Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

Hommage à WORKAHOLIC

23 février 2013

Il se passe tellement de choses dans le milieu des courses que la nouvelle est presque passée inaperçue, WORKAHOLIC, étalon américain devenu ‘frenchy” s’est éteint mardi au Haras du Pin, où il a vécu ses saisons de monte puis une retraite méritée depuis plus de six ans. Tout d’abord, il faut préciser qu’il a eu la chance que d’autres n’ont pas eu.

Il se passe tellement de choses dans le milieu des courses que la nouvelle est presque passée inaperçue, WORKAHOLIC, étalon américain devenu ‘frenchy” s’est éteint mardi au Haras du Pin, où il a vécu ses saisons de monte puis une retraite méritée depuis plus de six ans. Tout d’abord, il faut préciser qu’il a eu la chance que d’autres n’ont pas eu. En effet, les haras nationaux n’ont pas toujours été aussi fair-play avec des étalons ayant rendu service à la nation. Certains, par le passé, ont été euthanasiés après des années de bons et loyaux services. Tout comme ceux qui s’étaient révélés décevants à la reproduction. Nul ne sait si certains ont fini en “lasagnes” mais je me souviens d’une époque où même d’anciens classiques (le “Montesson” MALOUIN par exemple) avait été abattu alors que pourtant, un voisin du haras voulait l’accueillir pour lui offrir une paisible retraite... C’était cela aussi les haras nationaux ! La rigueur à outrance.

WORKAHOLIC, lui, a forcé le respect par sa production et aussi son prix d’achat. Il a donc eu le droit de finir en paix, fort heureusement. L’histoire de ce petit cheval de vitesse est atypique. À l’époque, nous sommes au milieu des années 80, un protocole est signé entre la France et les USA. Les éleveurs vont pouvoir utiliser “l’autre sang” pour un nombre d’audacieux quantifiés. Jean-Pierre Dubois s’engouffre dans la brèche, n’hésitant pas à aller faire saillir ses bonnes juments aux Etats Unis, ce qui lui fera prendre un avantage décisif en matière d’élevage, avantage toujours en cours aujourd’hui, notamment par ses fils et petits-fils interposés, lesquels bénéficient de quelques-uns des meilleurs courants franco-américains... En 1988, soutenu alors par Jacques Pauc (journaliste maître “es-trot “à Paris-Turf), un contrôleur général des HN fait importer un étalon 100% américain WORKAHOLIC, pour une somme très élevée (onze millions de francs : plus d’un million et demi d’euros). Un grand nombre de personnalités ou dirigeants de la SECF, eux-mêmes propriétaires, éleveurs, parfois bien sûr aussi d’étalons, ne voient pas d’un bon œil cette concurrence arriver sur le sol français. Ils utilisent alors des porte-voix pour s’exprimer : “ces trotteurs-là n’ont que de la vitesse, ils vont nous pourrir notre élevage, nos chevaux ne vont plus tenir...”.

Quand l’intérêt particulier prime sur l’intérêt général, l’objectivité n’est plus de mise... Dès lors, il faudra du courage à ceux qui sont à l’initiative de cette importation. Ils ont résisté aux pressions contre vent et marées, pressions issues très souvent de grandes familles qui ont dirigé le trot depuis des décennies, et qui sont encore omniprésentes aujourd’hui, alors que la honte aurait dû les faire démissionner pour la plupart. Au lieu de cela, ils ont pris le train en marche, comme toujours... Indéracinables, ils sont partout. Quand ils ont vu que ce petit étalon américain croisait parfaitement avec les bonnes souches françaises, et que les résultats étaient à la clé (dès la première année il a engendré de nombreux classiques comme Carpe Diem, Corot, Critérium d’Ombrée, Cygnus d’Odyssée ou Classe de Tillard) ils n’ont alors pas hésité à venir profiter de cet apport capital pour notre élevage. On vit alors certains grands élevages, parmi les plus ardents destructeurs de l’image de WORKAHOLIC à la fin des années 80, y inscrire leurs meilleures juments au début des années 90. Honte et amour propre sont visiblement des sentiments inconnus de certains... Bref, ce petit américain a donc apporté de la vitesse à l’élevage français et si “nos” trotteurs ont tant changé durant ces dernières décennies, c’est grâce à Henri Levesque -le premier à avoir emmené ses championnes à l’étranger pour faire les FLORESTAN ou CAPRICCIO entre autres-, à Jean-Pierre Dubois, qui a bâti en quelques années un élevage dominant et envié de tous, et aux courageux qui, contre ont imposé l’importation de WORKAHOLIC, ce qui a permis à un plus grand nombre d’éleveurs de rester à un haut niveau. La plupart leur doive une fière chandelle, ainsi qu’à ce petit américain qui  s’est donc éteint mardi à plus de trente ans, quelques semaines après OURASI. Certains militent pour qu’une statue soit érigée, à Vincennes, en hommage à ce dernier eu égard à la publicité qu’il a fait aux courses de trot, et au fait qu’il était un champion hors catégorie. J’approuve à cent pour cent, en lançant l’idée d’une deuxième statue (au Haras du Pin ?) en honneur à WORKAHOLIC, cet étalon à qui le trot “français” doit en  partie de dominer maintenant le monde, qualitativement parlant...

 

NOTA : CYGNUS D’ODYSSÉE est l’un des premiers classiques produits par WORKAHOLIC. Très signé par son père, en plus grand, il offrait de nombreuses garanties aux éleveurs, ayant été au top niveau, tout en étant malheureux dans les Prix d’Amérique et de Cornulier. À l’aise dans les deux spécialités, il a poursuivi l’œuvre de WORKAHOLIC grâce à un croisement avec une belle souche traditionnelle française (les “Odyssée). Il est devenu à son tour un étalon recherché, père lui-même de nombreux très bons éléments dont Idéal de l’Iton, Jardy, Ludo de Castelle et plus près de nous l’impressionnant Texas Charm. Liste non exhaustive...

ENCORE UN INCIDENT GRAVE... VISION INTENSE, extrêmement impressionnante