Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Règles d'écuries modifiées... pour devenir injustes

19 janvier 2014

Si tout pourrait aller mieux aux courses, les sociétés de courses, de par leur incompétence dans bien des domaines, sont bel et bien le maillon faible dans l’organisation et ce, sur de nombreux plans. Nous traiterons ici des écuries au jeu simple gagnant qui, malgré nos avertissements, ont été modifiées ces derniers mois pour désormais être totalement incompréhensibles et injustes !

Au trot, nous avons eu un exemple récent de deux chevaux d’un même entraînement, dont l’un a laissé gagner l’autre, alors qu’il n’était pas “couplés” au jeu simple gagnant... Au galop, ce n’est guère mieux car les deux sociétés de courses sont tombées d’accord sur une règle commune et quelle règle ! Il faut simplement porter la même casaque pour faire écurie...

Résultat, dans le Quinté de mercredi à Cagnes, MAGIQ RIO a gagné et a été payé gagnant (13/1) sous les couleurs de Monsieur Giraudon qui en est propriétaire à 75%. Pour le reste, 25%, il appartient à l’écurie Ascot. Le problème c’est que dans la course, les parieurs qui ont joué AMERICAN PICK (grand malheureux 8è de la course à 17/1) n’ont eu que les yeux pour pleurer, alors que ce dernier est sous les couleurs de l’écurie Ascot, à qui il appartient pour moitié. Autre problème : les autres 50% appartiennent à Monsieur Giraudon. Ce que l’on craignait et avions décrit il y a plusieurs mois vient donc de se produire dans un Quinté : deux chevaux qui appartiennent aux mêmes personnes ne faisaient pas écurie ! Et comme les circonstances de course (parcours heureux d’un côté, malheureux de l’autre) ont fait de l’un d’eux un vainqueur, vous imaginez dans quel état moral sont les turfistes qui ont joué l’autre... Merci messieurs les grands penseurs technocrates !

Hommes, chevaux et pmu font le job ! L’image des courses doit être au cœur des débats !