Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Les sociétés de courses hippiques creusent leur propre tombe...

22 novembre 2013

On l’a répété cent fois mais nos têtes pensantes, en dehors de constater les dégâts qu’ils nient être les conséquences de leur politique, continuent d’accumuler au jour le jour des erreurs stratégiques ou techniques créant un manque à gagner financier mais aussi de portée médiatique, ne sachant pas vendre ce qu’il y a de mieux, comme pris dans une spirale de l’échec dans laquelle ils continuent de tourner en rond. Après le lundi où les galopeurs ont maintenu le Quinté dans une épreuve de niveau médiocre, alors que Vincennes pouvait offrir une compétition de qualité (qui ne fut pas même Pick5...), après le non choix du Prix de Belgique (voir édito), on constate quasiment chaque jour des aberrations plus ou moins dévastatrices en terme d’enjeux.

 Ce samedi, Vincennes propose trois belles épreuves de niveau Quinté, à respectivement 100.000, 84.000, et 78.000 euros d’allocations. Ils ont choisi la mieux dotée (Groupe III) avec 16 participants. Mais pourquoi avoir maintenu l’ordre des courses qui concentre ces trois épreuves à 14h30, 15h08 (Quinté) et 15h40 avec cette fâcheuse conséquence, le Pick5 se disputera à trente minutes du Quinté ? Combien de fois les dirigeants ont-ils pris l’alibi de l’heure de départ (qui doit être la plus éloignée possible du Quinté pour répartir les épreuves intéressantes durant l’après-midi nous a-t-on rabâché...) pour justifier un choix de Pick5 médiocre, sous prétexte, donc, qu’il devait être détaché du Quinté. On observe ce samedi que non seulement le Pick5 se disputera trente minutes après le Quinté, mais que tout sera ensuite plié puisque l’autre Pïck5 se dispute à Lyon (galop) dès 13h45. Les règles d’un jour ne sont donc pas celles du lendemain ?

Cela confirme une nouvelle fois l’incohérence de la politique des courses, jusqu’au cœur des services techniques qui n’ont visiblement aucune directive cohérente... Là, outre le fait que le Pick5 a été placé dans le Prix de Bagnoles-de-l’Orne (78.000 euros et 17 partants) plutôt que dans le Prix de Quimper (84.000 euros et 18 partants...), et l’on se demande pourquoi,, il fallait de toute évidence changer l’ordre des courses et placer l’épreuve choisie comme Pick5 en fin de programme grande piste, donc à 16h10. En accumulant les décisions incompréhensibles et surtout contreproductives, les sociétés de courses creusent leur propre tombe... Jusqu’à quand?

LES RAISONS D’ÊTRE TRÈS INQUIET... Un vainqueur rétrogradé puis réhabilité... et les parieurs trinquent !