Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

PIERRE VERCRUYSSE AVEC ORIONE DEGLI DEI : UN COUP TACTIQUE !

31 juillet 2013

Si vous écoutez ou lisez les spécialistes, vous connaissez les expressions ouverture de parapluie “S’il peut être caché...” ; “S’il y a suffisamment de train...”. En effet, certains chevaux ont besoin de circonstances particulières pour s’exprimer. Ceux dotés d’une belle pointe de vitesse doivent être mis dans un dos afin de garder leur “pointe” pour finir. Mais, souvent dans le seconde moitié du peloton, ils doivent aussi pouvoir bénéficier d’un rythme élevé car sinon, les animateurs gardent leurs ressources intactes pour le dernier kilomètre, voire moins, et quand les finisseurs font leur effort, ces animateurs menés à l’économie leur “repartent sous le nez.”

En chiffre, imaginez-les sur le pied de 14” tout le temps, ils vont alors faire leurs derniers cinq cents mètres 14”, voire 13”5.  Du coup, les attentistes d’une telle course vont, en plaçant une pointe de 500 mètres sur le pied de “12”, avoir une chance de revenir sur eux...

Imaginons maintenant les mêmes animateurs aller beaucoup plus lentement et faire leurs deux premiers kilomètres sur le pied de 16”5 - 17”. Ils vont arriver dans les 500 derniers avec beaucoup de ressources et vont accélérer progressivement, pour finir sur le pied de “12”... Dans ce cas de figure, les attentistes ne pourront donc pas refaire les longueurs. C’est mathématique. Voilà pourquoi ces excuses ne sont pas “bidons” et expliquent parfois certains résultats. Le Quinté du mercredi 24 juillet, au trot à Enghien, fut en cela révélateur et comme souvent dans une course sans train, ce sont les pilotes qui ont fait la différence. Devant, ils sont allés tout doucement, notamment Jean-Michel Bazire avec URGOS, qui terminera finalement 3è, et TOURBILLON, qui se classera 5è. Loin d’eux, les “attentistes” n’avaient qu’une chance de briller, en venant les attaquer bien avant le dernier kilomètre... ce qu’ils n’ont pas fait. Jean-Etienne Dubois, ne voulant pas donner une course dure à son cheval (TURBO JET) a dormi, sentant que le scénario tournait mal, quant  au pilote de TREBOL (G.A. Pou Pou) il n’a rien vu venir alors que cette course était pour lui une belle occasion. Résultat, il est venu finir 6è, laissant de gros regrets... Trop tard ! 

Voilà, en gros, comment perdre une course imperdable ! Le gagnant, ORIONE DEGLI DEI, a lui bénéficié de la maestria de Pierre Vercruysse. Son cheval ayant besoin d’être caché afin de ménager sa pointe, il a attendu longtemps mais pas trop loin des animateurs... Toutefois, s’il avait attendu les 250 derniers mètres pour venir, comme lors de son dernier succès, il n’aurait pas vaincu... C’est ce que se disait, en tête, “JMB” au sulky d’URGOS. Mais c’était sans compter sur la vista de “Pierrot” qui, contre toute attente, lança ORIONE DEGLI DEI à 600 mètres de l’arrivée pour prendre le large dans le dernier tournant. Le pilote savait que n’ayant fait aucun effort et la course ayant été lente, il fallait prendre l’initiative, surtout sur une piste plate comme celle d’Enghien. Voilà pourquoi, et comment, le trotteur italien a remporté un magistrale succès avec un pilote qui a su s’adapter aux circonstances, et ne pas se faire piéger dans une course que les animateurs avaient voulu tactique. Et voilà aussi pourquoi les drivers ont  parfois tant d’influence sur le résultat d’un course.

PHILIPPE DAUGEARD et UNIVERS DE PAN : la récompense d'une certaine philosophie des courses ST NICOLAS ABBEY OUT !