Bibliothèque

Pour découvrir une sélection de nos

POINTS DE VUE publiés les années précédentes, cliquer sur une période.  

Points de vue sur le monde des courses hippiques : 

un regard sans concession

Passionnée, l'équipe de journalistes vous propose de tout savoir sur l'organisation, les compétiteurs hommes et chevaux mais aussi sur les abus, les privilèges... Par le biais d'articles de fond sur des faits récents, ou de dossiers sur les grands sujets qui font débat, un seul objectif : que les turfistes passionnés puissent tout savoir et ainsi avoir un jugement s'appuyant sur... la vérité.

Le maître mot, trop souvent oublié par la presse.

 Articles rédigés par Patrick LANABÈRE

 (copies sous réserve d'autorisation)

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Les vœux, espoir ou utopie ?

31 décembre 2017

Chaque année, nos vœux hippiques sont à peu près les mêmes. On espère que les dirigeants vont changer... ou au moins changer d’attitude. Qu’au lieu de demeurer avec leurs œillères et leurs oreilles bouchées, ils puissent enfin comprendre ce que l’on attend d’eux : qu’ils avancent. Cette métaphore hippique pour espérer qu’enfin, cette année, les sociétés de courses puissent mettre en place des programmes cohérents, afin que les jeux qui y sont associés retrouvent de l’intérêt.

Dans notre microcosme, tout existe pour que cela fonctionne. L’acteur principal est l’animal le plus apprécié esthétiquement et représente un capital sympathie indéniable. Les courses demeurent des compétitions au suspense incontournable -ce qui, paraît-il, fait leur charme- et dès qu’on touche les sommets, comme cet hiver avec les belles épreuves de Vincennes, on retrouve la passion intacte. Alors, même si les effets dévastateurs de la politique des dernières années ont produit leurs tristes conséquences -courses loteries, horaires ayant vidé les champs de courses de leur capital génétique de spectateurs, multiplication des courses qui ont érodé de jour en jour la cohérence des résultats, multiplication de l’offre qui a affecté les masses et par conséquent les rapports-, on se prend à y croire... Imaginons qu’en cette nouvelle année, les dirigeants aient enfin réalisé que ceux qui mettent le doigt là où ça fait mal, ne le font que pour améliorer les choses, pour éviter de prendre les mauvaises routes afin de retrouver les ambiances du passé. Quand le tiercé était un réel “évènement”, quand le ressenti parieur ne faisait naître qu’espoir (de gagner) et envie (de rejouer) et permettait, grâce à des arrivées logiques, de mettre du beurre dans les épinards. Alors, rêve, espoir ou utopie ? 

“D” comme Dubois ? Ou la règle incompréhensible des écuries... Cagnes : un outsider a 28/1... ne rapporte que 7,50 €