Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

CONTINUEZ, NE CHANGEZ RIEN !

25 janvier 2016

Ces derniers jours ont été à l’image de toute cette année 2015 pour les courses hippiques : l’illustration qu’elles sont entre les mains de personnes qui n’ont jamais rien compris aux parieurs et qui sont en train de perdre leurs clients vitesse grand V, un peu comme un restaurant qui aurait surfer sur une mode, avant que les clients ne se rendent compte qu’il n’y avait pas de cuisiniers aux commandes. Les  ingrédients sont pourtant de qualité mais le bon dosage, les bons mélanges, la qualité du visuel, sont des éléments   indispensables à une bonne table... et quand ils ne sont pas au rendez-vous, comme c’est hélas le cas dans l’hippisme, les dégâts sont considérables.

Depuis 2010, année qui fut charnière, nous avons basculés définitivement dans le n’importe quoi. Il y eu pourtant des éclairs de qualité, mais perdus au milieu d’une “malbouffe” qui a mené au gavage, les menus indigestes ont produit leur effet...

Pourtant, nous dénonçons sans relâche cette politique basée uniquement sur la quantité. Mais seuls, comme dans un désert de personnages opportunistes qui n’ont pensé qu’à leur intérêt plutôt qu’à celui d’une filière toute entière, nous n’avons été que peu entendus. Pourtant, ce qui se passe actuellement n’a pas grand-chose à voir avec la crise ou les circonstances. Quand on accumule les erreurs stratégiques comme l’ont fait les dirigeants des courses ces dernières années, le résultat ne fait aucun doute. Cela fait trop longtemps que l’on prend les parieurs pour des imbéciles, des porte-monnaie. Citons pêle-mêle : les programmes incohérents ; des choix de jeux sans intérêt plusieurs fois par semaine ; une avalanche de courses à l’étranger auxquelles le parieur ne comprend rien ; des règles de jeux injustes maintenues, voire accentuées -comme les écuries au jeu simple sans queue ni tête désormais- ; l'incapacité à promouvoir le produit courses par ce qu’il a de plus beau, les chevaux et la compétition au profit du hasard ; l’obsession à faire du pronostic gratuit et institutionnel qui, sans devoir de résultats, a pour effet d’envoyer trop souvent le parieur dans le mur ; l’ostracisme sur la minorité médiatique indépendante au profit d’opportunistes carriéristes ; la gestion catastrophique de la séparation des masses aux effets dévastateurs -comment a-t-on pu revenir à multiplier le nombre de rapports, déjà trop élevés, par deux ?- et les dépenses inconséquentes DE DIZAINES DE MILLIERS D'EUROS (bail d’Auteuil, l’achat-revente à perte de Gény, Equidia Life...)... qui auraient dû être utilisés à maintenir une filière dans son époque. 

LETTRE OUVERTE AUX MINISTÈRES DE TUTELLES LE QUINTÉ ET SES RÈGLES DÉPASSÉES