Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

COMMISSAIRES QUI FONT CE QU’ILS VEULENT, OU POURQUOI SANTON NE DEVAIT PAS ÊTRE DISQUALIFIÉ !

13 avril 2013

Mercredi, avait lieu une étape du Grand National du trot. L’une des vedettes annoncées, après un long déplacement, était le “Levesque” SANTON, élégant trotteur ménagé qui trouvait là un bel engagement qu’il a mis à profit, admirablement piloté par Thomas Levesque. Malheureusement, quelques coups de pattes au moment d’accélérer (il veut trop en faire et se précipite ?) lui ont valu l’ouverture d’une enquête. Et là...

Mercredi, avait lieu une étape du Grand National du trot. L’une des vedettes annoncées, après un long déplacement, était le “Levesque” SANTON, élégant trotteur ménagé qui trouvait là un bel engagement qu’il a mis à profit, admirablement piloté par Thomas Levesque. Malheureusement, quelques coups de pattes au moment d’accélérer (il veut trop en faire et se précipite ?) lui ont valu l’ouverture d’une enquête. Et là, ce fut un nouveau jugement incompréhensible, un de plus. Il fut disqualifié avec comme images, pour justifier la décision, une vue de trois-quarts qui n’est jamais à l’avantage des trotteurs qui confondent vitesse et précipitation ou ont tendance à tomber léger dans leurs allures. Pour juger en toute impartialité, il faut bénéficier de la vue parallèle, la seule qui puisse permettre d’avoir une analyse  fiable. Ce n’est pas nous qui le disons, mais les commissaires de Vincennes à chaque fois que la question leur est posée. Une règle expliquée aussi, à chaque fois qu’il en a l’occasion, par Michel Roussel qui fut entraîneur, driver puis juges aux allures... Alors pourquoi en province va-t-on parfois à l’encontre de cette règle de base ? Faute d’images parallèles, le bénéfice du doute ne doit-il pas profiter à l’accusé ? C’est un autre effet pervers du jugement des courses au trot, parfois incompétent, parfois partial.

MAXIOS : LA CARROSSERIE EST MAINTENANT À HAUTEUR DU MOTEUR... MANQUE DE PARTANTS DE PLUS EN FLAGRANT. À QUI LA FAUTE ?