Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Politiques des tarifs d’entrée contradictoires au trot et au galop

22 avril 2014

Les turfistes réagissent sans langue de bois... Le constat est amer !

Les turfistes continuent de communiquer sur la politique des tarifs d’entrées sur les hippodromes parisiens du galop, après les deux premiers dimanches sous la direction marketing de M. Giletta. J’ai déjà eu l’occasion d’écrire ce que j’en pensais : l’entrée payante en forte augmentation, sous prétexte que les autres spectacles sportifs sont payants, en prenant comme exemple Paris-SG/Guingamp, c’est ridicule. Déjà, c’est ne pas s’y connaître en football que de caricaturer Guingamp. M.Giletta devrait apprendre aussi quelques notions de football (en plus des courses hippiques) avant d’en parler. Monaco, éliminé en demi-finale de la Coupe de France par le club breton, pourra lui donner quelques leçons... Les arguments contre cette nouvelle politique des tarifs sont donc nombreux. Et chaque week-end, des parieurs m’en livrent de nouveaux.

Cette semaine, l’un d’eux m’a établi un comparatif cher à M. Giletta et à France-Galop sur le football. Outre le fait qu’il abonde dans ce que j’ai déjà décrit, à savoir que les stades étaient pleins avant les paris sportifs... alors que les hippodromes ne l’étaient  essentiellement que par les paris hippiques (ce n’est pas difficile à analyser...), il ajoute un autre élément : “Quand on va voir un match cela dure une heure et demi. Aux courses, un dimanche à Longchamp, les compétitions par elles-mêmes durent environ 2’20” si l’on fait la moyenne, en fonction des distances parcourues (et encore, je leur fait grâce des premiers mètres de courses invisibles des tribunes...), cela fait donc une moyenne de huit compétitions de 2’20”, soit 140 secondes fois 8 : 1120. Soit à peine 20 minutes de spectacle contre une heure de demi sur un stade... CQFD ! Les génies qui ont pondu cette idée avec des arguments aussi faux que stupides sont je suppose très bien rémunérés pour prendre des décisions qui vont précipiter un peu plus les courses dans leur isolement. Magnifique !”

Un autre parieur m’écrivait lui : “Je suis très déçu par l'après-midi d’hier à Longchamp, je me suis ennuyé à mourir. Et ce n’est pas la course de poneys qui a changé quelque chose. Concernant les tarifs, c’est trop cher et trop compliqué. Les cartes d'invitation France-Galop de cette année (Orange vif) ne sont pas valables pour les grands prix (4 * et 5 *). Nous sommes donc sur des tarifs de 10 ou 8 euros (carte F-G Club) pour les 4* -Grand steeple, Jockey Club, Jacques le Marois...- et 20 ou 16 euros pour le Diane et l'Arc... La “maigritude” guette les turfistes qui doivent sans cesse se serrer la ceinture, et ce n'est pas de la science-fiction ! À ce rythme dans un an, on pourra tous participer à la course des microponeys de Longchamp...”.

Laissons enfin la parole à Max Popiacki, le vice-Président de l’Association Nationale des Turfistes, assurément l’un des parieurs qui a le plus fréquenté les hippodromes.

“France Galop se montre en ce moment sous son vrai jour, une caste hautaine, de mauvaise foi et méprisante. M. Giletta met de l'huile sur le feu par ses interviews, ses raisonnements incohérents par méconnaissance de son produit et ses décisions incohérentes sur le prix des entrées. C'est le plus mauvais moment pour les appliquer. Le contexte actuel est fait de morosité, de doute, chez les turfistes comme ailleurs, et les courses n’offrent rien de plus. Avec ces fauteuils défoncés à Longchamp, et de l'eau qui dégoulinera du toit des tribunes par mauvais temps et nous obligera à nous déplacer en plein courant d'air, c'est de la pure provocation. Ils n’ont rien compris... Pour une nouvelle éventuelle politique des prix, il fallait attendre Le Nouveau Longchamp ! On ne passe pas « du tout gratuit au tout payant » et les comparaisons avec d'autres produits de la vie courante sont trop faciles et inappropriés... Ils ne sont pas cohérents non plus quand  ils ne tiennent pas comptes des services rendus : absence de navettes, d'écrans géants, structure obsolète de Longchamp qui va être détruit, etc.  Alors que vaut la carte Club de France Galop : Les turfistes qui l'ont prise dimanche à Longchamp, c'est uniquement pour avoir des réductions, ceux que nous connaissons nous l'ont confirmé. Cette carte, pour  avoir une valeur doit être nominative, ce qu'elle n'est pas ; elle doit être informatisée, ce qu'elle n'est pas ; elle doit pouvoir enregistrer chaque entrée sur un hippodrome, ce qui ne sera donc pas possible. C'est pourtant un renseignement intéressant pour une cellule marketing, non ?

Elle n'est pas cessible... tout en n'étant pas nominative ?  Des avantages sont attachés à cette carte tout au long de l'année... mais on ne sait pas lesquels, aucune brochure n'est remise avec ! Il y aura des informations sur internet... Mais a-t-on pensé aux turfistes, nombreux, qui  n'ont pas internet.

La solution était pourtant facile car le produit idéal existe, c'est la carte VIP de Vincennes. Chaque entrée donne 1 point. Avec un certain nombre de points il y a des entrées gratuites.  Alors faut-il se réfugier au trot quand on aime les courses ? A chacun son ressenti.

En tout cas, la bataille doit faire rage entre les deux services marketing, trot et galop. A Vincennes, avec la carte VIP, cela revient à du "tout gratuit" avec en plus des cadeaux, et quelques entrées gratuites pour Enghien... Mais il a également la possibilité (nouveauté) de présenter une autre carte, celle du PMU. Cette carte permettra de rentrer GRATUITEMENT sur les hippodromes de Vincennes, Enghien, Caen et Cabourg, en semaine ET LE WEEK-END. Avec la carte PMU, c'est du tout gratuit pour tous les jours. Alors que France-Galop a cru bon de ne l’utiliser pour entrer gratuitement seulement en semaine... On peut deviner ce qui va se passer sur les hippodromes de France Galop le week-end : Les turfistes vont donc présenter leur carte PMU en pensant rentrer gratuitement comme au trot. Ils ne comprendront pas qu’un samedi, au trot, c'est gratuit, mais le dimanche, au galop, c’est payant... tout en présentant la même carte PMU !  Cela ne va pas être facile pour le personnel chargé des entrées. Quel bordel en perspective ! Alors que tout le monde sait que l’avenir des courses passe par une synchronisation trot-galop à tous les niveaux. La désertification des hippodromes est donc en voie d'achèvement par incohérence et incompétence.

NB : Une autre idée pour France-Galop : Au théâtre je paie mon programme... J'aimerais bien que M. Giletta se lance dans ses comparaisons approximatives et le refasse payer... “ Chiche !

PASCIA’S LEST "se paye" UNIVERS DE PAN Des “commissaires” qui font le job...