Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

LETTRE OUVERTE AUX DIRIGEANTS DES COURSES: programme et horaires

07 septembre 2013

Messieurs les dirigeants, du trot, du galop, et du PMU, vous serait-il possible, ne serait-ce qu'un instant, de descendre un instant au sous-sol de votre échelle des valeurs, là où vous pourriez entrevoir quelques instants vos "clients", les passionnés de courses ? Vous auriez ainsi l'occasion d'essayer de comprendre pourquoi votre politique de fuite en avant est vouée à l'échec. Je l'ai déjà dit, écrit, mais les arguments utilisés, bien que jamais contestés, ne semblent pas devoir être entendus. Mépris ou égo si surdimensionné au point de faire vôtre la devise  "Mieux vaut  persister dans l'erreur plutôt que de la reconnaître ?" Pourtant, l'accumulation des fautes politiques à un coût et les enjeux en forte baisse encore lors du mois de juillet ne sont que le fruit de ces maladresses grossières. Notamment celle consistant à insister avec les courses de midi, concernant les réunions phares.

 Que vous soyez persuadés que plus il y a de courses, plus il y aura d'enjeux, est déjà la traduction d'un manque de connaissance des courses, des réflexes joueurs et du fonctionnement intellectuelle de vos clients. Cette qualification de “client” qui démontre déjà votre obsession du volet consommateur au mépris du volet passionnel. Pourtant, pensez-vous une seconde que la réussite des sports populaires que vous enviez tant (football, rugby, cyclisme...) est due à autre chose qu'à la passion qu'éprouvent les spectateurs pour ces disciplines ? D'autant que Monsieur PMU, vous prenez aussi des paris sur ces compétitions et mieux, vous êtes sponsor officiel et important (probablement des millions d'euros) de ces trois sports. Ne pourriez vous pas, Monsieur PMU, au moins en tirer quelques enseignements ? Notamment celui que pour attirer du public, il faut des horaires adaptés. Je vous pose alors une question : les matches phares (foot et rugby) se déroulent-ils entre midi et 14 heures ? Idem pour les arrivées des grandes courses cyclistes. Comment alors, avec vos associés messieurs Trot et Galop, pouvez-vous persister dans cette politique horaire aussi improductive ? Que vous vouliez à tout prix, même celui du dégoût des parieurs, occuper le créneau inutilisé avec comme seul défense "ne jouent que ceux qui le veulent", pourquoi pas ? En revanche, qu'aucun de vous trois, grands manitous des courses, ou de vos conseillers, à défaut d'avoir des ministères de tutelle qui s'intéresse au sujet (méfiance si les enjeux persistent à la baisse et si les conflits se multiplient), n'ait encore réalisé que proposer des grands événements sportifs, comme aujourd'hui le Prix d'Été Masters à 13h30 devant des tribunes quasiment vides est un non sens, est désespérant. 

Je vous en prie, Monsieur PMU, Monsieur Galop, et Monsieur Trot aujourd'hui particulièrement concerné. Si une quelconque étude peut démontrer que proposer un événement sportif à l'heure du déjeuner dans une enceinte vide a la moindre chance d'être productif, en terme de finances ou de présence médiatique, je vous en prie, descendez au sous sol de votre bulding dont le sommet culmine dans les nuages  pour nous expliquer, ne serait-ce qu'une fois, vos décisions. Notamment pourquoi encore, aujourd’hui, la réunion phare du jour, à Vincennes, débute à midi alors qu'une autre réunion trotteurs est déjà programmée, à Vichy à l’heure du déjeuner. Pourquoi la course de l'Été, avec READY CASH et autres champions dispute à un horaire qui oblige de choisir entre l'hippodrome et déjeuner chez soi un samedi, quand on est un turfiste. J'aimerais ne pas mourir idiot.

IL N’EST JAMAIS TROP TARD, QUOI QUE... LES COURSES FILENT UN MAUVAIS COTON