Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

COMPORTEMENT SUSPECT DES COMMISSAIRES À CAGNES !

03 janvier 2014

On peut chercher sous tous les angles à redonner l’envie de jouer aux parieurs, à retrouver une nouvelle clientèle, il n’y aura aucune piste exploitable si l’on ne commence pas par offrir un spectacle et des jeux au dessus de tout soupçon. Évident me direz-vous? Et bien hélas pas pour tout le monde, et notamment pour ceux qui ont la responsabilité de ce créneau si sensible, les dirigeants de sociétés de courses et les commissaires, les uns nommant les autres... C’est le premier point noir ! On le voit hélas trop souvent, certaines décisions sont incompréhensibles et ont pour effet de laisser planer un doute, soit sur la compétence des commissaires, soit, ce qui est encore plus grave, sur leur indépendance. Il ne nous appartient pas de juger si ces doutes sont justifiés mais en revanche, il est de notre rôle de relever des faits ou décisions qui laissent un goût amer aux parieurs -dont nous sommes le relais certains l’oublient un peu vite-. 

Faut-il le rappeler une nouvelle fois, ces décisions incompréhensibles démotivent les turfistes qui ont joué et perdu dans ces épreuves et la politique des organisateurs, qui consistent à faire comme si de rien n’était, avec la complicité d’une presse spécialisée dont l’acuité visuelle semble baisser de jour en jour, à moins qu’elle ne soit davantage à l’écoute de dirigeants qui éxigent la pratique de l’autruche (j’en fus témoin dans d’autres médias...), n’a pour effet que de les démotiver encore davantage... Cette politique est celle du pire. C’est celle qui consiste à prendre les parieurs pour des imbéciles, celle qui consiste à croire que quoi qu’il arrive, les joueurs reviendront. Ceux qui ont cette (très) courte vision des choses pensent-ils une seconde au ressenti d’un parieur qui a perdu tout son investissement d’une course en raison d’un comportement suspect non sanctionné ? Ce sont des effets dévastateurs... Et la technique du “pas vu, pas pris” on le sait, ne peut à long terme qu’avoir des effets néfastes. L’expérience, dans différents domaines, ne laissent planer aucun doute. Dès lors, une arrivée validée comme celle de la cinquième course du programme de Cagnes-sur-mer, le lundi 30 décembre, est révélatrice. Devant les caméras d’Equidia, le futur lauréat italien MUSO DURO SPIN prends plusieurs piquets durant le parcours, notamment dans le dernier virage, ce qui lui permet de virer court et de faire moins de terrain que ses adversaires. Fort de cet avantage pris à plusieurs reprises illicitement, il l’emporte de bout en bout... Comme seuls les aveugles n’ont pu le voir, on s'attend à ce qu’une enquête soit ouverte et à ce qu’il soit disqualifié car la règle est claire :  DOIT être disqualifié tout concurrent qui passe à l’intérieur des piquets s’il n’y est pas contraint par un adversaire. Seul en tête, MUSO DURO SPIN n’y a pas été contraint... Cette règle, appliquée en général avec une certaine rigueur est valable, on le rappelle, à Cagnes comme ailleurs, à moins que ? De plus, elle est applicable si cela concerne un concurrent qui a mordu sur l’intérieur de la piste “durablement” dit la règle. On a ainsi vu des concurrents disqualifiés pour avoir pris deux, voire trois piquets et pourtant gagner de trente mètres. On pense à REACH DE VANDEL ou SAMOURAÏ de VAI qui avaient été disqualifiés alors que le fait de course incriminé n’avait pas eu d’effet sur le résultat. Mais “la règle c’est la règle” avait-on entendu côté commissaires et directeur technique alors... Que vont-ils nous dire sur la victoire de MUSO DURO SPIN qui n’aurait probablement pas gagné, lui, sans cet avantage illicite. Que vont-ils nous dire sur le nombre de piquets qui fut bien supérieurs pour ce lauréat italien que pour nombre de chevaux jusqu’ici disqualifiés ? ET nous irons plus loin... Puisque ce genre de décision ouvre la porte à bien des traductions possibles, dans la mesure où l’on ne peut imaginer que les commissaires ne l’aient pas vu, à moins d’avoir été absents pendant la course, on peut s’interroger sur ce succès très “attendu” car la cote PMU est passée de 10/1 à 6/1... Il a donc été très joué dans les minutes qui ont précédé la course. Par qui ? 

Voilà des faits graves, qui posent trop de questions sans réponses et qui nécessiteraient une enquête de la police des jeux. Malheureusement, les seuls à pouvoir initier une telle enquête sont... les sociétés de courses ! Un système en circuit fermé qui n’est plus supportable à l’époque où pour fonctionner, les jeux d’argent doivent être irréprochables. Il faut impérativement que cela change, que la transparence soit au coeur du débat, sinon les courses hippiques vont se refermées sur elles-mêmes, délaissées par des turfistes qui auront totalement perdu confiance. N’oublions pas que ce fut la raison majeure de la mort des courses en  Italie et en Belgique. Les dirigeants français n’ont donc pas même l’excuse de ne pas savoir comment cela va finir si le grand ménage n’est pas fait !

Chiffres d’affaires des jeux : la F.D.J. progresse... les courses en recul ! DOPAGE : FAUT-IL LAVER LE LINGE SALE EN FAMILLE ?