Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

N’y-a-t-il donc personne pour réfléchir ?

06 mai 2014

Nous recevons de nombreux courriers qui constatent que, malgré les mises en garde, malgré les propositions, rien ne change. Avec cette impression que les courses vont droit dans le mur et que personne, dans aucune instance, ne semble vouloir prendre la bonne direction. Mais peut-être devrais-je utiliser le verbe “pouvoir” au lieu de “vouloir”, après l'exemple des propositions de Daniel Augereau -auteur du premier rapport sur les courses-, qui furent enterrées par peur de quelques-uns de perdre leurs privilèges et avantages... Alors nous posons la question une nouvelle fois. L’incompétence traduite des faits est-elle due à la volonté de profiter de privilèges ou à un manque de neurones ? En gros, y-a-t-il quelqu’un pour réfléchir dans les instances des courses ? Dernier exemple en date, l’incohérence du programme et par conséquent des jeux proposés, le nerf de la guerre.

Hier soir, vendredi, le Quinté a réuni 15 participants ayant gagné moins de 185.000 euros, dont certains très modestes. En parallèle, il est à noter que Laval proposait une nocturne également avec une épreuve de 6 à 10 ans, mais fermée à 215.000 euros. Donc dans l’ensemble un peu meilleurs... Ils étaient 16. Mais le pire n’est pas là ! Malgré deux épreuves semblables hier soir, aujourd’hui Vincennes propose un magnifique Quinté dans un classique qui réunit quasiment chaque année suffisamment de partants pour l’être. Alors pourquoi maintenir le très beau Prix de Combrée, qui lui aussi fait régulièrement le plein, le même jour ? Le raisonnement est simple : cette épreuve, réservée aux 6 à 10 ans (encore...) n’ayant pas gagné 275.000 euros (17 partants cette année) ne devrait-elle pas être placée le vendredi soir, afin d’assurer un Quinté de meilleur qualité, sachant que samedi, il y a le Critérium? Simple bon sens. Pourtant, comme l’écrit notre lecteur ci-dessus, la “caste dirigeante” reste sourde. Nous préciserons tout de même au directeur technique du trot, c’est lui qui est concerné aujourd’hui, que malgré cette mise en place incohérente, l’incompétence dirigeante va encore plus loin, puisque que ce Prix de Combrée (aujourd’hui 4è course de Vincennes) n’a même pas été retenu comme Pick5 (si c’est une question d’horaire, il suffisait de le placer en fin de programme à 16h40) avec ses 17 partants. On a préféré une course à Hyères, hippodrome “tourniquet” aux courses loteries, avec 13 trotteurs seulement, en fin de carrière qui plus est...  Un choix dû à la pure incompétence ou au fait que l’on privilégie, comme s’en plaignent légitimement de nombreux turfistes, les courses loterie ? On ne sait plus... C’est comme courir à Vincennes dès 12 heures. Pourquoi pas Hyères, pour protéger les belles courses de Vincennes ? Quoi qu’il en soit, ce dont nous sommes certains, c’est que ceux qui ont les manettes seront les grands responsables  de la descente aux enfers annoncée pour les professionnels confrontés à des tribunes vides...  

Le GTI (Galop Tour Inter-régional)… Gag, tartufferie, ineptie ? Triste constat après "le" duel