Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

"Prix d'été", SAVOIR FAIRE & FAIRE SAVOIR...

04 septembre 2015

Aujourd’hui, la belle compétition, le Prix d’Été, a été sauvée comme “Quinté” grâce aux 15 déclarés... Ouf ! Dans cette course, l’une des attractions sera bien sûr LIONEL, dont on vous disait dans ces colonnes, et aussi dans notre rubrique du mardi matin (carnet secret), le plus grand bien l’hiver dernier alors qu’il venait d’arriver en France. Seuls les aveugles (et ils sont nombreux...) n’avaient pas détecté chez ce trotteur un potentiel hors du commun vu sa classe, ses capacités d’adaptation, sa maniabilité, sa tenue, et sa vitesse... Excusez du peu ! 

Ajouté à cela le fait qu’il était entraîné plus ou moins par la fille du propriétaire, on pouvait espérer de nets progrès en France, sans sous-estimer pour autant le travail effectué par son entourage précédemment. Car il est évident que si LIONEL est arrivé relativement neuf à l’âge de 7 ans chez Fabrice Souloy, c’est aussi en raison du fait qu’il a été ménagé, mis dans du coton, qu’il a confiance en ceux qui l’entourent, et qu’on ne l’a pas dégoûté des courses, bien au contraire. Cet aspect moral du compétiteur est à prendre en compte et c’est aussi cela qui permet à Fabrice Souloy de faire de l’excellent travail... Vu la capacité de ce dernier a “transformer” parfois des chevaux bons en “très bons”, on imagine ce qu’il peut faire d’un déjà très bon ! C’est ce que LIONEL démontre depuis plusieurs semaines. Il va tenter de confirmer ici dans cette course au standing classique.

La semaine dernière, le Critérium des 5 Ans, n’a pas sacré celui que l’on attendait, AMIRAL SACHA. Pourtant, il était bien en course pour la victoire lorsque, après un effort pour contourner un adversaire fatigué à l’amorce du dernier tournant, il est venu vite déborder les animateurs, au moment même où ATHOS DES ELFES faisait la faute, semblant faiblir alors. AMIRAL SACHA et AVE AVIS -qui avait eu le bon parcours à la corde jusqu’alors- auraient pu offrir un beau spectacle mais le premier nommé s’est désuni (venu trop vite ?) et a laissé le champ libre à son rival. Bon finisseur, AKIM DU CAP VERT, désormais drivé sagement (c’est impératif) a une nouvelle fois bien fini... Il garde ainsi un moral intact, promesse de faire une belle seconde partie de carrière ; cela lui permet aussi d’être de nouveau au départ avec une belle chance aujourd’hui dans le Prix d’Été face à ses aînés... Concernant la victoire d’AVE AVIS, finalement nette et sans bavure, elle sacre le travail de Jean-Michel Bazire, bien sûr, mais aussi un cheval qui avait des références et qui semble transformé par le déferrage. Il y avait déjà du mieux “DP” mais la première fois “D4” lui a permis de se transformer... L’occasion de rappeler combien il est important de donner cette info aux turfistes, ce qui fut très long à obtenir...

À  ce sujet, l’anecdote du jour concerne le Président de la SECF, (éleveur d’AVE AVIS!) Dominique de Bellaigue, qui, il y a une dizaine d’années, en salle de presse, alors que nous étions quelques journalistes insistants sur le sujet pour obtenir un changement de règle, nous avaient alors déclaré que le déferrage n’avait aucune importance, que c’était notamment un leurre pour masquer des histoires de dopage! Chacun appréciera... 

BOLD EAGLE-VILLEROI, brillants reflets de la parfois insolente supériorité des “Guarato” ! LES LEÇONS À TIRER...