Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

DÉCISIONS INCOHÉRENTES ET PERTE DE CONFIANCE DES PARIEURS

01 février 2013

Si dans un avenir proche les autorités de tutelle s'occupent enfin des courses hippiques et ne laissent plus quelques familles à l’esprit monarchique régner sur le système, il y aura peut-être alors de la transparence et reviendra alors enfin le sentiment de confiance sur la régularité des courses. Notion qui fait cruellement défaut à notre sport depuis maintenant quelques années. Contrairement à ce que pensent les "maîtres" en place, ce n'est pas en faisant taire la critique, voire en l'étouffant -par exemple en investissant dans la presse afin de contrôler les médias- que l'avenir sera pérennisé. C'est même tout le contraire. Les courses ne retrouveront un avenir que si la clientèle qui en a fait le succès revient en masse...

Si dans un avenir proche les autorités de tutelle s'occupent enfin des courses hippiques et ne laissent plus quelques familles à l’esprit monarchique régner sur le système, il y aura peut-être alors de la transparence et reviendra alors enfin le sentiment de confiance sur la régularité des courses. Notion qui fait cruellement défaut à notre sport depuis maintenant quelques années. Contrairement à ce que pensent les "maîtres" en place, ce n'est pas en faisant taire la critique, voire en l'étouffant -par exemple en investissant dans la presse afin de contrôler les médias- que l'avenir sera pérennisé. C'est même tout le contraire. Les courses ne retrouveront un avenir que si la clientèle qui en a fait le succès revient en masse...

C'est loin d'être le cas et pour cause. Parmi les nombreuses raisons, qui font que les parieurs ont déserté les hippodromes, voire les guichets, il y a l'incohérence de certains résultats et les décisions critiquables des commissaires y ont leur part... Rien que sur la  semaine écoulée, on a noté d'invraisemblables comportements, des acteurs et des autorités chargées de faire respecter un minimum de discipline. Samedi, à Vincennes... Dans la 2è, le futur lauréat, TREBOL, sort dangereusement un rival italien (NALDO BENAL) qui terminera sixième d'une épreuve support de Pick5. Le driver lauréat a été sanctionné mais ce n'est évidemment pas dissuasif (quelques jours de suspension pour un pilote qui court très peu...). Pour les parieurs, qui  ont vu leur cheval gêné, aucune compensation ;  les yeux pour pleurer. Idem dans 5è, où  les commissaires ont montré inefficacité et incompétence. Un cheval italien, drivé par Gian Paolo Minucci (OLIMPIA GRIF) provoque un faux départ ; selon la règle, il doit partir en retrait lors du second essai. Il n'a pas respecté ce handicap, alors le règlement est clair (toutefois stupide et injuste pour les parieurs) : il doit être disqualifié ! Mais alors que tout le monde voit qu'il part en tête, rien ne se passe... Il n’est disqualifié qu'en haut de la montée, après avoir la favorite. Puis, ne se retirant pas sur la voie de dégagement, il empêchera une rivale de disputer les premières places, coincée dans son sillage ; PASSWORD (prochaine gagnante dans cette catégorie) terminera cinquième d'une course totalement faussée pour les couplés, les simples, les trios, les multis... Là encore, les parieurs n'auront que les yeux pour pleurer. A posteriori, les dirigeants ont évoqué un problème de transmission. Foutaise ! Avec un tel règlement, il suffirait qu'un juge observe si le coupable part bien en retrait, un point c'est tout. Visiblement, ils n'ont pas été capables de voir ce que tout le monde a vu. Quelle sanction pour une telle grossière erreur ? Aucune, comme d’habitude...

Jeudi, deux nouvelles bévues. Dans la 6è, le lauréat TWIGS TARZAN contourne l'animateur en empiétant à la corde, sortant de la piste intentionnellement pour passer et l'emporter : la règle est claire, c'est interdit et il doit être disqualifié. Pourtant, les commissaires maintiennent le résultat en expliquant le contraire de la réalité... Même le présentateur d'Equidia lâchera ces mots -après diffusion du film justifiant la décision : "Les commissaires ont interprété le règlement pour laisser sa victoire au lauréat". No comment !

Le même jour, dans la 4è, ils ont maintenu à la première place un représentant de l'entraînement Baroncini (OMBRETTA D'ESI) qui avait profité du fait que son compagnon de course, alors tête et corde (ORIGAMI) s'était écarté vers l'extérieur, lui laissant le passage tout en gênant un adversaire, OVER THE PAIN, en lui sortant sous le nez ; ce dernier terminera quatrième. Là encore résultat faussé : rien ne prouve que ce dernier n'aurait pas terminé troisième sans cette gêne intentionnelle. À noter également que si le driver de l'animateur n'avait pas commis cette irrégularité, le futur gagnant serait resté enfermé derrière lui... Donc aucun doute, l'arrivée validée est le fruit d’une intention délibérée, contraire à la morale et à toute règle sportive. De plus, il n’y eu enquête qu'en raison de la réclamation du cheval gêné... Sinon, silence radio !

Peut-on décemment encore croire, en haut lieu, que de telles décisions n'ont aucun effet sur la confiance des parieurs?

COURSE TRUQUÉE EN BELGIQUE MAIS AUCUNE ENQUÊTE POUR CONNAÎTRE LES COMMANDITAIRES