Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Chiffres d’affaires des jeux : la F.D.J. progresse... les courses en recul !

14 janvier 2014

Voilà un titre qui devrait interpeller nos dirigeants. Alors que les responsables de la politiques des courses hippiques incriminent la crise économique pour expliquer les mauvais résultats 2013, voilà que la Française des Jeux annonce, elle, sur le même créneau du "jeu-loisir" un C.A. à la hausse, confirmant ce que l'on savait déjà, à savoir qu'en cas de crise économique, le secteur jeu est un refuge dans lequel le public retrouve l'espoir de "mettre un peu de beurre dans les épinards", voire de “toucher le gros lot”. Les très bons résultats de la F.D.J. sont la preuve que la baisse des enjeux hippiques ne peut être attribuée à ce facteur général, mais bel et bien à la politique des courses hippiques en France. Comme nous l'écrivons depuis plusieurs années, attribuer les très bons résultats, en terme d'enjeux hippiques bruts, des années 2000 à 2009, à la politique inflationniste du nombre de réunions, de courses, et de paris par course, est une contre-vérité.

 Ils étaient dus, en fait à différents progrès techniques déjà développés dans nos colonnes, et désormais arrivés à leur terme. À l’image du remarquable travail effectué sur le réseau informatique du P.M.U qui, à la fin des années 90, était préhistorique. Une remise à niveau qui a impliqué un bouleversement total au niveau du confort des joueurs, comme la possibilité de jouer jusqu’au départ de la course (contre fermeture des bureaux à 13 h en moyenne). Un élément de confort parmi d’autres, nombreux, qui ont donné un nouveau souffle aux paris hippiques. Parmi eux l’évolution des paris à distance et la création et constante amélioration de la chaîne Equidia, sont des éléments qui ont été déterminants dans les bons résultats. Sans oublier un facteur mécanique indéniable, le nombre de points de vente, passés en quelques années de 4.500 à près de 12.000... Ne pas vouloir analyser ces évidences et laisser croire que l’inflation de courses et de jeux était l’élément déterminant a non seulement empêché les dirigeants d’anticiper les bonnes résolutions indispensables, mais les a encourager à développer des paris-loteries qui ont peu à peu fait perdre leur spécificité aux courses hippiques.

Pour soigner un malade, il faut faire le bon diagnostic, le plus tôt possible. Celui des turfistes est simple : Il est urgent de ralentir ! Ralentir les courses d’inconnus qui impactent la confiance. Ralentir la cadence des jeux, qui se concurrencent et impactent les rapports. Encore faut-il pour cela accepter de voir la vérité en face et d’écouter la clientèle.                       

L’image des courses doit être au cœur des débats ! COMPORTEMENT SUSPECT DES COMMISSAIRES À CAGNES !