Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

COURRIER DE LECTEUR : "J’avoue être désabusé par les courses et leurs arrivées"

06 octobre 2013

" D’habitude et depuis longtemps je joue en jeu simple et surtout en couplé. Depuis quelques temps je joue en quarté et quinté mais c’est une erreur. Comme hier, voir des chevaux de valeur prix d’Amérique et qui ne rendent pas 25 mètres, pour moi c’est un non-sens, voire un scandale (NDLR : notre lecteur fait référence au Grand Prix Anjou Maine, mercredi, dans lequel, entre autres, ROXANE GRIFF, peu sollicitée, a terminé... 6è du quinté devancée par son compagnon d’entraînement très inférieur, SNOB DE CORDAY...). J’ai encore l ‘impression qu’on se fiche de moi, et cela devient de plus en plus fréquent et compliqué.

Et je ne parle pas de toutes ces réunions quotidiennes !!!  Je n’arrive plus a rien. Cela fait un moment que je pense à stopper tout car je ne me reconnais plus dans ces jeux des courses. Je crois que je vais tirer mes dernières cartouches ce week-end à l’occasion de la course de l’Arc et suivant le déroulement et le résultat de  cette journée, j’aviserais... Pourtant j’ai aimé les courses , fréquenter les hippodromes et leur aspect convivial. Mais la passion n’est plus là. D’ailleurs comment voulez-vous que la passion soit entretenue avec des gradins désespérément vides. Mes copains de jeu se retirent au fur et à mesure que le nombre de courses augmente. Avec toujours la même impression, plus les chevaux sont sollicités, plus les résultats sont incompréhensibles. On ne s’y retrouve plus, alors que j’ai quand même 40 ans de course, d’échanges, de passion, d’expérience. On se sent négligé, oublié, voire méprisé... Il semble que l’on fasse tout pour la clientèle de jeu de hasard en transformant les courses en loterie. J’aimerais donc que le jour où je déciderais de franchir ce pas, de jouer au loto par exemple, et bien j’irai vers la Française des Jeux. Pour moi, les courses c’est autre chose et j’ai l’impression qu’elles sont en train de perdre leur âme en même temps que leurs aficionados dont je fais partie. Pour combien de temps encore. J’ai déjà réduit mes mises. Désormais, je pense que je ne vais jouer que le week-end, sur la course du quinté mais au jeu simple et au couplé, et cela sera suffisant. Dans la mesure ou le parieur n’est pas respecté, je ne me sens plus respecté. Et ma seule réponse c’est de marquer ma réprobation en jouant moins, et moins souvent, dans un premier temps. " Daniel B.

COURRIER DE LECTEUR : les nouvelles prises de vue sur Equidia IL N’EST JAMAIS TROP TARD, QUOI QUE...