Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Le GTI (Galop Tour Inter-régional)… Gag, tartufferie, ineptie ?

11 mai 2014

Face à la crise annoncée depuis longtemps, certains dirigeants ont répondu dans un premier temps par le déni, que certains, les plus inconscients ou les plus calculateurs (davantage intéressés par leur intérêt personnel que par l'intérêt général…) pratiquent encore. Parmi-eux, il y ceux qui ont tout de même essayé de trouver quelque chose.

Au trot, la mise en place de certains circuits, comme le Grand National du Trot a trouvé sa justification: bons chevaux, courses ouvertes, et supports des jeux nationaux (TQQ+). Même si certaines étapes sont un peu plus creuses que d'autres (notamment en raison de la distance par rapport aux principales régions d'entraînements), c’est une belle et bonne initiative qui a su durer.

Au galop, voulant combler un peu le fossé qui se creusait entre les spécialités, on a tout d'abord imaginé le "Défi du galop".

Mais hélas, pas grand-chose en commun avec le GNT. Les chevaux sont de moindres niveaux et la course n'est pas support des jeux principaux... Un essai qui a toutefois le mérite d'exister même s'il n'est pas trop concluant.

Dans la logique du GNT, les trotteurs ont poursuivi en organisant un autre tournoi avec la spécification des pistes en herbe, les plus belles convenant parfaitement aux trotteurs. Ce sont des pistes en général plus souples qui font moins souffrir leurs articulations. Ils l’ont nommé Trophée Vert, et là encore la réussite est totale. Il faut dire que les dirigeants ont placé les conditions de course à un niveau élevé, ce qui permet, là encore, d'avoir au départ des trotteurs de belle qualité, tout en permettant à des nouveaux venus de monter de catégorie grâce aux rendements de distance et par conséquent à un éventail assez large des candidatures. Non accompagné des paris principaux, car courues le dimanche en saison “galopeurs”, ces épreuves bénéficient toutefois du Multi et du Pick5 depuis la création de ce dernier et comme les candidatures sont nombreuses c'est la plupart du terme la promesse de courses intéressantes à la fois sur le plan qualitatif et sur le plan ludique. Bilan : un autre essai brillamment transformé pour les trotteurs,  Mais comme les galopeurs ont le désavantage de gérer une discipline où les chevaux qualiteux font de courtes carrières, il faut reconnaître que leur tâche est moins aisée…

 

Mais est-ce une raison pour mettre en place un autre “tournoi”, le “GTI”, qui ne pouvait se traduire que par un échec cuisant après le peu d’intérêt du Défi du galop. Croient-ils que trois lettres évoquant un mythique type de voitures un brin sportive suffise ? Le "Galop Tour Inter-régional", dont la 4è étape aura lieu dimanche à Angoulême, est en effet un non-événement dont l’idée de base était de faire connaître des hippodromes qui n'avaient pas les honneurs jusqu'à présent des courses Premium... Et alors.  Ces hippodromes, qui sont un peu des centres de formations pour entraîneurs et jockeys régionaux, et des enceintes où les chevaux modestes peuvent concourir, servent aussi au renouvellement du public, via des sorties familiales en province. Mais fallait-il pour autant tout mélanger et enrober d'un ruban de couleur et d'une communication appuyée des compétitions sans relief ? Évidemment non. Réservé à des chevaux d’une grande modestie, ces compétitions n’ont aucunement une portée nationale. Dimanche, l’étape d’Angoulême va se courir donc le même jour que les classiques pour 3 ans à Longchamp. Imaginerait-on une seconde un autre sport (prenons le football) mettre en lumière un challenge entre petite catégorie communale un jour de Ligue 1 ?

On marche sur la tête, hélas depuis trop longtemps. D’autant que cette incompétence à des coûts. On privilégie ce challenge pour servir de support au PICK5, prime à la médiocrité néfaste à la promo des courses, qui devrait passer uniquement par le haut niveau, comme le fond tous les sports... Sans oublier que l’on retransmet aussi ces courses sur Equidia, ce qui a aussi un coût. En résumé, peu ou pas d’avantage pour beaucoup d’inconvénients. C’est hélas le point commun de nombreuses décisions prises ces dernières années !

Ne pas se tromper de cible... N’y-a-t-il donc personne pour réfléchir ?