Bibliothèque

Pour découvrir une sélection des ACTUS publiées les années précédentes, cliquer sur une période :

Actualité hippique : une analyse acérée signée Lanabère

Il se passe chaque jour quelque chose sur les hippodromes. Si nombre de courses ne sont en fait que des épreuves loteries de faible niveau, il existe de vrais événements, avec des chevaux de qualité. Dans cette rubrique, vous saurez tout des compétitions de bon niveau et tout ce qui se dit en secret dans les coulisses. Présentation d'avant-course, analyse après-course en fonction de l'intérêt sportif...   Pour cela, nous sommes chaque jour au sein des écuries, sur les champs de courses et dans les centres d'entraînement.

N° Audiotel > 08.99.700.720

(0,80 € la minute)

PROPULSION, “finger in the nose”

30 décembre 2017

On attendait un Prix de Bourgogne très relevé dimanche dernier, à l’occasion de la troisième course qualificative au Prix d’Amérique. S’il est vrai que, souvent, cette course de vitesse (2.100 mètres) est le dernier vrai combat entre les meilleurs chevaux d’âge, cette édition restera dans les mémoires par son résultat (PROPULSION a devancé BOLD EAGLE...), mais aussi par le niveau de la compétition, tant le lauréat a imposé un rythme soutenu d’un bout à l’autre. Et quel rythme ! S’il est parfois des réductions kilométriques flatteuses, son 1’10”5 est un vrai temps, car obtenu grâce à deux portions de 500 mètres très rapides : sur le pied de 1’08”3 pour les cinq cents premiers, et surtout 1’08”8 pour finir !

En fait, son pilote (O. Kihlström) a mené la course parfaite en tête, effectuant un relais, avec BRIAC DARK en plaine, quand ce dernier a voulu légitimement ralentir l’allure après son effort à l’extérieur.

Magnifique d’aisance, il a abordé la ligne droite finale avec le crack BOLD EAGLE lancé à ses trousses mais, lorsque ce dernier est revenu à sa hanche, PROPULSION a placé une ultime accélération (il vole littéralement) pour remettre de la distance avec son dauphin, posant incontestablement ses jalons pour la course phare. Très impressionnant, n’oublions pas qu’il n’avait couru que quatre fois l’hiver dernier à Vincennes, étant souvent malheureux (4è du prix d’Amérique). De toute évidence, à 7 ans aujourd’hui, et ayant pris ses repères sur la grande piste (où il n’avait pas encore gagné), il est plus fort que jamais. Et son entraîneur Daniel Reden a de quoi être satisfait. Son plan (il voulait impérativement le qualifier pour ne pas être dépendant des gains) a été respecté. Alors BOLD EAGLE a-t-il trouvé un champion à sa mesure? Peut-être... Mais sa prestation fut en tous points rassurante. Tout comme celle de BRIAC DARK, dont l’entourage effectuait une course contre la montre pour le qualifier après des ennuis de santé qui l’ont éloigné de la compétition, de février à novembre... Il va maintenant pouvoir peaufiner sa préparation en toute sérénité.

Un tiercé finalement composé des trois plus belles impressions, que demander de mieux? En retrait, BILLY DE MONTFORT s’est, comme d’habitude, mise à plat ventre pour se classer quatrième devant l’outsider DAY OR NIGHT IN, qui confirme les moyens montrés en début de meeting. Dommage que, pour parvenir à ses fins, son driver-entraîneur (Johan Untersteiner) ait mis hors course RINGOSTARR TREB, en lui sortant sous le nez dans la montée. Attitude pour laquelle il a hérité d’une mise à pied du 11 au 14 janvier ; ce n’est pas cher payé... Enfin, on ne peut bien sûr passer sous silence les malheurs de LIONEL et BIRD PARKER, victimes des relais alors qu’ils avaient quelques ressources, mais aussi le fait que BELINA JOSSELYN a ramené le wagon de la troisième épaisseur (notamment BOLD EAGLE), ne craquant que tout à la fin, en étant ferrée.  

 

Assumer le trot monté... ALFAS DA VINCI, mort pour rien ?