Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

L'APRÈS GRAND STEEPLE CHASE DE PARIS

19 mai 2013

Même si l'obstacle n'est pas mon sport préféré en raison des trop nombreux accidents, notamment dans les faibles catégories où les chevaux ne sont guère respectés, force est de reconnaître que le Grand Steeple-Chase de Paris est une épreuve à part. Tout d'abord, je me souviens de l'ambiance extraordinaire qui y régnait lors de mes premières expériences. C'est d'ailleurs très drôle mais mon premier Grand Steeple, ce fut l'année de CHINCO, le premier vainqueur de Jean-Paul Gallorini dans cette prestigieuse épreuve.

Depuis, l'un des maîtres de l'obstacle de Maisons-Laffitte a engrangé les lauréats classiques et il attaquait en force dimanche avec pas moins de cinq participants...

Si QUAROUSO, un peu décevant, PUERTO CHICO et le beau gris DRAGON MASK, plus limités, n'ont pas été dangereux, la belle  KOTKIEGLOTE, jument aux origines exceptionnelles et très douée. Elle avait perdu confiance mais son entraîneur a su faire le nécessaire et elle s'est montrée exemplaire jusqu'au bout des 5800 mètres, gardant une bonne cinquième place derrière quatre chevaux de classe.

La victoire s'est finalement jouée entre SHANNON ROCK, deuxième l'an dernier, -derrière MID DANCER- et BEL LA VIE. Pour le premier nommé, Jean-Paul Gallorini n'avait pas caché avoir axé toute la préparation de son cheval sur cet objectif, L'an passé, jugeant que son cheval n'était pas encore arrivé à maturité à 6 ans, il avait été agréablement surpris. Vu son physique, ce n'est guère étonnant, il a progressé de 6 à 7 arrivant désormais au top. Et puis il y avait autour de cette candidature un facteur "extraordinaire" : David Cottin, cravache d'Or en titre, avait été opéré d'une double fracture de la clavicule le lundi précédent la course ! Il avait pour cela fait rentrer de vacances le célèbre professeur Judet pour réaliser l'intervention, avec pose de vis et d'une plaque. Un exploit qui est un événement médiatique à mettre au crédit du spectacle des courses et qu'i; faut donc "vendre" aux médias généralistes. Que France-Galop cesse de chercher midi à quatorze heures en essayant de copier les termes du football (idée sans originalité et vouée à l'échec) pour redorer le blason des courses. Qu'il se contente de mettre en scène et en valeur ses propres arguments...

NB : À noter cette semaine, de lundi à vendredi sur France-Télévisions un reportage sur la préparation des "Gallorini" et donc de SHANNON ROCK et David Cottin dans le cadre de son feuilleton hebdomadaire du journal de 13 heures.

David Cottin l'avait déclaré : "C'est mon rêve de gagner cette course et je pense avoir trouvé le cheval pour... Il supporte le stress de ce type de rendez-vous avec un défilé, une longue distance inhabituelle ; Il s'économise un maximum afin de ne pas perdre son influx avant les gros efforts de la piste extérieure. Bref un cheval presque parfait.". Malheureusement pour lui, il est tombé sur BEL LA VIE, qui a aussi toutes ces qualités. Cela s'est joué à un détail. Mais que ce fut une belle course.

D'autant qu'on trouve ensuite un MID DANCER encore héroïque et qui va enfin pouvoir goûter aux joies de la retraite. À la quatrième place celui que je vous avais présenté comme un sujet d'avenir, super sauteur (un félin...) OZAMO, qui sans une faute bête (il a trébuché) à l'avant-dernière haie, se serait classé troisième.

Un seul regret, les chutes (heureusement sans conséquences dramatiques) dont celle de LAGUNAK, qui n'avait pas commencé son effort, à 900 mètres de l'arrivée, quand son jockey est "passé par la fenêtre" sur un accroc à l'obstacle suivant le rail-ditch. Faute et chute également de FARLOW DES MOTTES dont on ne saura donc pas, dans l'immédiat, s'il aurait été en mesure de confirmer ses stupéfiants progrès des derniers mois.

 

VARENNE HEROS DES ANNÉES 2000, VIENT DE FÊTER SON ANNIVERSAIRE ON PARLE DEJA DE L'ELITLOPPET...