Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

LE CHANGEMENT, “ÇA URGE”... (Bis)

25 décembre 2015

Si l’arrivée de nouveaux personnages au sein des deux comités du trot et du galop donne donc un peu d’espoir (voir ci-contre), les dégâts sont tellement nombreux que la tâche pour remonter la pente, paraît aussi ardue qu’un rendement de cinquante mètres. Pas insurmontable... mais presque ! Nous avons, durant cet automne mis le doigt sur plusieurs éléments du code (trot-galop), du règlement du PMU ou de l’organisation des courses qui ont contribué à faire partir nombre de parieurs de base, ceux qui assuraient la recette et aussi ceux qui par leur passion communicative faisait acte d’un prosélytisme qui va beaucoup manquer dans le renouvellement de la clientèle. Il est évident qu’au point où nous en sommes il n’y a plus de temps à perdre, il va falloir réformer, vite... Et éviter les grosses bourdes qui pourtant s’accumulent.

MALAISE AVEC LE “CONSTANT HERVIEU” DE NOËL À SEPT...

En ce lendemain de Noël, les courses “ Quinté” nous interpellent. Si dimanche le programme est somptueux, ce samedi, c’est calamiteux, tout comme hier où la course traditionnellement désignée pour Noël, le “Constant Hervieu” n’a cette année réuni que 7 participants ! Alors on s’est penché sur les années précédentes : 17,18 ou 19 partants après un creux en 2010. Que s’est-il donc passé cette fois ? Et bien les responsables du programme au trot ont cru bien faire -sans doute- en changeant les conditions ! Durant toutes les années précédentes, la course était pour 5 et 6 ans avec deux échelons de départ... Cette année, on l’a réservée aux 6 et 7 avec un seul échelon. Bouleversement qui était voué à l’échec, avec un seul échelon puisque ceux qui auparavant bénéficiaient d’une avance de 25 mètres pour moins de 200.000 euros de gains, devaient cette année affronter à départ égal des trotteurs ayant jusqu’à 400.000 euros, traditionnel plafond ! Un peu de réflexion aurait permis d’anticiper... À l’heure de l’informatique, il serait grand temps (on l’a écrit il y a déjà quelques années) de placer le programme sous contrôle d’un processeur et non de quelques cerveaux ayant montré leurs limites.


ET LES HORAIRES.

Un changement s’impose, déjà aussi évoqué dans ces colonnes et dont on se demande pourquoi personne n’y réagi. Pourquoi disputer le Quinté, les jours fériés comme hier, et vendredi prochain, à 13h50 et non après 15 heures comme tous les dimanches ??? Cela ne coûte rien, ne peut que rapporter (plus de temps pour jouer donc plus d’enjeux) et évitera encore à certains turfistes d’arriver dans leur PMU, comme un dimanche pour le café, entre 14 et 15 heures... après la course !


F. NIVARD, DOUÉ, INSTINCTIF, INSPIRÉ...

La discipline du trot est et reste populaire même si les dirigeants des courses ne font pas grand-chose pour. Le flottement concernant les retransmissions télévisées grand public depuis  quelques semaines en est l'illustration parfaite, nous y reviendrons. Mais ils ont de la chance. La chance d’avoir des chevaux et des professionnels qui pour beaucoup comblent leurs lacunes... C’est le cas avec la nouvelle vedette de la discipline, BOLD EAGLE, un fils de Ready Cash vainqueur éblouissant du Prix de Belgique, dimanche, la dernière “qualificative” au Prix d’Amérique qui aura lieu dans deux dimanches. Mais un homme qui doit aussi être mis en valeur en cette période hivernal consacrée essentiellement aux trotteurs: Franck Nivard. Il était déjà le dernier partenaire de READY CASH, avec lequel il a connu la gloire. Mais connaissant aussi une grande réussite au quotidien, ce n’est pas un hasard s’il est le partenaire de la nouvelle vedette du trot, le 5 ans BOLD EAGLE. Et si ce dernier affiche une grande suprématie sur ses rivaux actuels de 5 ans, il a montré dimanche qu’il était aussi un cauchemar pour ses aînés tant il a survolé le Prix de Belgique. À tel point que ses adversaires semblent déjà pour la plupart résignés à courir pour une place. C’est dire... De plus, BOLD EAGLE est donc associé à Franck Nivard, l’homme qui commet le moins d’erreur : celui qui ne tombe que rarement dans les pièges des courses sans train ou au contraire trop rythmées. Il l’a encore prouvé avec le champion ou sûr de lui  et de son cheval, il est venu quand il a voulu, comme il a voulu, terrassant ses rivaux sur une accélération à la sortie du dernier tournant, après un parcours en or derrière les premiers où il a eu le dos de deux excellents lièvres successifs avant de produire son effort. Un parcours qu’a su lui donner son pilote, auteur d’un coup de quatre, en passant, ce dimanche ! Ne comptez donc pas sur lui, le jour J, pour trembler ou avoir “peur” de gagner...

LE CHANGEMENT, ÇA “URGE”... QUELQUES NOTES D’ESPOIR... ET DES COMPTES À RENDRE!