Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

LES RAISONS D’ÊTRE TRÈS INQUIET...

30 novembre 2013

Pourquoi s’inquiéter autant pour l’avenir des courses alors qu’il y a des athlètes, chevaux et jockeys ou drivers de grande qualité en France, probablement même les meilleurs au monde dans les trois spécialités? Les professionnels exercent pour la plupart leur métier “la tête dans le guidon” ayant pour préoccupation principale la compétitivité de leurs athlètes, les chevaux. Ils ont même avalé de grosses couleuvres comme celle qui consistait à leur faire croire qu’il fallait qu’il fasse des sacrifices insensés pour aller courir partout et tout le temps, au détriment parfois de leur sécurité, mais aussi de leur capacité à amener au mieux, et avec régularité leurs pensionnaires...

En leur laissant croire que le maintien du chiffre d’affaires était à ce prix, un mensonge absolu. À quelques exceptions près, ils ont, pris dans une “spirale infernale”, tenté du mieux possible de rentabiliser leurs chevaux, voyant bien que les propriétaires ne pouvaient plus suivre... Au détriment, hélas, de temps de récupération nécessaires qui, à force de ne plus être respectés, ont conduit à des arrivées de plus en plus improbables, l’une des raisons de la fuite des turfistes qui y perdaient leur latin. L’autre étant un laisser-aller total des responsables (commissaires et autres) qui ont laissé tout faire, notamment le “tour”, qui n’est plus, semble-t-il, désormais condamnable...

Autre raison d’être inquiet, le manque de chevaux. C’était mathématique mais à force de les surexploiter, tout en limitant le nombre des naissances, notamment au trot, on allait au-devant d’une grande déconvenue que seul des aveugles n’auraient su voir... Ajoutant à cela d’autres facteurs (atteinte à l’intégrité physique via le déferrage notamment), cela conduit notamment à un dimanche de finale de GNT avec un quinté médiocre sur une autre course... Que c’est triste pour le spectacle mais aussi pour la recette.

L’autre raison majeur et d’actualité de mon inquiétude, ce sont les taxes. La hausse de la TVA, que les dirigeants des courses n’ont pas su défendre contrairement à la Fédération d’Équitation, avec deux ministères de tutelles des courses (Agriculture et Finances) qui vont prendre en compte, semble-t-il, les besoin des centres équestres et “oublier” les courses ! Les autres taxes fiscales inquiètent aussi, puisque le cadeau de l’État sur les prélèvements 2010 / 2011 / 2012 et 2013 (soit près de cent millions d’euros par an !) devrait prendre fin au 31 décembre. Ce qui va précipiter un peu plus les courses dans un marasme économique qui était prévisible... Mais là encore, les dirigeants des courses n’ont rien vu venir...

LE DERNIER A DÉNONCER LA SPIRALE INFERNALE ? Les sociétés de courses hippiques creusent leur propre tombe...