Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

La confiance commence par la transparence...

24 novembre 2014

Nous y sommes, Vincennes entre dans le vif du sujet. Après encore un Quinté de haut niveau samedi dernier, où, même si le favori ATHOS DES ELFES a été battu, il n’a pas réellement déçu, prenant une bonne deuxième place, plus qu’honorable. Il n’en est pas de même de tous les favoris ou chevaux en vue dans les “événements”. Et cela sans que les commissaires ne s’en étonnent. Ainsi, on avait vu A LOLA extrêmement décevante dans un quinté provincial (déjà battue dans le dernier tournant), être au départ ensuite du prix de l’Élevage sans qu'aucune explication n’ait été demandée... À l’inverse, il y a des révélations qui laissent sans voix, comme celle de OIBAMBAM EFFE, le lundi 17. 

Sa deuxième place était plus qu’inattendue car aux dires de son entourage elle était à court de compétition. De plus, elle n’était pas déferrée ayant peu de références ainsi. Ce jour- là, la grande favorite TAORMINA D’EM s’est montrée fautive... alors qu’elle venait de décevoir après avoir trotté “sur des œufs” durant tout le parcours, lors d’un précédent quinté à Nantes. Deux interprétations étaient possibles : trop mauvais pour être exact, ou souffrances qui se réveillent... En l’absence d’explications officielles, il a fallu faire avec. Mais est-ce dans ce silence coupable des officiels que les courses vont pouvoir retrouver un public... ou le garder ? Pas sûr...

L’heure du bilan aurait-elle sonnée ? Pourquoi il ne faut pas jouer sur les modeste réunions étrangères…