’esprit “meeting”, intéressant pour les professionnels pour diverses raisons (déplacements moins nombreux, ventes, ambiance) on en a oublié -comme d’habitude- ce que pouvait en penser le parieur, celui qui finance... Force est de reconnaître qu’il a souffert cet été, et les mails ou courriers reçus sont assez révélateurs, avec des phrases similaires et récurrentes... 

Pour les galopeurs “On ne s’y retrouve plus entre gazon et PSF à Deauville où les résultats sont pour certains contradictoires, surprenants”.  Il est vrai qu’en fonction des pistes et parcours empruntés, les résultats ont souvent manqué de cohérence. Idem pour les numéros à la corde, qui ont pu n’avoir aucune importance, voire une influence discordante: “C’est tantôt favorable en dedans, tantôt en dehors...”. L’état du terrain a aussi suscité de nombreuses réactions. “Il n’a quasiment pas plu de l’été mais on a souvent vu des chevaux de terrains très souples faire l’arrivée et des chevaux de bon terrain dégeler...”. Il est vrai que ce n’était pas simple cet été, avec notamment un gazon “haché”, qui incitait les jockeys à prendre des trajectoires variées -que ce soit à Deauville ou Clairefontaine- ce qui ne facilite pas l’analyse. Autre élément, la PSF (piste en sable) de Deauville qui, sous la chaleur, a tendance à être grasse et semble donc convenir mieux aux chevaux de “souple” qu’aux chevaux de bon terrain... Pas facile de s’y retrouver dans tout cela et l’on comprend les nombreux parieurs déroutés qui, pour certains, nous ont écrit en cours de meeting : “J’arrête. Je n’y comprends plus rien, je verrai à reprendre éventuellement en septembre...”.

Le trot a également provoqué des réactions “énervées” notamment en raison des lots proposés le vendredi soir à Cabourg en nocturne : “Ces quintés du vendredi soir sont de faible niveau, avec des chevaux qu’on a pas dans cette catégorie le restant de l’année...” Ou encore “La piste de Cabourg est sympa mais pas du tout sélective, d’où des résultats en dépit du bon sens et aussi de trop nombreux concurrents fautifs en début de course...” Il est vrai que le mode de départ et la légère pente, juste après le start des 2.850 mètres -parcours le plus souvent utilisé pour les quintés- a de quoi surprendre...

 

Y-a-t-il un rapport de cause à effet, ou est-ce le contexte défavorable général des courses qui en est cause, mais le comparatif de deux vendredis semblables dans une course événement similaire  de Cabourg, entre le dernier vendredi de juillet et le dernier vendredi d’août est très négatif, marquant une différence de 282.990 euros sur la totalité des jeux de la course (hors quarté dont les enjeux ne sont pas rendus publiques), soit une baisse conséquente de 3,8 %...

Chute d’enjeux due majoritairement au seul Quinté avec une perte de  225.019 €, soit une baisse de 5,2% encore plus inquiétante.

Quant au faits évoqués plus haut, d’arrivées souvent incohérentes, on s’aperçoit aussi, à la lecture des chiffres, qu’ils sont probablement la cause de la bonne tenue, en fin de meeting, des jeux de couverture ou réputés les plus faciles à trouver parmi les paris de combinaisons, à savoir le 2/4 et les couplés placés, qui ont été les seuls à marquer une hausse significative le vendredi de fin août. C’est la preuve de la prudence des parieurs, mais aussi que leur attitude est en lien direct avec les arrivées précédentes; ils réagissent intelligemment. Dommage que ce comportement explicite ne soit pas davantage pris en compte pour les programmes, pour le choix des courses et des horaires, et de manière générale dans la politique des jeux ! 

CLASSIC WAY : un bon profil d’aigle... LETTRE OUVERTE AUX MINISTÈRES DE TUTELLES