Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

DES COMPARAISONS QUI FÂCHENT...

18 décembre 2015

Il y a eu, le week-end dernier, des courses classiques à Hong Kong, où les chevaux français ont échoué malgré leurs qualités intrinsèques. Mais c’est surtout la manière dont sont organisées les courses là-bas qui retient l’attention en termes de politique des courses... Notre confrère Claude Piersanti l’a rappelé sur un réseau social, où il livre toujours d’excellentes infos,  Hong Kong c’est 83 réunions à l’année pour un chiffre d'affaires de 12 milliards... En France, on nous vente (à tort) l’intérêt d’avoir multiplié l’offre jusqu’à quatre réunions par jour en moyenne, pour moins de 10 milliards d’enjeux avec donc près de... 1.500 réunions !

C’est la preuve par les chiffres que le modèle économique français n’est pas si brillant et surtout, que les dirigeants de la filière hippique soit nous mentent, soit se sont trompés lourdement !

Idem sur l’intérêt des spectateurs à aller assister aux courses. On sait que leur politique désastreuse, notamment en termes d’horaires (les courses de haut niveau à partir de midi !!!) a rendu les hippodromes déserts, alors que c’est l’essence même du renouvellement de la clientèle passionnée. Encore un échec cuisant, toujours pas sanctionné. A Hong Kong, pour donc 83 réunions, l’affluence moyenne est de 17.700 spectateurs à Happy Valley et 29. 300 à Sha Tin. Autre preuve que nos responsables de la filière hippique ont tout faux.

Récemment, la mauvaise décision prise par cette filière, consistant à séparer le réseau PMU en deux (en ville et sur internet) sans s’être battue pour trouver une solution moins pénalisante, a pris effet. C’était le 10 décembre. J’ai annoncé et continue de le penser que cela va avoir des effets désastreux sur la cohérence, donc sur la confiance et sur les enjeux. Après quelques jours, la “com” de la filière nous indique que sur les quatre premiers jours, “Les paris @pmu sont en hausse de 1,7 % par rapport à 2014.” Mais de quoi nous parle-t-on ?

Des quatre premiers jours en dates (10, 11, 12,13 décembre) ou en jours ? Ce n’est pas du tout la même chose ; l’an passé, c’était du mercredi au samedi, cette année, c’est du jeudi au dimanche, ce jour dominical étant toujours pic d’enjeux d’une semaine... Vous l’aurez compris, un détail... capital et qui va déterminer si cette comparaison est équitable ou pas. On attend la réponse !

Mais quoi qu’il en soit, face à ce constat d’échec flagrant dans différents domaines, j’ai décidé, en cette fin d’année, d’adresser une lettre ouverte aux autorités de tutelles : ministères de l’Agriculture, du Budget, et de l’Intérieur. 

QUELQUES NOTES D’ESPOIR... ET DES COMPTES À RENDRE! SÉPARATIONS DES MASSES : PREMIÈRES CONSTATATIONS