Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

MANQUE DE PARTANTS DE PLUS EN FLAGRANT. À QUI LA FAUTE ?

12 avril 2013

Le problème de partants va se poser de manière de plus en plus récurrente. On se souvient de la situation qui avait provoqué le changement de quinté pour passer de l’obstacle au trot il y a peu. Du côté de l’obstacle, le problème se reposera avec en toile de fonds la course à la rentabilité des sauteurs. Pour les moyennes et faibles catégories, les entourages ne peuvent plus attendre et tentent de profiter des (trop) nombreuses occasions qui se présentent.

Le problème de partants va se poser de manière de plus en plus récurrente. On se souvient de la situation qui avait provoqué le changement de quinté pour passer de l’obstacle au trot il y a peu. Du côté de l’obstacle, le problème se reposera avec en toile de fonds la course à la rentabilité des sauteurs. Pour les moyennes et faibles catégories, les entourages ne peuvent plus attendre et tentent de profiter des (trop) nombreuses occasions qui se présentent. Ainsi, les écuries les moins raisonnables n’hésitent plus à courir à trois ou quatre jours des chevaux pas encore adultes et les dégâts sont nombreux... C’est une des raisons. En fil rouge, il y a donc aussi les nombreuses occasions de se produire. Mais cela implique un programme particulièrement équilibré et un calendrier qui ne soit pas fait par des amateurs. Et là, il y a visiblement du travail. Voici, pour simple constatation, ce que nous avons observé en quelques jours du côté des trotteurs où le manque de participants se fait aussi cruellement sentir. Ainsi, hier soir à Vincennes, le maximum que l’on ait pu trouver pour le quinté est une course à treize. Pas de quoi faire recette. Concernant la course finalement retenue, le Prix Eukrate, que peut-on observer ?

Elle est réservée à des mâles de 6 à 9 ans n’ayant pas gagné 172. 000 euros.

Or, en quelques jours, on s’aperçoit en effet de quelques doublons... Il y avait, jeudi 11, au Mans, le Grand Prix du Printemps, pour mâles et femelles où il y eut dix-huit éliminés avec plus de 150.000 euros de gains, dont trois avec moins de 172.000.

Ce week-end. À Chartres, dimanche, course pour mâles et femelles de 6 à 9 ans n’ayant pas gagné 154.000.

À La Capelle : mâles et femelles de 7/8/9 ans n’ayant pas gagné 165.000

Lundi à Vire, le Prix Robert Auvray : Mâles et femelles de 5 à 8 ans n’ayant pas gagné 178.000

Mercredi dans le Prix de la ville de Cordemais, possible Quinté : Mâles et femelles de 6 à 10 ans avec un recul à 141.000 euros... Comment faire le plein partout ?

COMMISSAIRES QUI FONT CE QU’ILS VEULENT, OU POURQUOI SANTON NE DEVAIT PAS ÊTRE DISQUALIFIÉ ! RÈGLES À REVOIR